Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

51 crimes contre les femmes par heure en Inde en 2022

crime against womancrime against woman
crime against woman @rawpics
Écrit par lepetitjournal.com Bombay
Publié le 6 décembre 2023, mis à jour le 19 décembre 2023

Pour écouter l'info du jour :

 

 

Un nombre de crimes en augmentation en Inde

Les données du National Crime Records Bureau (NCRB) indiquent qu’un total de 445.256 cas de crimes contre les femmes ont été enregistrés l’an dernier dans l’ensemble du pays, soit près de 51 FIR (First Information Report) par heure. Une augmentation de 4 % par rapport à 2021 (428.278 cas). En 2020, le nombre de crimes répertoriés s'élevait à 371.503.  

 

Delhi, ville la plus dangereuse pour les femmes

La capitale Delhi compte le plus grand nombre de FIR pour 100.000 habitants, suivie par les États de l’Uttar Pradesh (qui enregistre le plus grand nombre de cas et le plus grand nombre de viols suivis de meurtre et/ou de viols en groupe), du Maharashtra, du Rajasthan, du Bengale-Occidental et du Madhya Pradesh. Le Rajasthan présente le plus grand nombre de rapports concernant des viols. 

 Pour rappel, le viol marital n’est pas reconnu en Inde, si l’épouse est agée de plus de 18 ans.

Le rapport du NCRB a montré que Delhi est la ville la plus dangereuse pour les femmes en Inde, avec 1204 cas de viols signalés en 2022, soit une moyenne de trois par jour. Delhi représente 31,2 % des crimes contre les femmes déclarés dans le pays, ce qui indique une concentration disproportionnée de ces actes dans la capitale nationale. 

 

Quels crimes contre les femmes ? 

Ces 5 États à eux seuls contribuent pour 50,2 % des crimes contre les femmes du pays. 45.331 crimes ont été recensés au Maharashtra. 

La majorité des crimes rapportés selon le code pénal indien concernent  des actes de cruauté envers l’épouse par le mari ou sa famille (31,4 %), des enlèvements (19.2%), des agressions avec intention d’outrage à la pudeur (18,7 %) et des viols (7,1 %).

Pour le NCRB, l’augmentation des taux de crimes n’est pas forcément une mauvaise chose car cela peut signifier qu’un plus grand nombre de personnes, et surtout de femmes, osent parler. 

Le porte parole du NCRB a déclaré : 

“L’augmentation du nombre de crimes dans les données de la police d’un État peut en fait être due à certaines initiatives de police centrées sur les citoyens, comme le lancement d’un système d’e-FIR ou de services d’aide aux femmes. L’augmentation ou la diminution du nombre de crimes, cependant, nécessite une enquête professionnelle sur les facteurs sous-jacents liés aux collectivités locales afin d’aborder adéquatement les questions pertinentes”.

Le rapport indique aussi une augmentation des crimes contre les enfants, les castes répertoriées (SC) et les tribus répertoriées (ST), ainsi que des cybercrimes.

 

Crimes contre les enfants : le Maharashtra obtient la triste première place

Au-delà des crimes contre les femmes, les crimes contre les enfants ont aussi connu une sérieuse augmentation : +8,7 % par rapport à 2021. Au total, 162.449 cas de crimes contre des enfants ont été enregistrés en 2022.

En pourcentage, les principaux crimes contre les enfants étaient les suivants :

  • Enlèvement (45,7 %)
  • Viol d’enfants et autres infractions sexuelles, selon les termes de la loi POCSO de 2012 sur la protection des enfants contre les infractions sexuelles  (39,7 %)

Parmi les États indiens, le Maharashtra a enregistré le plus grand nombre de crimes contre les enfants, avec 20.662 cas enregistrés en 2022, suivi par le Madhya Pradesh (20.415) et l’Uttar Pradesh (18.682).

Delhi, en revanche, a signalé 1529 crimes relatifs à la loi POCSO en 2022, tandis que Mumbai arrive deuxième parmi les grandes métropoles sur ce critère, avec 1195 cas enregistrés.

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024