L’équipe de France brille dans un Euro qui s'annonce déjà historique

Par Colin Porhel | Publié le 12/07/2022 à 10:04 | Mis à jour le 12/07/2022 à 12:48
Photo : Alainalele - Creative Commons Attribution 2.0 Generic license
Kadidiatou Diani et ses coéquipières ont bien débuté leur Euro

Dans un match à sens unique, les Françaises ont fait la différence en première mi-temps face à une faible équipe d’Italie pour s’adjuger une première victoire en Angleterre.

 

Le suspense aura duré 45 minutes. En une mi-temps, les coéquipières de Grace Geyoro ont éteint les espoirs des Italiennes, qui restaient pourtant sur une belle performance face à l’Espagne d’Alexia Putellas, élue meilleure joueuse du monde en 2021. Pour leur entrée dans la compétition, les Bleues ont su faire déjouer leur adversaire grâce à un premier but de l’omniprésente Geyoro, servie par Diani (9’).

 

Idéalement lancées, les Françaises ont fait parler leur talent à quatre autres reprises au cours de la première période, avec des réalisations signées Katoto, Cascarino et Geyoro, finalement autrice d’un triplé. Assommée, l’Italie a toutefois sauvé les apparences par l’intermédiaire de Martina Piemonte, qui a réussi à tromper la vigilance de la défense française en seconde période. Pour leur entrée dans la compétition, l’équipe de France s’impose finalement cinq buts à un et prend déjà une option sur la qualification avant d’affronter la Belgique, jeudi prochain. 

 

 

Un succès sans précédent pour le foot féminin

Organisé tous les quatre ans, l’Euro de football féminin n’avait jamais attiré autant de monde dans les stades. Pour leur premier match, les Anglaises ont pu compter sur le soutien de 68 871 supporters présents sur place, du jamais vu dans la compétition. Deux jours plus tard, c’était au tour de la rencontre entre l’Espagne et la Finlande (4-1) d’établir un record d’affluence pour un match sans le pays hôte en attirant 16 819 spectateurs. Un succès populaire inattendu pour les organisateurs, qui ont prévu des stades d’une capacité d’à peine 4 500 places pour certains matchs.

 

Une situation jugée comme un « manque de respect » par l’ancienne internationale tricolore Camille Abily. « Ça ne fait pas du tout Euro. Vis-à-vis de l'Islande, la Belgique et l'Italie, qui vont disputer des matchs là-bas (au Manchester Academy Stadium, ndlr), j'estime que ce n'est pas juste. Ce sont des nations plus modestes, mais elles ont quand même du public. Même si elles ne font pas le plein dans un plus grand stade, elles sont capables d'attirer du monde. Toutes les équipes doivent être considérées de la même manière », a-t-elle déclaré au micro de TF1. Au total, sur les 700 000 billets mis en vente, plus de 500 000 ont déjà trouvé preneur. De quoi faire bouger les mentalités ?

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale