Mercredi 8 juillet 2020

Les lycées et les crèches rouvrent leurs portes

Par Lucie Etchebers-Sola | Publié le 18/05/2020 à 01:00 | Mis à jour le 18/05/2020 à 01:00
Photo : ©Pixabay
coronavirus


De nombreux enfants ont repris le chemin de l'école ce lundi 18 mai. Entre flottements réglementaires, appréhension des parents et discordes des professionnels de l'éducation, l'inquiétude est réelle.
 
Après plus de deux mois de fermeture en raison de la pandémie de Covid-19, plus de 250 écoles secondaires ont rouvert leurs portes ce 18 mai au Portugal pour accueillir les élèves de 11ème et 12ème années –l´équivalent de la Première et Terminale- selon un protocole sanitaire strict. Certaines crèches ont également repris leurs activités et admis les premiers bambins, au grand soulagement des parents anxieux de reprendre leur activité, non sans appréhensions.
 

La rentrée masquée des lycéens

Les cours en présentiel des élèves de Première et Terminale (11ème et 12ème années) ont repris ce 18 mai. Les élèves comme les professeurs sont désormais astreints au port du masque, une mesure d'hygiène et de sécurité imposée par le gouvernement dans le cadre du plan de déconfinement. Le ministère de l'Éducation a précisé que seuls les élèves de 12ème année auraient des cours en face à face dans les trois matières principales (Portugais, Mathématiques et Histoire), réduisant ainsi la présence des élèves de 11ème année dans les établissements qui ne passeront les examens dans ces matières que l'année prochaine. L'idée étant de concilier et répartir les horaires de chaque classe pour limiter au maximum la circulation des élèves dans les lycées. Quant aux élèves faisant partie d'un groupe à risque, ils sont autorisés à continuer l'enseignement à distance sous présentation d'un certificat.
 

Une réouverture progressive des établissements préscolaires

La réouverture des crèches sera progressive et a commencé, elle aussi, ce 18 mai. À partir du 1er juin, toutes les crèches, les garderies, les écoles maternelles et les centres aérés rouvriront leurs portes. La DGS a demandé à ce que les lits soient espacés de 1,50 mètre les uns des autres (si possible avec des groupes fixes pour chaque chambre et un matelas par enfant), à ce que les jouets soient lavés deux à trois fois par jour et les affaires personnelles non partagées. Les chaussures devront être laissées à l'entrée des établissements et l'aération des pièces assurée. Des mesures considérées comme insuffisantes pour la plupart des éducateurs qui travaillent dans ce type d'établissement préscolaire et qui craignent que leurs conditions de sécurité et celle des enfants ne soient pas garanties. Le port du masque est par exemple obligatoire pour le personnel adulte, mais pas pour les enfants. Les parents s'inquiètent eux aussi et se posent la question de remettre ou pas leurs enfants à l'école. Hélène, maman de trois petites filles (dont une en crèche et deux en maternelle) confie ses préoccupations : « L´école où vont mes filles a demandé aux parents s'ils préféraient que l´établissement rouvre le 18 mai ou le 1er juin. La majorité d'entre nous a préféré une ouverture plus tardive, même si je voudrais reprendre mon activité le plus vite possible et que cela dépend de leur retour à l'école. Cela leur a beaucoup manqué pendant le confinement, mais je suis tout de même inquiète quant au risque de contagion. Je n'ai donc pas encore pris ma décision. »
 

Professionnels de l'éducation et parents divisés

Dans l'optique de la réouverture des écoles, la Fédération Portugaise des Professeurs (Fenprof) réclame, dès à présent et depuis le 8 mai, des dépistages périodiques et réguliers au Covid-19 pour tout le corps enseignant, ainsi que les élèves et le personnel travaillant dans les établissements scolaires. Dans un communiqué, ce syndicat professoral affirme que ces mesures sont « fondamentales pour ne pas perdre tous les bénéfices du confinement ». Une mesure qui n'a pour l'instant pas été mise en place par le gouvernement. Selon une enquête publiée le 14 mai et réalisée par le Sindicato de Todos os Professores (Syndicat de Tous les Professeurs), 71,1% des professionnels de l'éducation seraient contre la reprise des cours en présentiel pour les 11e et 12e années. Dans le cas des crèches et du préscolaire, l'opposition à la réouverture est encore plus marquée, la mesure étant contestée par 85,5% des parents et 86,6% des enseignants. En cause, la santé des élèves et de la population globale. Sophie est professeure de langue et maman d'une lycéenne, élève au Lycée Français Charles Lepierre à Lisbonne, un établissement qui a fait le choix de rester fermé jusqu'aux vacances. « Selon moi la réouverture des écoles est un peu prématurée et je pense que cela m'aurait inquiété si ma fille avait dû retourner en cours aujourd'hui. Pour moi la stratégie de déconfinement mise en place par le gouvernement est essentiellement économique. Si les enfants retournent à l'école, les parents peuvent reprendre le chemin du travail et cela sert la relance de l'économie. Je ne vois pas comment cela va être possible de contrôler les mesures d'hygiène dans les lycées si les élèves ne peuvent même pas se prêter un crayon. »
 
Si le nombre de morts liés au coronavirus baisse chaque jour partout dans le monde, il est encore trop tôt pour savoir si la pandémie de Covid-19 vit ses derniers jours. Elle n'aura en tout cas pas eu raison du système éducatif qui devra néanmoins s'adapter à l'évolution de la situation épidémiologique, au Portugal et ailleurs.
 

En savoir plus : https://covid19estamoson.gov.pt/

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
CULTURE

Marre du Covid-19, parlons Sexe !

Covid par ici, pandémie par là… STOP ! On fait une pause virus et on vous parle aujourd’hui d’un sujet indien beaucoup plus philosophique (si si), relaxant et…excitant : le Kamasutra !