Dimanche 5 décembre 2021
TEST: 2269

Le message « Fumer tue » bientôt inscrit directement sur les cigarettes ?

Par Judith Chouzenoux | Publié le 21/10/2021 à 17:22 | Mis à jour le 27/10/2021 à 22:21
Photo : Kristaps Solims - Unsplash
kristaps solims panneau interdit de fumer

Les députés britanniques débattent d’un amendement de la loi sur la santé, actuellement discutée au Parlement, susceptible de changer la réglementation sur la consommation de cigarette au Royaume-Uni.

 

Le ministère de la santé britannique souhaite renforcer la prévention liée aux dangers de la consommation de cigarettes, notamment chez les plus jeunes. Pour ce faire, certains membres du gouvernement aimeraient rendre obligatoire les « avertissements sanitaires graphiques. » En d’autre termes, il s’agirait de faire apparaître l’inscription « fumer tue » directement sur chaque cigarette individuelle, et non plus seulement sur le paquet. Une mesure à laquelle le lobby du tabac est farouchement opposé.

 

Encourager davantage de personnes à abandonner une habitude mortelle

Cette initiative intervient dans le cadre d'une série de mesures strictes proposées par les députés pour lutter contre le tabagisme. Mary Kelly Foy, la députée travailliste à l'origine de cet amendement, s’est exprimée afin d’exposer les ressorts de son projet de loi : « Nous savons que les cigarettes sont cancérigènes et qu'elles tuent la moitié des personnes qui les consomment. J'espère donc que les avertissements sanitaires sur les cigarettes dissuaderont les gens d'être tentés de fumer, en particulier les jeunes. J’espère que cela encouragera certains fumeurs à arrêter, car s'ils mettent cela dans leur bouche et voient ce message sur les cigarettes chaque fois qu'ils fument, j'espère que cela aura l'effet désiré. »

 

Une action « audacieuse » qui fait écho à de nombreux projets précédents

Le projet de la députée Foy est soutenu par l’organisme de recherche contre le cancer, Cancer Research UK, et le Royal College of Physicians, qui représente les médecins hospitaliers. Pour la travailliste, seule une « action audacieuse », à l’image de celle qu’elle propose aujourd’hui, pourrait permettre au gouvernement d’atteindre son ambition de faire de l'Angleterre un pays sans tabac — le Royaume affichant un objectif de moins de 5% de fumeurs d'ici 2030.

 

L'ancien ministre conservateur Sir George Young porte également un projet de loi d'initiative parlementaire, à la Chambre des Lords cette fois, projetant d’inscrire sur les cigarettes l’avertissement « fumer provoque le cancer. »

 

Les paquets de cigarettes anglais portent déjà des messages d'avertissement sur les risques qu’encourent les fumeurs, ainsi que des images dissuasives de personnes gravement malades et hospitalisées pour des raisons liées au tabagisme. Dans son projet, Mme Foy souhaite que les messages d’avertissements liés à la santé soient également inscrits à l’intérieur même des paquets, par les fabricants eux-mêmes.

 

Un projet soutenu au Parlement anglais

Le projet entend également offrir au gouvernement le pouvoir d'imposer une nouvelle taxe sur les bénéfices des compagnies de tabac, qui seraient réinvestis pour financer des campagnes de prévention et des activités contre le tabagisme.

 

L’amendement a bénéficié de nombreux soutiens à Westminster. Le député conservateur Bob Blackman a salué le projet de Foy, tout comme Jonathan Ashworth, le secrétaire d'État fantôme à la Santé et aux Affaires sociales chargé de la politique de l'opposition sur la santé, et le secrétaire d’État fantôme à la Justice, Alex Cunningham.

 

M. Blackman, qui est également le président du groupe parlementaire multipartite sur le tabagisme et la santé, a ajouté : « Comme le dit le médecin en chef, le professeur Chris Whitty, Big Tobacco — expression utilisé pour désigner les plus grandes entreprises mondiales de l'industrie du tabac, ndlr — est une industrie qui « tue pour le profit ». Leurs bénéfices sont scandaleusement élevés, deux à trois fois plus élevés que ceux des entreprises qui vendent des produits de consommation courante comme la nourriture et les boissons. Notre taxe « pollueur-payeur » est à la fois nécessaire et justifiée. »

 

L’âge légal d’achat des cigarettes relevé à 21 ans ?

Les amendements proposés par les travaillistes prévoient également de relever l'âge légal pour acheter des cigarettes de 18 à 21 ans. Cette initiative s’inscrit dans une volonté de protéger les plus jeunes des effets dévastateurs du tabac sur l’organisme (et le porte-monnaie).

 

Les fabricants de cigarettes électroniques sont eux-aussi dans le viseur du projet. Le gouvernement souhaiterait les empêcher « d’utiliser des tactiques susceptibles d'inciter les enfants à essayer leurs produits, comme des arômes sucrés et des personnages de dessins animés. » Mais également rendre illégale la distribution gratuite de e-cigarettes, sous forme d'échantillons, comme l'ont fait certains fabricants.

 

Le lobby du tabac grince des dents

Simon Clark, le directeur du groupe pro-tabac Forest, a vivement critiqué les mesures proposées par la députée Foy. Dans une déclaration, il s'est insurgé : « Tout le monde est conscient des risques du tabagisme pour la santé. Il y a des avertissements sanitaires énormes et impossibles à manquer sur chaque paquet de cigarettes, y compris des images grotesques de maladies liées au tabagisme. Le tabac est vendu dans des emballages standardisés et il est interdit de l'exposer dans les magasins. Trop, c'est trop. Si les adultes choisissent encore de fumer, c'est leur affaire, pas celle du gouvernement. »

 

Pour Deborah Arnott, directrice générale d'Action on Smoking and Health, le lobby du tabac est toujours aussi hypocrite que lorsque les avertissements sur les cigarettes ont été suggérés pour la première fois, il y a plus de 40 ans par George Young, alors ministre de la santé. La directrice se souvient que « les compagnies de tabac, avec une hypocrisie à couper le souffle, ont protesté en disant que l'encre serait toxique pour les fumeurs » et jugeant qu’en vérité « les avertissements sur les bâtonnets de cigarettes sont toxiques pour les grands cigarettiers »

 

La part de fumeurs d'adultes au Royaume-Uni n’a cessé de baisser ces dernières années. On estime aujourd’hui qu’ils seraient 14,1 % à consommer quotidiennement du tabac, c’est le chiffre le plus bas jamais enregistré. Cet accomplissement a été rendu possible grâce à des restrictions plus strictes sur la commercialisation des cigarettes et à des campagnes de sensibilisation rappelant au public les dangers qu'elles comportent.

 

Nous vous recommandons
Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir