5 bonnes raisons de regarder la série Westworld

Par Maxime Cliet Ruzza | Publié le 18/05/2020 à 15:54 | Mis à jour le 18/02/2021 à 14:47
serie Westworld

Au fil des jours, dans ses colonnes, LePetitJournal.com se propose de revenir vers vous avec des séries qui nous ont marqués, et que nous souhaitons partager avec vous. Aujourd’hui : Westworld.

 

Il y a des séries qui débutent timidement et puis il y a Westworld. Tirée du film éponyme sorti en 1973, la série produite par Jonathan Nolan et Lisa Joy se déroule dans un parc d’attraction à thème western, peuplé de robots plus vrais que nature. Les visiteurs, eux, se rendent dans ce lieu où ils peuvent s’adonner à tous les péchés qui ne sont pas autorisés dans le monde réel.

 

1. Pour l’histoire

Le pitch est simple : un parc d’attraction peuplé de robots. Mais attention, ces robots sont conçus comme de vrais humains : ils pensent, parlent et agissent comme tout le monde. Les visiteurs viennent dans le parc à la recherche d’hédonisme. Ils peuvent boire avec les robots, voir plus si affinités, les tuer, et tout cela sans aucune crainte des conséquences. Derrière ces attractions, nous avons aussi accès à la direction du parc, à la façon dont elle gère le parc, comment les personnages et leurs histoires sont créés, comment la sécurité est assurée. Enfin bref, une plongée dans les coulisses d’un Disneyland (beaucoup) plus sombre.

 

2. Une distribution à couper le souffle

Outre Jonathan Nolan et Lisa Joy, J. J. Abrams est également à la production. Côté acteurs, on retrouve des pointures comme Anthony Hopkins (Le silence des agneaux, Elephant man, Thor), Ed Harris (The Truman show, Apollo 13, Gone baby gone). Mais des acteurs plus jeunes viennent aussi compléter le casting, c’est le cas d’Evan Rachel Wood, Thandie Newton, Tessa Thompson, Luke Hemsworth ou encore d’Aaron Paul et du français Vincent Cassel dans la dernière saison.

 

3. Évidemment, c’est HBO

À la recherche du successeur de sa série Game of Thrones, la chaîne américaine a commandé la série à Nolan et Joy. C’est le donc le câblo-opérateur américain HBO qui est à l’origine de Westworld. Parmi ses précédentes productions, on peut noter entre autres The new pope, Chernobyl, The leftovers, Sex and the city, Les Sopranos, True blood, Watchmen ou plus récemment Years and Years. Rien que ça !

 

4. La dimension psychologique

Vous vous en doutez, on ne peut pas tuer, blesser, violer des robots sans conséquence. La série tourne durant ses trois saisons autour du réveil spirituel et psychologique des robots qui sont des créations humaines de toutes pièces. Leur corps étant produit par des machines et leur cerveau étant un disque dur où tourne en boucle le rôle de chaque « hôte », comme ils sont surnommés dans la série. L’affiche du show reprenant le célèbre Homme de Vitruve de Léonard de Vinci, de nombreux concepts psychologiques et artistiques sont traités au cours des saisons. Parmi lesquels : le libre arbitre, le déterminisme, la bicaméralité ou encore la Création d’Adam de Michel-Ange. Tout cela à tel point que même le téléspectateur finit par se demander qui est humain et qui ne l’est pas.

 

5. Son côté imprévisible

Les producteurs ayant déjà travaillé sur Interstellar, Memento, The Dark Knight et la série Lost, le thriller et la science-fiction sont des genres qu’ils connaissent bien. Même si Westworld n’a que trois saisons, deux ans se sont écoulés entre chacune. Si ce temps d’attente peut paraître terriblement long, cela permet aux producteurs et scénaristes de mettre sur pied un scénario complètement imprévisible et des twists qui vous cloueront à votre canapé. Petit conseil si vous commencez la série, attendez la moitié de la première saison avant de pouvoir comprendre réellement l’intrigue.

 

Disponible sur Sky et NowTV

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics ! 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale