Mardi 21 septembre 2021

"Kına gecesi" ou "nuit du henné", une tradition turque incontournable

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 08/07/2021 à 03:10 | Mis à jour le 08/07/2021 à 10:53
Photo : Lors d'une "Kına gecesi"
des personnes se font du henné en Turquie

L’article ci-dessous retrace les grandes lignes de la "Kına gecesi". Des variantes peuvent exister en fonction des régions et coutumes.

La Kına gecesi, "nuit du henné" ou "cérémonie du henné", est un incontournable de la saison des mariages en Turquie. Qu’il s’agisse de familles conservatrices ou modernes, rurales ou citadines, cette cérémonie reste en 2021 une tradition turque fondamentale, bien qu’elle connaisse une profonde évolution dans certains milieux. 

En Turquie il n’est pas rare de croiser des femmes dont les paumes de mains sont marron-orangé… Cela signifie probablement qu’elles ont assisté, peu de temps auparavant, à une soirée du henné.

Cette soirée, organisée pour la future mariée, la veille ou l’avant-veille de la cérémonie de mariage, est un incontournable de la culture turque. C’est un peu l’enterrement de vie de jeune fille "à la turque", un moment que cette dernière va vivre avec des sentiments mitigés, à la fois heureuse de passer un moment festif avec ses proches, mais aussi triste de quitter le domicile familial.

Le henné, c’est quoi exactement ?

Le henné est un arbuste épineux dont les feuilles (transformées en poudre) sont principalement utilisées comme colorant ou tatouage. On leur octroie également des vertus médicinales.

 

henné kina Turquie
Du henné

 

Selon certaines sources, le henné a un lien avec le sacrifice. Certains affirment que le henné a une relation avec l’animal sacrifié ; le bélier dédié à Allah par Abraham aurait été teint au henné. Ce qui explique que certains teignent aujourd’hui l’animal sacrifié pendant le Kurban bayram.

Le henné représenterait alors le sacrifice de la future mariée à son foyer, mais aussi la protection contre le mauvais œil et la jalousie, c’est pourquoi il est supposé porter chance à tous ceux qui s'en appliqueront au creux de la main.

Le déroulement d’une "Kına gecesi"

Tout d’abord, la Kına gecesi peut se dérouler, soit chez les parents de la future mariée, soit dans un restaurant/hôtel, ou une salle des fêtes. Cette soirée est devenue très commerciale, et peut même être incluse dans les "paquets" proposés par les organisateurs de mariage.

C’est en principe une soirée réservée aux femmes, néanmoins, on observera parfois la présence de la gente masculine.

Quant au futur marié, il ne se trouve, en principe, pas trop loin du lieu de célébration, et assiste même parfois à une grande partie de la cérémonie.

Pendant cette soirée, la future mariée va porter deux ou trois tenues si elle le souhaite.

Si cette soirée est traditionnellement centrée autour de la danse et de la musique, désormais il est fréquent d’y trouver un vrai repas pour restaurer les convives (mais la tradition veut qu’on offre aux invités fruits et jus de fruits – souvent envoyés par la famille du futur marié).

La pose du henné se fait généralement à un moment relativement avancé de la soirée.

La jeune fille, qui a revêtu un costume traditionnel, le "bindalli" (une robe brodée, en principe rouge, -mais désormais déclinée dans de nombreuses couleurs), se couvre la tête d’un tissu rouge, qui ne laisse qu’entrevoir son visage.

Une ou deux chaises sont disposées (en fonction de la présence ou non du futur marié) au centre de la pièce. La sœur ou la plus proche amie de la mariée va porter un plateau sur lequel  se trouve le henné, et mener l’assemblée disposée en ligne avec à sa tête la future mariée qui va s’asseoir sur la chaise. Les lumières sont éteintes et les filles, qui portent toutes une bougie (ou LED afin d’éviter une catastrophe) dans chaque main, vont, en suivant celle qui porte le plateau, danser en tournant autour de la "reine de la soirée", tout en murmurant des chants qui évoquent le départ du foyer familial.

Il est fréquent que la chanson très émouvante Yüksek Yüksek Tepelere soit diffusée à ce moment-là ; cette chanson raconte la séparation d’une mère et sa fille… paroles qui doivent conduire la jeune femme à pleurer.

 

 

Yüksek Yüksek Tepelere / Vers le haut des collines (paroles)

yüksek yüksek tepelere Turquie nuit du Henné

 

Les pleurs, point d’orgue de la soirée du henné

À ce stade, l’objectif est de faire pleurer la jeune fille. On dit que les larmes de la future mariée versées ce soir-là apporteront abondance, joie, bonheur et sérénité à son nouveau foyer.

Dès la première larme, la future belle-mère couvre de pâte de henné une des mains (parfois pieds) de sa future belle-fille, et met une pièce d’or dessus (supposée porter chance et abondance). La future mariée ferme sa main qui est recouverte d’un morceau de tissu. La même procédure est répétée avec son autre main.

En principe le henné n’est pas nettoyé jusqu’à la fin de la soirée, voire le lendemain matin.

Ensuite, les convives qui le souhaitent peuvent également s’appliquer au creux de la main du henné, préparé en amont, présenté dans de petites pochettes colorées distribuées lors de la soirée.

Si on souhaite faire tenir le henné, on peut s’enrouler la main d’un morceau de tissu. Plus on le garde, plus le henné restera (de quelques jours à quelques semaines)*.

Une tradition qui évolue

Cette vieille tradition de la Kına gecesi, qui s’observe aussi dans les pays arabes et en Israël, a évolué aujourd’hui en Turquie, principalement dans les milieux sociaux-économiques favorisés des grandes villes.

En effet, la Kına gecesi a tendance à se transformer en un format "mariage miniature" (parfois même en une déclinaison d’une bachelorette’s party), où les convives vont profiter d’un dîner et de danses pendant quelques heures, et où le henné ne devient plus qu’accessoire.

Aujourd’hui, par exemple, il n’est pas surprenant qu’une jeune mariée souhaite que ses amies mettent un masque sur le visage du marié, comme c’est le cas dans une scène de la série populaire Aşk-ı Memnu.

 

 

En dehors de la Kına gecesi, le henné a aussi sa place en Turquie lors d’autres célébrations, comme c’est le cas à Mardin (sud-est) pendant les fêtes de bayram, où certains se badigeonnent de henné, ou encore lors des soirées de départ des jeunes hommes au service militaire ; dans ce cas, le henné est aussi appliqué comme symbole de sacrifice : le futur soldat se consacre à son pays.

Dans d’autres cultures, en Inde par exemple, le henné ("mehndi" en hindi), tatouage éphémère, se travaille sous forme d’art corporel, avec des préoccupations esthétiques ; il est utilisé lors de grandes occasions, sur les mains, bras et pieds.

________________

(*) Pour enlever une trace de henné sur la peau, quelques recettes naturelles en cliquant ICI

 

Nous vous recommandons
lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir