Dimanche 27 mai 2018
Istanbul
Istanbul
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ÉTUDIANTS FRANCOPHONES - Ils créent un potager bio… visible en 3D

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 06/12/2017 à 19:04 | Mis à jour le 10/12/2017 à 11:33
Photo : Le potager biologique de 1.000 mètres carrés est situé dans le parc de Fenerbahçe.©SP
potager biologique 3D lycée st-joseph istanbul turquie

Une application mobile permet d’accéder virtuellement à un potager communautaire mis en place en plein cœur d’Istanbul par des étudiants du lycée francophone Saint-Joseph. Objectif ? Sensibiliser au développement durable. 

Les pieds sur terre, la tête ailleurs… transportée au cœur du potager communautaire situé dans le parc de Fenerbahçe, sur la rive asiatique d’Istanbul, et créé par des étudiants. Ils sont membres du club de permaculture du lycée francophone Saint-Joseph. Hier, ils ont inauguré l’application mobile* développée afin de voir leur jardin en 3D. 

Equipé d'un casque de réalité virtuelle, il suffit de bouger la tête pour se balader parmi les plants de tomates, de courgettes, d’aubergines ou encore de framboises… Le tout, cultivé biologiquement. En un battement de cil, on accède aussi à des vidéos explicatives (traduites en français) sur le compost, le poulailler ou encore sur la permaculture : une agriculture soucieuse de l’écologie naturelle et de la tradition.

"Les élèves grandissent entourés de béton"

C’est Defne Aksel, étudiante de 18 ans, qui a fait germer l’idée. "Je m’intéresse depuis toute petite à l’agriculture biologique et aux méthodes durables. Il y a sept ans, j’ai commencé à regarder des documentaires scientifiques et j’ai constaté avec effroi qu’en 2050, la population des villes aura considérablement augmentée…"  De 75%, selon une étude publiée par l’institut Navigant Research. "C’est pourquoi, on doit prendre des précautions et sensibiliser la nouvelle génération aux manières de se nourrir de façon durable et responsable, y compris en ville", poursuit Defne, présidente du club de permaculture. 

Depuis sa création en 2015, le club, – qui compte 30 membres actifs aujourd’hui –, a gagné du terrain… Le lycée Saint-Joseph lui a d’abord mis à disposition une parcelle de son jardin. Objectif : comprendre le développement durable. Şükran Toy, professeure de géographie au lycée, accompagne ses élèves depuis le commencement du projet : "Ils grandissent entourés de béton. En cours, je dois leur apprendre comment fonctionne la planète Terre mais ils ne savaient même pas comment poussait une pastèque…", explique l’enseignante, qui peut se féliciter des bonnes retombées dans les résultats scolaires de sa matière. 

Avec le soutien des citoyens et écoliers du quartier

En 2016, la municipalité de Kadıköy octroie à ces agriculteurs en herbe un espace d’environ 1.000 mètres carrés, dans le parc de Fenerbahçe. Afin de gérer cette parcelle, tout en consacrant du temps à leurs études, les lycéens lancent un appel au renfort sur Facebook. "Cela a été difficile dans un premier temps de trouver des bénévoles. Les gens étaient hésitants, ils ne savaient pas s’ils trouveraient assez de temps, se souvient Defne. Finalement, on constate aujourd’hui une forte participation des habitants du quartier, dont une banquière, qui s’y rend en sortant du travail. Elle nous a dit qu’on avait changé sa conception de la nature", se réjouit l'étudiante, qui voudrait par la suite travailler en faveur du développement durable pour de grandes entreprises. 

Le club du lycée s’est aussi entouré de petites mains vertes et coopère désormais avec plusieurs écoles du quartier. Des élèves de maternelle et de primaire s’y rendent toutes les semaines pour planter, arroser, récolter… Une partie des cueillettes est redistribuée à des associations qui aident les personnes dans le besoin. "Le partage et la transmission sont importants, car nous espérons que la notion de développement durable fasse son chemin en dehors de l’établissement, à Istanbul et dans tout le pays", poursuit Şükran Toy. C’est elle qui a eu l’idée de l’application gratuite de réalité virtuelle, consacrée au projet. Le but ? Toucher davantage de jeunes en Turquie, où les nouvelles générations sont encore plus qu’ailleurs, hyper-connectées. 

A la fin de la présentation, hier, les participants ont pu déguster du kabak tatlısı, ce fameux dessert turc à base de potiron… cultivé par les élèves eux-mêmes.

*L'application mobile est disponible gratuitement sur iOS et Android

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) jeudi 7 décembre 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
1 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Sati jeu 07/12/2017 - 16:16

Bonsoir, J'ai lu votre article avec beaucoup intérêt. J'aimerais vous faire part de quelques observations: Dans le titre de l'article vous parlez d'étudiants alors qu'il s'agit de jeunes qui vont au lycée. Puis dans l'article on parle d'une étudiante de 18 ans du lycée. Et puis un titre de paragraphe il est écrit : ' Les élèvent grandissent entourés de béton.' Il faut corriger : on écrit élèves et non pas élèvent. On peut dire : les lycéens, les élèves du lycée ou encore les jeunes du lycée... Voilà! Cordialement, Sati

Répondre

Communauté

Zurich Appercu

La Suisse, victime de la propagande turque ? 

Les faits, révélés par le quotidien suisse SonntagsBlick, ont mis en alerte la Confédération, qui voit là une tentative de propagande orchestrée par le régime turc. Explications.