Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

Splendeur et déclin des Eaux douces d’Europe

Bien avant que ce havre de sérénité ne soit plus que le lointain souvenir d’une époque tombée dans l’oubli, rappelons-nous qu’au fond de la Corne d’Or, deux petites rivières, Alibeyköy et Kağithane, traversaient une jolie vallée verdoyante… Une vallée si jolie qu'Ahmed III, vingt-troisième Sultan de l’Empire ottoman, y porta son regard et décida d’y laisser son empreinte.

Splendeur et déclin des Eaux douces d’EuropeSplendeur et déclin des Eaux douces d’Europe
Promenade en barque (carte postale circa 1890)
Écrit par Chantal et Jacques Périn
Publié le 29 juin 2023, mis à jour le 30 juin 2023

Grand réformateur, esthète, passionné par les tulipes, amoureux des femmes et géniteur prolifique (12 kadines lui donnèrent 45 enfants dont 2 furent Sultans), il fit construire un kiosque entouré de magnifiques jardins de tulipes, et quelque 170 pavillons de chasse ou villas de style occidental.

 

le sultan Ahmed III
Ahmed III (miniature de Levni – circa 1725)

 

les eaux douces d'Europe Istanbul Turquie
Carte postale ancienne (circa 1890)

 

Un cadre idyllique offert à tous

Dans ce lieu prisé, fréquenté par l’aristocratie ottomane et autorisé d’accès à la population, chacun pouvait profiter des nombreux spectacles qui se déroulaient à la belle saison : courses équestres, combats de lutteurs, concours de lancer du javelot, divertissements poétiques, concerts…

En outre, les pelouses offraient de nombreux espaces pour pique-niquer, le calme des deux rivières permettait de délassantes promenades en barque.

Cette idyllique situation aurait pu durer ainsi de très nombreuses décennies si, après vingt-sept ans et trente jours du règne d’Ahmed III, une nouvelle rébellion des Janissaires, menée par Patrona Halil en 1730, n’avait conduit à l’exécution du Grand Vizir Damat Ibrahim Pacha et à l’abdication du Sultan.

 

les sultans histoire istanbul
Patrona Halil, peinture de Jean-Baptiste Van Mour 

 

Ahmed III est emprisonné au Château des Sept Tours (Yedikule) d’où il ne sortira que six ans plus tard, le 1er juillet 1736, jour de sa mort.

Dès son abdication, Ahmed III est immédiatement remplacé par son neveu Mahmoud 1er qui devra attendre que la révolte se calme pour pouvoir se rendre, accompagné à cheval par Patrona Halil, à la mosquée d’Eyüp afin de recevoir officiellement l’épée d’Osman, symbole du pouvoir.

Entre lent déclin et périodes de renaissances

Entre temps, les Janissaires se regroupent aux Eaux douces, pillent et incendient les kiosques des notables déchus du précédent gouvernement. Le kiosque impérial est dévasté et les magnifiques jardins aux délicates fontaines et aux parterres fleuris sont saccagés.

L’Ère des tulipes* est désormais à son déclin et malgré les efforts entrepris par les successeurs d’Ahmed III pour restaurer les lieux et leur restituer faste, luxe et beauté des temps heureux, les Eaux douces d’Europe ne suscitent plus autant l’intérêt des promeneurs.

Au XIXème siècle, les Eaux douces d’Europe retrouvent un peu d’animation avec les touristes occidentaux qui viennent s’y délasser, faire de la barque ou une promenade à cheval et déjeuner sur les pelouses, côtoyant les fidèles promeneurs autochtones.

 

eaux douces d'Europe
Circa 1870

 

les eaux douces d'Europe 19e siècle
Promenade équestre pour enfants (Photographes Abdullah frères – circa 1870)

 

eaux douces d'Europe pique nique istanbul
Déjeuner sur l’herbe (photographie circa 1865)

 

À partir de 1863, le Sultan Abdülaziz fait restaurer une partie des jardins et y fait édifier la mosquée Sadabad Kahitane Camii.

 

eaux douces Europe istanbul
Travaux de restaurations des berges devant le kiosque impérial (circa 1870 – photographe Mirhan Iranian)

 

mosquée corne d'or Istanbul
Mosquée des Eaux douces d’Europe (Photographes Sebah et Joaillier – 1870)

 

D'une zone industrielle à un campus universitaire 

Hélas, les efforts entrepris pour redynamiser l’intérêt pour les Eaux douces d’Europe ne suffisent pas et, désertés par les visiteurs, jardins et cours d’eaux sont livrés aux industriels qui y installent des fabriques, entraînant une très importante pollution de l’eau des deux rivières et de la Corne d’Or dans laquelle elles se déversent, la transformant en un cloaque pestilentiel.

Laissé à l'abandon au début du XXème siècle, le terrain est investi par la première centrale ottomane électrique thermique au charbon (Silahtarağa Elektrik Santralı) qui, de 1914 à 1983, alimentera le tramway de la rive européenne puis, dès 1926, celui de la rive asiatique d'Istanbul. Le bâtiment est aujourd'hui transformé en musée où l’on peut découvrir les turbines qui fonctionnaient au charbon ainsi que la salle des cadrans de contrôle.

 

central istanbul
Salle des turbines

 

Dans les années 1940, une école militaire y prend ses quartiers et en 1996 l'Université privée Bilgi (stanbul Bilgi Üniversitesi - université de la connaissance) accueille les premiers étudiants.

Si les Eaux douces d'Europe d'aujourd'hui n'ont plus rien de commun avec celles d'hier, la Corne d'Or a bénéficié en 1980 d'un vaste programme de réhabilitation qui lui a donné un aspect beaucoup plus attrayant et des eaux beaucoup plus propres, panorama qu'il est toujours agréable d'admirer du haut de la terrasse du Café Pierre Loti.

 

vue depuis le café pierre loti istanbul
La Corne d’Or vue du café Pierre Loti

__________________

(*) L’Ère des Tulipes ou Temps des Tulipes (Lâle Devri en turc) correspond à une période de l’histoire ottomane, qui débute le 21 juillet 1718 pour se terminer le 20 septembre 1730. Un article dédié à cette période sera publié ultérieurement

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024