Mercredi 26 janvier 2022
TEST: 2269

Le sapin le plus célèbre de Londres est…moche

Par Lili Auriat | Publié le 02/12/2021 à 15:18 | Mis à jour le 02/12/2021 à 20:10
Photo : Capture d'écran Youtube
Sapin Trafalgar Square

EDITO - Hier, nous vous annoncions l’arrivée en grande pompe du sapin Norvégien installé au beau milieu de Trafalgar Square. Aujourd’hui, mes doutes sont bien réels. Aurais-je dû attendre avant de vous inciter à aller assister à la cérémonie d’allumage cet après-midi. Quoi que, pas sûr de s’ennuyer tant que ça.

 

Si vous êtes récemment passés par Trafalgar Square, vous avez sûrement dû apercevoir une sorte d’arbre déplumé d’à peine 20 mètres et vous êtes dit « tiens, c’est marrant, je n’avais jamais remarqué qu’ils n’avaient pas enlevé le sapin de l’année dernière ». Et bien détrompez-vous, ce que vous avez vu est bien le précieux cadeau que la Norvège a fait cette année au Royaume-Uni pour le remercier de son soutien pendant la Seconde Guerre mondiale. Ça valait le coup d’aider…

 

De la tête du sapin aux décorations : plus ça va, moins ça va

C’est gentil mais ce n’était pas la peine ! Sérieusement, ce n’était pas la peine. Non seulement il manque la moitié des branches à ce sapin qui a l’air tout droit sorti de L’Étrange Noël de Monsieur Jack, mais en plus les décorations installées ne lui sauvent même pas la mise. A la place des boules de Noël colorées, des rangées verticales de guirlandes bleues ont été accrochées. Alors oui ça cache les branches manquantes mais du coup il ressemble à une demi-fusée, pas très fiable, avec une étoile au bout.

Ce sapin devrait rester en place jusqu’à la fête des rois, soit le 5 janvier. Il sera ensuite recyclé et composté. Mais je me disais, pourquoi pas être encore plus écolo et le recycler plus tôt. Dès maintenant par exemple ?

Sapin Trafalgar Square
Wikimedia Commons 

Le pire c’est qu’il a été minutieusement choisi

Ce sapin a plus de 50 ans et a été sélectionné minutieusement dans les alentours d’Oslo. Il est d’ailleurs surnommé « la reine des forêts Norvégienne », ce qui me fait sérieusement m’inquiéter quant à l’état des forêts norvégiennes. Soit ce sapin était le dernier sapin de Norvège, soit la Norvège en veut beaucoup au Royaume-Uni. Avec le Brexit, le variant anglais… à mes yeux cette piste est la plus plausible.

 

Quelles solutions s’offrent à nous ?

Alors que le débat fait rage entre les pro-masques et les anti-masques dans la capitale britannique, les Londoniens sont tous tombés d’accord : il faut se débarrasser de cet épouvantable sapin au plus vite. Si au moins il avait été petit, on aurait pu le cacher, mais du haut de ses 20 mètres, il est difficile de passer à côté, et comme les Britanniques ne font pas les choses à moitié ils ont bien sûr prévu une cérémonie d’allumage qui aura lieu cet après-midi. Le temps presse donc. C’est là que j’interviens. Professionnelle des cadeaux pourris, non mamie je ne parle pas des louches que tu m’as offertes à Noël dernier, j’ai identifié plusieurs solutions pour nous en débarrasser.

La première est assez osée, mais la Norvège m’ayant l’air d’un pays tout à fait organisé, elle a sûrement gardé le ticket de caisse. Il suffirait donc que Bojo décroche le téléphone et appelle le SAV des forêts norvégiennes pour demander à échanger ce sapin contre un autre, avec toutes ses branches par exemple. Un coup de main pendant la guerre, ça vaut bien un politique satisfait ou échangé quand même.

La deuxième stratégie est un peu plus lâche mais demeure maîtrisée de tous. Il suffit de faire comme avec ce pull moche que votre tante vous a offert et que vous ne sortez du fond de votre armoire que lorsque vous la voyez. Il s’agirait donc de ranger ce sapin quelque part et de le ressortir uniquement lorsque le Premier Ministre norvégien passera dans le coin. Alors, une préférence ?

 

Lili Auriat - Journaliste Londres

Lili Auriat

Lili Auriat, étudiante à Sciences Po Aix, parisienne et passionnée de sport et de voyage.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Varsovie
POLITIQUE

Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue

Affaire Pegasus, Nowy Ład, autoritarisme, révolution conservatrice, Union européenne, état de droit : états des lieux avec Nicolas Maslowski, politologue, sociologue et directeur du CCFEF à Varsovie