Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Retour de la « Ley Seca » pour les élections régionales et municipales 2022

Retour de la « Ley Seca » pour les élections régionales et municipales 2022Retour de la « Ley Seca » pour les élections régionales et municipales 2022
Écrit par Guillaume FLOR
Publié le 30 septembre 2022, mis à jour le 3 octobre 2022

Dimanche prochain, le 2 octobre, se tiendront les élections locales au Pérou. Quand la loi dite « sèche » entrera-t-elle en vigueur et quelle est la sanction en cas de non-respect ?

Conformément à la loi péruvienne, à partir de la veille du jour du scrutin jusqu'au lendemain de l'élection, la vente de boissons alcoolisées de toute nature n'est pas autorisée.

 

Qu'est-ce que la « Ley Seca » ?

La « loi sèche » est une restriction établie par les autorités pour éviter tout type d'incident lors des élections au Pérou en raison d’éventuels mauvais comportements des citoyens.

Ainsi, pour que ce rendez-vous électoral se déroule dans les meilleures conditions, le tribunal national électoral (JNE) a indiqué que la vente d’alcool sera interdite à partir du samedi 1er octobre, 8 heures du matin, jusqu'à la même heure le lundi 3 octobre. Tous les établissements ou espaces dans les centres commerciaux dédiés exclusivement à ladite vente seront donc fermés.

« La vente et la consommation de boissons alcoolisées à l'occasion des élections sont interdites du premier jour du mois d'octobre jusqu'au lundi après les élections », souligne l'entité électorale dans un communiqué publié sur ses réseaux sociaux et sur sa page Web.

Par ailleurs, le jour même du vote, le dimanche 2 octobre, où près de 25 millions d’électeurs sont appelés à participer aux élections régionales et municipales, les réunions ou les agglomérations de personnes ne sont pas autorisées, entre 7h et 17h, dans un rayon de moins de 100 mètres autour des centres de suffrage.

 

Retour de la « Ley Seca » pour les élections régionales et municipales 2022

 

Quelle est la sanction en cas de non-respect de la « loi sèche » ?

Si cette interdiction est une mesure qui suscite polémiques et interrogations, notamment parce qu’elle génère un marché noir de vente d’alcool, elle est sujette à de fortes sanctions en cas de non-respect. Toute personne prise en train d'enfreindre la règle de la « Ley Seca » est passible d'une amende minimum de 2 790 soles (environ 700 euros), d'une peine d'emprisonnement de six mois maximums, et d'une peine complémentaire d'interdiction d’exercer son métier.

Pour rappeler aux vendeurs l'entrée en vigueur de ce règlement et s’assurer son bon respect, les inspecteurs du JNE effectueront une série d'opérations dans diverses régions du pays, afin de garantir que les élections électorales se déroulent normalement et que rien n'empêche les citoyens d'accomplir leur devoir d’électeur.

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024