Les « rivières dorées » de l’Amazonie péruvienne

Par Guillaume FLOR | Publié le 10/03/2021 à 08:00 | Mis à jour le 10/03/2021 à 13:55
Photo : © NASA – Madre de Dios – Pérou - 24/12/2020
rivières dorées Amazonie pérou

L’agence spatiale américaine a diffusé une photo qui met en évidence les ravages de l’orpaillage illégal dans la région de Madre de Dios et de la rivière Inambari, dans le sud-est du Pérou.

C’est un astronaute à bord de la Station spatiale internationale (ISS) qui a pris cette photographie le 24 décembre dernier, à 420 kilomètres d’altitude au-dessus du Pérou. On y observe les multiples canaux sinueux de la rivière Inambari qui sont visibles sur le côté gauche de l'image, mais également de nombreux puits de prospection d'or qui brillent depuis l’espace en raison de la lumière du soleil réfléchie. Le phénomène est certes magnifique visuellement mais il met en lumière une sombre réalité qui n’a rien de naturel.

Ces « rivières dorées » ne sont autres que des puits d'orpaillage creusés par des mineurs illégaux, les « garimperos », en pleine forêt amazonienne. Ces orpailleurs clandestins explorent les cours d’eau à la recherche de la moindre pépite, déboisant des hectares de forêts primaires, décimant les écosystèmes en y déversant des litres de mercure qui empoisonnent les sols et les rivières. En effet, l'exploitation minière est la principale cause de déforestation dans la région et entraîne également une forte pollution au mercure due au processus d'extraction de l'or.

Pour avoir une idée de l'échelle sur cette photo, la zone ouest au centre de l'image qui révèle des centaines de bassins de prospection, mesure 15 kilomètres de long. Chaque fossé est entouré de zones déboisées et souillées par la boue rejetée.

 

rivières dorées amazonie pérou
© NASA – Madre de Dios – Pérou - 24/12/2020

 

Le Pérou est le sixième producteur d'or au monde

Le Pérou produit un peu plus de 140 tonnes par an dont une partie provient des mines illégales. L’État de « Madre de Dios » abrite l'une des plus grandes industries minières aurifères clandestines au monde. Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui gagnent leur vie grâce à cette exploitation minière illégale.

La photographie montre aussi la petite ville de Nueva Arequipa qui est située sur la route interocéanique du Sud. Inaugurée en 2011, l'autoroute est la seule liaison routière entre le Brésil et le Pérou, reliant ainsi l’Atlantique au Pacifique. À l’origine, elle était destinée à stimuler le commerce et le tourisme entre les deux pays, mais dans la pratique, elle n’a fait que contribuer à l’accélération de la déforestation, en facilitant les déplacements des orpailleurs et permettant ainsi une plus grande expansion de la prospection aurifère de surface.

 

guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale