Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Droit d’asile au Royaume-Uni : les migrants traversant la Manche en seront privés ?

Des migrants qui traversent la manche au Royaume-UniDes migrants qui traversent la manche au Royaume-Uni
Écrit par Damien Bouhours
Publié le 4 octobre 2022, mis à jour le 4 octobre 2022

Alors que le Royaume-Uni semble entrer en récession, la politique du gouvernement Liz Truss se durcit. La ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, souhaite interdire le droit d’asile aux migrants qui traversent illégalement la Manche.

 

Le gouvernement conservateur de Liz Truss souhaite durcir sa politique migratoire. La ministre britannique de l’Intérieur, Suella Braverman, d’origine indienne et dont les parents ont migré du Kenya et de l’île Maurice, a fait des propositions lors de la conférence annuelle du Parti conservateur, ce mardi 4 octobre. La mesure phare concerne l’interdiction aux migrants qui traversent illégalement la Manche de demander l'asile au Royaume-Uni. Ce qui permettrait aussi de faciliter leur expulsion.

 

Suella Braverman, ministre de l'Intérieur britannique

 

Le Royaume-Uni ne veut plus d'immigration illégale

Cette proposition intervient alors que plus de 30.000 migrants ont rallié les côtes britanniques depuis le début de l’année. Un phénomène en augmentation par rapport à 2021, qui était déjà une année record. « Nous devons mettre fin aux abus et réduire le nombre (de migrants) qui ne répondent pas aux besoins de notre économie », déclare la ministre dans son discours. L’idée est donc simple : n’accepter que la migration légale et économique. Même si la ministre précise, sans réelle précision, que la Royaume-Uni « continuera de tendre une main amicale à ceux qui en ont vraiment besoin ».

 

Le gouvernement de Boris Johnson avait déjà tenté de réduire le flux migratoire illégal en concluant un accord avec le Rwanda pour faciliter les expulsions. Cet accord a cependant été vivement critiqué par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), l’ONU ou encore l’église anglicane, et n’a finalement pas réduit le nombre de migrants arrivant par la mer.

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

© lepetitjournal.com 2024