Samedi 23 octobre 2021
TEST: 3752

La Casa Ronald et France Volontaires, un nouveau partenariat solidaire

Par Guillaume FLOR | Publié le 08/09/2021 à 10:00 | Mis à jour le 08/09/2021 à 11:44
Photo : © GFLOR
La Casa Ronald et France Volontaires, un nouveau partenariat solidaire

À travers le fonds pour l’innovation dans le volontariat (FIV), les deux institutions s’associent dans la lutte contre l’abandon des traitements médicaux au Pérou.

La Maison (« Casa ») Ronald du Pérou est une association indépendante à but non lucratif, membre de Ronald McDonald House Charities (RMHC), un réseau présent dans 66 pays dans le monde. La première Maison Ronald à Lima a ouvert ses portes en 2014, dans le quartier de Jésus María, pour répondre au besoin de logement de milliers de familles avec des enfants qui reçoivent des soins médicaux complexes.

La deuxième maison a été inaugurée en 2017, à Surco : la Casa Ronald de San Gabriel où vient d’être dévoilée, le vendredi 3 septembre, sur le mur des partenaires, une plaque commémorative avec le nom de France Volontaires, en présence notamment d’Iselle Tazé-Bernard, représentante nationale de France Volontaires au Pérou et de Jonathan Rossi, directeur général de l’association Casa Ronald McDonald Pérou.

 

La Casa Ronald et France Volontaires, un nouveau partenariat solidaire
© GFLOR

 

La maison Ronald : une auberge temporaire pour les familles

L’objectif de la maison Ronald est de fournir un logement temporaire aux familles qui viennent des régions éloignées du pays jusqu’à Lima pour que leurs enfants atteints d’une maladie grave puissent recevoir un suivi médical. Véritable acteur de la société civile, l’association place la santé des enfants et la qualité de vie des familles au cœur de sa philosophie. « Ce qui signifie recevoir toute la famille, et ce n’est pas si commun au Pérou » souligne Jonathan Rossi.

La maison Ronald de San Gabriel qui accueille actuellement 16 familles, propose donc de très bonnes conditions d’accueil avec un centre habilité qui peut offrir un logement privatif à chaque famille. Le service y est complet avec une cuisine, laverie, internet… mais aussi un soutien émotionnel, un accompagnement psychologique et administratif pour aider les familles à gérer leurs rendez-vous médicaux, et parfois même, une aide au transport pour venir jusqu’à Lima.

« C’est la maison Ronald d’Amérique latine avec la rotation la moins importante. En moyenne, une famille reste une quinzaine de jours. Ici, au Pérou, les familles restent en moyenne trois mois, avec des longs séjours qui peuvent durer un an ou un an et demi, parce que nous recevons beaucoup de cas de greffes de moelle osseuse et d’organes, également beaucoup d’enfants avec des traitements pour des leucémies ».

 

 

La maison Ronald est un lieu de collaboration et de dialogue entre toutes les entités en charge de la santé des enfants. Des liens étroits sont mis en place avec la communauté médicale et le plus souvent, la maison est directement associée à un hôpital avec une section pédiatrique, comme c’est le cas de la maison Ronald San Gabriel qui est liée à l’Institut National de Santé de l’enfant de San Borja (INSN). À travers son assistance sociale, l’hôpital évalue les cas en fonction de la gravité de la maladie, la distance avec le domicile familial et les ressources économiques, puis renvoie les familles sélectionnées vers la maison Ronald pour qu’elles puissent rester à Lima sur le long terme.

 

La Casa Ronald et France Volontaires, un nouveau partenariat solidaire
© GFLOR

 

La mission de la maison Ronald est d’éviter l’abandon du traitement médical

Le système de santé au Pérou est entièrement centralisé sur Lima. Le problème, c’est que la capitale est la ville la plus chère du pays, il est donc difficile de pouvoir s’y loger temporairement pour des familles en situation de pauvreté qui viennent de loin pour hospitaliser leur enfant.

« Ce n’est pas la même chose une famille qui vit dans une zone urbaine avec un accès à un aéroport qu’une famille qui vit au fin fond de la jungle. S’ils retournent chez eux, le risque de l’abandon du traitement médical pour l’enfant malade est important ».

« Les facteurs qui mettent en danger la continuité des traitements médicaux sont la désinformation et le manque d’accompagnement permanent. Or une des réponses possibles à cela est de pouvoir faire partie d’une communauté, ce qui renforce la capacité de résilience pour continuer le suivi médical » explique Jonathan Rossi.

L’objectif de l’organisation est d’éviter qu’aucun enfant n’abandonne son traitement médical seulement par manque d’un logement

Malheureusement, de plus en plus de familles ont besoin d'un foyer temporaire pour que leurs enfants puissent rester à Lima et poursuivre leurs traitements médicaux. C'est pourquoi, en coordination avec la municipalité de Surco, la maison Ronald San Gabriel espère pouvoir construire plus de chambres et loger plus de familles, grâce à un projet d'extension de la maison. « Notre volonté est d’agrandir la maison avec un deuxième voire un troisième étage pour recevoir plus d’enfants et leurs familles ».

 

La Casa Ronald et France Volontaires, un nouveau partenariat solidaire
© Casa Ronald

 

Au Pérou, le taux d’abandon de traitements médicaux avant et pendant la crise de la Covid était très élevé (54% d’abandon des traitements médicaux en octobre 2020). Une nouvelle étude réalisée en juillet 2021, a indiqué que ce chiffre est descendu à 9,5%. Le directeur général de l’association Casa Ronald McDonald Pérou explique ce résultat par le grand travail effectué par l’équipe de volontaires qui les appuient dans tout le travail de soutien auprès des familles pour éviter ces abandons de traitement.

 

Casa Ronald, gagnant du Fonds pour l’Innovation dans le Volontariat

Dans le cadre du projet EnLAzando, financé par le ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères, France Volontaires en Amérique du Sud a récompensé par le Fonds pour l'innovation dans le volontariat (FIV), des initiatives innovantes de volontariat d'organisations présentes au Pérou, en Bolivie, en Colombie, en Équateur et au Paraguay. Le FIV vise à financer des outils et des projets qui permettent de développer et mettent en valeur la gestion et la formation du volontariat.

Ci-après les 10 organismes reconnus, lors de cette 1ère édition du FIV, pour leurs projets innovants en faveur du volontariat dans la région :

Bolivie : ATD Cuarto Mundo Bolivia et HOPE worldwide Bolivia
Colombie : JCI BogotáMisión Gaia et TECHO - Colombia
Equateur : Fundación Fútbol Más Ecuador et la Fundación Arte Nativo
Paraguay : Asociación para la Educación en DDHH et FEDEM Py-Vecinalismo Paraguayo
Pérou : Asociación Casa Ronald McDonald et Ashanti Perú - Red Peruana de Jóvenes Afrodescendientes

La Casa Ronald et France Volontaires, un nouveau partenariat solidaire

 

Grâce à ce Fonds pour l’innovation dans le volontariat, la maison Ronald a pu mettre en place toute la structure de son programme de volontariat. Le financement d’une valeur de 3 000 euros a servi à réunir des volontaires puis à les former. Actuellement, un groupe de 30 volontaires est en processus de formation pour devenir des porte-paroles qui vont s’occuper du suivi des familles. Le FIV représente une action pour les familles mais aussi pour les volontaires.

 

Programme de Volontariat « Ayllu Unidos » : initiative de la maison Ronald avec l’appui de France Volontaires dans le cadre du FIV

 

Rendez-vous sur le site https://casaronald.org.pe/ pour faire un don ou adhérer aux programmes « Adoptez une famille » ou « Adoptez une chambre ».

 

La Casa Ronald et France Volontaires, un nouveau partenariat solidaire
© GFLOR

 

guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Lima

La peine de mort est-elle vraiment abolie au Pérou ?

Afin de mettre fin aux homicides judiciaires, chaque 10 octobre est organisée la journée mondiale contre la peine de mort, mais qu’en est-il au Pérou ? Est-il possible d'y appliquer la peine capitale