Charlie Watts : Sex, drums and rock n’roll

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 25/08/2021 à 18:25 | Mis à jour le 25/08/2021 à 18:40
Photo : Crombie Media - Instagram
Charlie Watts en plein concert des Rolling Stones

Le monde a perdu hier, mardi 24 août, un artiste de renom. Fidèle durant ces 58 années aux Rolling Stones, « Il est parti tranquillement dans un hôpital de Londres, dans la journée, entouré de sa famille », a annoncé son porte-parole mardi.

 

S’il a toujours accompagné les Stones dans leur déchéances éphémères, ce n’était qu’avec sa batterie. En effet, Charlie Watts était toujours décrit comme plus discret et taciturne que ses compères. Il confie même « ne pas aimer les interviews » là où les autres membres se délectaient de cultiver leur image, tantôt sage, tantôt mauvais garçons fidèles au « sex, drugs and rock & roll » way of life. Le musicien se limitait à déclarer son aversion pour la politique, son adoration de l’argent et l’amour qu’il portait à sa femme.

Watts s’essaye initialement à la batterie en improvisant une percussion à partir d’un banjo délaissé, et s’immerge alors dans le jazz. Il débute très tôt son épopée avec les Stones et conserve alors une batterie simpliste, dont il joue de manière discrète mais assumée, sans solos, sans exacerbation et surtout sans jamais renier ses influences jazz. Son objectif était d’accompagner, rythmer, et révéler le potentiel du groupe dans son ensemble. Sa connaissance des musiques du monde se faisait toujours ressentir sur les différentes créations de ces britanniques de légende, et lui permettait de s’adapter à toutes les évolutions des quatre garçons aux cheveux (vraiment) dans le vent. Ainsi, il s’essaye à la funk avec Slave, au disco dans Miss You, au psychédélique dans Ruby Tuesday ou encore aux rythmes samba/latin jazz sur l’un de ses plus grands chef d’œuvres Sympathy for the Devil.

L’artiste devait déjà s’éclipser progressivement, absent de la prochaine tournée des Stones en raison de son état de santé. Son travail acharné manquera aux rockers de ce monde, et la personne qu’il était sera regrettée : nos pensées s’adressent tout particulièrement à ses proches en ce jour de pénombre.

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale