TEST: 2269

A 21 ans, le free climber George King-Thompson récidive et escalade l’Unex Tower

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 19/08/2021 à 14:20 | Mis à jour le 19/08/2021 à 14:29
Photo : Shard Climber - Instagram
George King-Thompson au bord et en haut de la tour Unex

S’il a déjà purgé une peine de 3 mois de prison pour son ascension du gargantuesque Shard en 2019, rien ne semble compromettre les aspirations de George King-Thompson, ce free-climber de 21 ans.

 

Une deuxième semaine d’ascension concluante pour l’impressionnant britannique, après avoir déjà gravi la tour Stratosphere le 4 août. Ni la fatigue ni l’échéance carcérale potentielle ne parviendront à décourager ce sportif de haut niveau autodidacte et son besoin d’adrénaline. Le récidiviste escalade cette fois l’Unex Tower, dans l’est londonien. Point d’égocentrisme ici puisqu’il profite de l’occasion pour attirer l’attention sur les dangers du réchauffement climatique : chaque ascension est une « expérience de mort imminente », un parallèle évident à la lueur des récents rapports d’experts. Il ne lui aura fallu que dix minutes pour rejoindre le sommet de ces 93 mètres surplombant la ville.
 

Loin d’être découragé par l’éventualité d’une nouvelle arrestation (la police avait déjà tenté de l’intercepter à l’aide d’un hélicoptère lors de sa grimpée de la Stratosphere Tower, en vain), George déclare « J’aime le danger, donc quelque part j’étais en prison un peu comme à la maison. » ajoutant qu’il « aime regarder par-dessus son épaule et ne pas savoir ce qu’il adviendra ensuite ». Interrogé sur son Instagram sur sa préférence, ce qui l’excite le plus entre « Parvenir en haut de la tour, ou ressortir du parking en sachant que tu es tiré d’affaire ? ». Il n’a pas su choisir entre les deux options, décrétant qu’il en est « incapable ». Pour King-Thompson, la mort fait également partie intégrante du jeu, une issue qu’il perçoit comme “réaliste”.

 

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale