Jean-Marc Merriaux, le nouveau directeur de la Mission laïque française

Par Anne-Claire Voss | Publié le 17/01/2022 à 17:45 | Mis à jour le 18/01/2022 à 18:48
Portrait de Jean-Marc Merriaux, directeur général à la Mission laïque française et de l’Office scolaire et universitaire international

Jean-Marc Merriaux prend ses nouvelles fonctions de directeur général à la Mission laïque française et de l’Office scolaire et universitaire international ce 17 janvier 2022. Le haut fonctionnaire a dorénavant pour mission la proposition et l’animation de ces associations tournées vers l’international.

 

La Mission laïque française (Mlf) et l’Office scolaire et universitaire international (OSUI) ont choisi Jean-Marc Merriaux pour directeur général. Fondée en 1902, la Mission laïque française est une association à but non lucratif reconnue d'utilité publique, qui assure la gestion d'un réseau de 108 établissements d'enseignement français à l'étranger (écoles, collèges et lycées) scolarisant plus de 61.000 élèves dans 37 pays. L'Office scolaire et universitaire international, est quant à elle, une association sœur de la Mlf créée en 1996 et implantée au Maroc. Le haut fonctionnaire doit prendre ses fonctions ce 17 janvier 2022. Dans ce rôle, il se chargera de proposer, d’animer et de mettre en œuvre la politique des associations Mlf et OSUI et ses orientations stratégiques.

 

Qui est Jean-Marc Merriaux ?

Habitué des postes hauts gradés, Jean-Marc Merriaux enfile une nouvelle fois le costume de directeur général. D’abord diplômé d’un DEA d’Économie de l’Industrie et des Services de l’Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne, il débute sa carrière chez France 5 en tant que régisseur. Le haut fonctionnaire évolue rapidement au sein de la chaîne et devient conseiller des programmes puis directeur pour diverses branches de l’entreprise (directeur des programmes, directeur de la stratégie des contenus et nouveaux supports). En 2008, il est nommé à la direction d’éducation de France Télévision, un parcours qui commence alors à faire sens avec la Mlf. En 2010, il rejoint Universcience - établissement public issu du rapprochement entre le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de l'industrie - en tant que directeur de l'édition et du transmédia. Il sera nommé directeur général du Centre National de Documentation Pédagogique (devenu réseau Canopé) en novembre 2011. Six années plus tard, il intègre l'Inspection Générale de l'Administration de l'Éducation Nationale et de la Recherche. Enfin, en mai 2018, il monte à la tête de la direction du numérique pour l'éducation des Ministères de l'Éducation Nationale et de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche avant d'être promu délégué ministériel.

 

Renforcer l’enseignement français à l’étranger

Nommé directeur général de la Mlf et OSUI, Jean-Marc Merriaux félicite les acteurs du réseau mlfmonde qui ont su s’adapter et se développer au sein de milieux parfois difficiles. Il confie : « C’est un réseau dynamique et innovant, qui possède une grande capacité d’adaptation et  c’est aussi sur ces piliers que je vais pouvoir m'appuyer pour conduire la mission qui m’a été confiée. » Le directeur général souhaite continuer à valoriser l’excellence pédagogique apportée aux écoliers tout en développant des projets innovants. Un congrès annuel aura lieu ce mois de mai 2022. Il sera alors l’occasion pour affirmer les orientations stratégiques, toujours dans l’objectif de renforcer le rayonnement de l’enseignement français à l’étranger.

 

Le nouveau directeur général déclare fièrement : « C’est avec un plaisir non dissimulé que je rejoins la Mission laïque française. Je sais pouvoir compter sur le professionnalisme des chefs d'établissements, des équipes qui constituent le réseau, et sur l'engagement de tous les acteurs de la Mlf : administrateurs, personnels, partenaires, pour accompagner le dynamisme de l'enseignement français à l'étranger . »

Anne-Claire Voss

Anne-Claire Voss

Diplômée d'un Bachelor en Management et médiation culturelle à l'ICART (Paris), elle décide de réaliser un Master en journalisme à l'ISFJ (Paris) et de se former avec notre rédaction.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale