Le bref : En Inde, 1/3 des crimes contre les femmes sont commis par un proche

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 25/11/2022 à 00:30 | Mis à jour le 25/11/2022 à 00:30
Affiche de l'ONU sur l'élimination de la violence envers les femmes

Le 25 novembre est la journée internationale de l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Hier, le secrétaire général de l’ONU a affirmé  qu'une femme ou une fille est tuée toutes les 11 minutes par un partenaire intime ou un membre de sa famille.

 

En Inde, 1/3 des crimes envers les femmes sont commis par le mari ou un proche

Malheureusement, en Inde, les statistiques du bureau national d’enregistrement des crimes révèlent que la violence envers les femmes a augmenté de plus de 15 % en 2021 et que dans la majorité des cas, les crimes contre les femmes ont été enregistrés sous la rubrique " Cruauté de la part du mari ou de ses proches " (31,8 %), suivie par " Agression dans l'intention de porter atteinte à leur pudeur " (20,8 %), " Kidnapping et enlèvement " (17,6 %) et " Viol " (7,4 %). 

En ce moment, la police indienne enquête sur le meurtre d’une jeune femme par son compagnon. Ce dernier a réussi a cacher le crime pendant plus de 6 mois et le fait divers fait la une de l’actualité. 

 

 

La nomination des commissaires électoraux de l’Inde revue par la Cour suprême 

La Cour Suprême se penche actuellement sur la procédure de nomination des membres de la Commission Electorale. Les commissaires électoraux déterminent et font appliquer le code de conduite pour les élections en Inde qu’elles soient nationales ou locales. Mardi, la Cour suprême a déclaré qu'un "mécanisme équitable et transparent" devait être adopté pour garantir la nomination en tant que président de la commission électorale d’une personne apolitique, dotée d'une forte personnalité et capable de prendre des décisions indépendantes sans être influencée. Aujourd’hui, les commissaires électoraux sont nommés par le gouvernement. 

Et mercredi, la Cour a demandé au gouvernement de lui montrer le dossier concernant la dernière nomination qui a eu lieu jeudi dernier pendant que la Cour travaillait déjà sur la procédure. 

Le juge Joseph qui préside le banc sur le sujet a déclaré que les gouvernements successifs, en particulier après 2004, ont "choisi" des personnes dont ils savaient qu'elles n'atteindraient "jamais" le mandat complet de six ans prescrit par la loi de 1991 sur la Commission électorale. La section 4 de cette loi stipule que le mandat des commissaires électoraux est de six ans ou jusqu'à l'âge de 65 ans, selon ce qui se produit en premier.

 

La suite dans le bref...

Le bref du 25 novembre 2022

Toutes les autres nouvelles de la veille et du jour à écouter en podcast :

 

Réécouter tous les brefs sur SoundCloud ici.

 


Ce podcast est aussi accessible en message vocal WhatsApp sur votre téléphone le matin en suivant la procédure ci-dessous pour vous inscrire :

Ajoutez à vos contacts Whatsapp le Bref avec le numéro de téléphone suivant: +91 8291097571

Laissez nous un message tel que "Bonjour le bref"

Vous serez ajouté d’ici 24 heures à la liste de diffusion "Le Bref".

 


Informations concernant vos données personnelles :

Votre inscription au Bref implique que lepetitjournal.com Bombay dispose et conserve votre numéro de téléphone pour vous donner accès à ce podcast quotidien ou répondre à une discussion que vous seriez susceptible d'initier. Vos données ne sont pas transmises à des tiers. Elles sont conservées jusqu'à votre désinscription du service, que vous pouvez demander à tout moment en envoyant le message "STOP". Toutes vos données seront alors automatiquement effacées.


 

 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale