Nicolas Villaume, téléportation au cœur du changement climatique

Par Julie MARFIN | Publié le 18/08/2022 à 05:58 | Mis à jour le 18/08/2022 à 23:10
Photo : © Gustavo Vivanco
Nicolas Villaume, téléportation au cœur du changement climatique

Photographe depuis plus de 20 ans, Nicolas Villaume dévoilera le 17 octobre, à Arequipa, sa nouvelle exposition. Résultat d’un travail innovant pour un voyage immersif au milieu des glaciers.

 

Après 3 ans de préparation, Nicolas Villaume revient sur le devant de la scène péruvienne pour présenter son dernier projet d'envergure : une série d’expositions immersives au Pérou et dans le reste du continent. Les différents “chapitres” de son œuvre abordent la relation des hommes avec les glaciers et mettent en avant l’importance de leur culture, dans un environnement soumis au changement climatique. En collaboration avec National Geographic Society et les Alliances françaises présentes en Amérique latine, ce photographe Explorer (titre accordé par National Geographic) développe une expérience multimédia de réalité virtuelle. L’objectif : téléporter le public jusque dans des milieux extrêmes, pour toucher du doigt les problématiques environnementales actuelles.

 

 

Un attrait pour les outils modernes et multimédia

Dans une ère digitale où la réalité virtuelle a fait son entrée, Nicolas Villaume s’amuse des multiples outils qui s'offrent à lui. La photographie ne suffit pas à ce baroudeur de l’extrême. Il faut du son d’ambiance, des paroles scientifiques, des explications, des sensations, des détails. “Pour créer un concept immersif, j’aime ajouter des éléments additionnels. Je joue du piano depuis longtemps et pour moi le son apporte une valeur ajoutée à l'image”. Avec la création en 2004 de son association : Conversation du monde, il projette de dynamiser les langues natives en utilisant des technologies modernes. Dans la pratique, son idée est de prêter du matériel multimédia à des enfants des communautés indigènes, pour enregistrer les histoires dictées par les anciens. “Au lieu de recevoir le flot d’informations d’Internet, je voulais leur montrer qu’eux même pouvaient utiliser cet outil pour montrer la beauté de leur culture au monde”. De là naît un concept que le résident liménien emploiera souvent : le talking portrait (soit “portrait parlant” en français).

 

Un des amis de Nicolas Villaume confirme, “tu as toujours été en avance sur ton temps”. Quand on rencontre cet explorateur au regard bleu vif et pétillant de vie, l’observation se révèle juste. Après avoir délaissé l’argentique, le documentaliste s’est lancé dans les QR Code, les multimédias, et surprend encore aujourd’hui avec un voyage immersif mi-scientifique, mi-artistique pour fasciner le grand public. Mais le photographe ne cherche pas à s’attribuer tout le mérite de son œuvre, “j’aimerais que les outils multimédia poussent les locaux à la création et qu’ils leur permettent de se sentir fiers de leur culture”.

 

Pour être transporté dans l’exposition digitale Viaje adentro de los Glaciares Andinos.

Nicolas Villaume, téléportation au cœur du changement climatique

 

Un explorateur proche des hommes et de la nature

Ce Français résidant aujourd’hui au Pérou a toujours préféré parler des autres plutôt que de lui-même. Avant de se lancer dans des expéditions à travers le monde, Nicolas Villaume était éditeur à Paris. Mais l’explorateur aspirait à autre chose, “après cette expérience je ne voulais plus faire de commerce de cette manière, je voulais passer de l’autre côté du miroir”. Un appareil photo et un enregistreur dans son baluchon et le voilà parti pour l’Asie. “Si tu as une logique d’écoute du monde,même si tu comprends pas toujours ce qui se dit, finalement tu comprends quand même quelque chose”. Avec une mère peintre, le quinquagénaire apprend à observer, à être patient pour mieux écouter, et à rester ouvert à tous types d’idées. Ce savoir-vivre sensible et empathique ressort dans sa pratique.

Pour moi il faut savoir s’imprégner de son environnement pour photographier. Il faut s’arrêter quelque part, dans un endroit éloigné de ses référents habituels et commencer à faire l’éponge.

Dès ses débuts, l’aventurier est attiré par les peuples autochtones et indigènes. Touché par les problématiques climatiques actuelles, il part à la rencontre de ces peuples ancestraux. Dans son projet “Les voix des Andes”, il met à l’honneur leur manière de vivre en harmonie avec la nature, et leur réponse face au bouleversement de leurs écosystèmes. Comme pour cette dernière exposition au Pérou, le professionnel aime donner la parole aux premiers concernés pour la mêler à des réflexions scientifiques. Accompagné ou non, il n’hésite pas à s’élancer jusqu’à 5 500 mètres d'altitude au cœur des glaciers de la Cordillère pour récolter des informations et capturer des images. Nicolas Villaume n’a jamais eu peur de voir les choses en grand. Aujourd’hui, son objectif est de globaliser la prise de conscience climatique par les images en passant par l’éducation. A terme, il espère que sa plateforme immersive de téléportation dans ces écosystèmes extrêmes sera repris dans les universités pour stimuler la curiosité des jeunes et apporter une ressource supplémentaire pour les professeurs.

 

Nicolas Villaume, téléportation au cœur du changement climatique
© Nicolas Villaume

 

La photographie, une histoire de famille

Nicolas Villaume semble avoir une centaine d’idées en même temps. Il ne s’arrête jamais d’imaginer, ne semble pas sentir l’effet du temps sur son être. Il n’a pas encore finalisé sa prochaine exposition qu’il pense déjà à la prochaine. “J’ai appris récemment que mon arrière-grand-père faisait des stéréoscopies. Ce type de photographie très spéciale prend deux clichés à la fois avec un léger décalage oculaire, ca permet un rendu de type effet 3D, donnant une profondeur très réaliste à l'image. Quelque part l'ancêtre des casques de réalité virtuelle d'aujourd'hui !  Dernièrement on a retrouvé ça dans la maison familiale et je pense que je vais en faire quelque chose”. Capturer la lumière a toujours été une passion transmise de génération en génération. Le père de Nicolas Villaume était pilote d’avion. Petit, il l’accompagnait dans ses voyages toujours un objectif à la main.

 

Même si le baroudeur est aujourd’hui connu et très sollicité, il reste humble, calme, sociable et souriant. Cette force tranquille reste en adéquation avec son temps pour toucher les gens dans leur conscience et leur conviction. L’exposition à Arequipa n’est pas une énième tentative pour sauver l’environnement, mais plutôt une expérience innovante, immersive et informative. Capter l’attention par l’image, le son, la vidéo et la téléportation pour stimuler les sens et l’imagination des publics. Voilà les objectifs de ce photographe humaniste et avant-gardiste.

 

Retrouvez ici le site officiel de Nicolas Villaume.

 

Nicolas Villaume, téléportation au cœur du changement climatique
© Nicolas Villaume

 

julie marfin journaliste

Julie MARFIN

Étudiante à l'Ecole de Journalisme de Nice (EDJ), je suis actuellement stagiaire chez Le Petit Journal de Lima. Amatrice de photographies et passionnée d'écriture, je travaille sur des sujets sociétaux, culturels et environnementaux.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale