Vendredi 17 septembre 2021

La France contribue à la protection de l'Amazonie péruvienne

Par Le Petit Journal LIMA | Publié le 07/06/2021 à 08:00 | Mis à jour le 08/06/2021 à 11:55
Photo : @ Andrés Medina - Unsplash
La France contribue à la protection de l'Amazonie péruvienne

Une conférence virtuelle organisée par l'Ambassade de France au Pérou a permis de présenter plusieurs projets soutenus par la coopération française en faveur de la protection de l'Amazonie péruvienne.

« La protection de la forêt amazonienne, l'un des plus grands puits de carbone au monde et habitat de la biodiversité la plus riche de la planète, est un enjeu national et international pour la France », a souligné l'ambassadeur de France au Pérou, M. Marc Giacomini, lors de la conférence virtuelle "Protéger l'Amazonie : un axe fondamental pour l'avenir de la planète", qui a eu lieu le vendredi 4 juin. L'événement, auquel a participé le Ministre de l'Environnement du Pérou, M. Gabrial Quijandría Acosta, a été organisé par l'Ambassade de France avec la collaboration de l'ONG Conservation International Pérou, l'Agence Française de Développement (AFD), l'Institut de Recherche pour la Développement (IRD) et l'association Amazon Biodiversité.

 

Comme le Pérou, la France fait partie des 9 pays couverts par l'Amazonie

Huit millions d'hectares de forêt couvrent la Guyane française, territoire frontalier avec le Brésil. Au niveau national, la France a créé le parc amazonien de la Guyane française, qui est le plus grand parc national français, et avec le parc national adjacent des monts Tumucumaque au Brésil, il constitue l'un des plus grands espaces naturels protégés au monde. La France a également adopté en 2018 une « Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée », dont l'objectif est de mettre fin d'ici 2030 à l'importation de produits forestiers ou agricoles obtenus de manière non durable, tels que le soja, l'huile de palme, la viande bovine et ses produits transformés, cacao, caoutchouc, ainsi que le bois et ses produits dérivés.

Au niveau international, la préservation des forêts tropicales et humides, dont l'Amazonie, est un enjeu majeur de la diplomatie environnementale française. « Comme de nombreuses forêts tropicales, l'Amazonie est en crise, en partie à cause des incendies d'origine humaine, de l'agriculture et de l'exploitation forestière illégale. La communauté internationale ne peut pas rester les bras croisés face à cette catastrophe écologique », a exhorté l'ambassadeur Giacomini. Le représentant français au Pérou a également insisté sur le fait que la dégradation des écosystèmes naturels des forêts tropicales contribue à l'apparition de zoonoses, c'est-à-dire des maladies qui se transmettent de l'animal à l'homme comme la COVID-19.

 

L’Alliance pour la préservation des forêts tropicales et des zones humides

Afin de permettre une meilleure protection et une meilleure coordination internationale des forêts tropicales telles que l'Amazonie, la France ainsi que la Colombie et le Chili, est à l'origine de cette initiative lancée en 2019 en marge du sommet des Nations Unies sur le climat, pour la protection, la restauration et la gestion durable des forêts.

L'objectif de cette Alliance est de devenir un forum politique qui permet de s'accorder sur les solutions les plus efficaces et les meilleures pratiques pour la préservation des forêts tropicales et de les mettre en œuvre rapidement. Elle regroupe actuellement plusieurs pays, dont six d'Amérique latine. « Nous espérons que le Pérou pourra bientôt adhérer à sa charte, dont l'un de ses principes fondateurs est le respect de la souveraineté des Etats sur les ressources naturelles de leurs forêts », a déclaré l'ambassadeur de France.

« L’Alliance pour la préservation des forêts tropicales et des zones humides » cherche également à générer des synergies avec des plans stratégiques régionaux liés à la conservation et à l'utilisation durable des forêts, comme le « Pacte de Leticia » dont le Pérou est membre. Le projet « Our Future Forests - Green Amazon », mis en œuvre par l'ONG « Conservation Internationale », constitue un bon exemple des complémentarités entre l'« Alliance pour la préservation des forêts tropicales et des zones humides » et le « Pacte de Leticia ». À travers ce projet, dix-sept millions d'euros ont été alloués pour conserver jusqu'à 12% de l'Amazonie (environ 73 millions d'hectares), dans les sept pays du Pacte de Leticia, dont deux millions d'euros au profit de l'Amazonie péruvienne.

La préservation de la biodiversité et des habitats en Amazonie est une priorité de l'agenda international de la France, dans la perspective des grandes négociations internationales sur l'environnement en 2021, comme la COP26 à Glasgow en novembre sur la lutte contre le changement climatique, et la COP15 à Kunming en Chine en octobre sur la biodiversité.

 

Plusieurs projets de coopération française dans le cadre de la protection de la biodiversité en Amazonie péruvienne

« La France reste à la disposition du Pérou pour travailler conjointement sur les questions de protection de l'Amazonie péruvienne », a réitéré l'ambassadeur Giacomini. Selon le représentant français, la coopération bilatérale entre les deux pays peut être encore renforcée dans le domaine du développement des capacités, y compris la collecte et l'analyse des données, l'amélioration de la coopération scientifique et technique, ainsi que celle de la gouvernance forestière, notamment avec le secteur privé.

La conférence de vendredi a permis la présentation de plusieurs projets de coopération française en cours, comme « TerrAmaz » (projet qui a reçu un soutien financier de l'AFD pour un montant total de 9.500.000 euros pendant quatre ans pour accompagner cinq territoires pilotes dans les régions amazoniennes du Brésil, de la Colombie, de l'Équateur et du Pérou, dans leur lutte contre la déforestation et leur transition vers des modes de développement durable), l'action de l'association « Amazon Biodiversity » pour la lutte contre la déforestation et la préservation de la réserve de Yanayacu-Maquia dans la région de Loreto et le projet d'identification des sources et voies d'exposition au mercure chez les indigènes Nahua, auquel participe l'IRD.

 

Pour (re)voir la conférence :

La France contribue à la protection de l'Amazonie péruvienne

 

Les intervenants présents lors de la conférence virtuelle du 4 juin :

- Gabriel Quijandría Acosta, ministre de l'Environnement du Pérou,

- Marc Giacomini, Ambassadeur de France au Pérou,

- Luis Espinel, vice-président de Conservation Internationale Pérou,

- Fermin Chimatani, Président de l'ANECAP,

- Laurent Pacoud, représentant de l'Agence Française de Développement (AFD) au Pérou,

- Lotty Morey, Présidente de l'association « Biodiversidad Amazónica »,

- Laurence Maurice, chercheuse en géochimie environnementale à l'IRD,

- Modérateur : Robin Barroux, Chargé de mission à l'Ambassade de France au Pérou.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Lima

Les mystères du Pisco

​​​​​​​Le Pisco est une eau de vie, réputée comme la boisson phare du Pérou. Une propriété longtemps convoitée par le Chili, ce spiritueux est à présent encadré par une appellation d’origine protégée.