Mardi 20 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Vote électronique des Français à l’étranger : pourquoi ça bloque ? 

Par Justine Hugues | Publié le 25/10/2018 à 10:00 | Mis à jour le 25/10/2018 à 10:22
vote électronique expatriés

Progrès technologique indispensable ou danger pour la démocratie ? Le vote électronique fait débat et son utilisation marginale expliquerait, en partie, la forte abstention des électeurs à l’étranger. Or, des pistes d’amélioration existent, qui simplifieraient la vie électorale des Français expatriés. 

 

Comment élargir les dispositifs de vote électronique tout en mettant en œuvre des moyens suffisants pour les sécuriser ? C’est sur cette épineuse question de démocratie que les sénateurs Jacky Deromedi (LR, Français établis hors de France) et Yves Détraigne (MoDem, Marne) viennent de présenter leurs conclusions, devant la commission des lois du Palais du Luxembourg. 

 

Les Français de l’étranger participent aux élections nationales (présidentielles, législatives et sénatoriales), européennes et consulaires. Or, comme le soulignait Jacques Chirac en 2001, les expatriés « sont souvent privés de l’effectivité de leur droit de vote en raison de leur éloignement d’un consulat ». « Un expatrié vivant à Irkoutsk (Russie) doit parcourir 2 812 kilomètres pour voter à Ekaterinbourg, ce qui représente un trajet de 3 heures 20 en avion, et  un prix du billet avoisinant 470 euros pour un aller-retour », abonde le sénateur Antoine Lefèvre. 

 

L’abstention, chez cette catégorie de population, est très forte. Au premier tour de l’élection présidentielle de 2017, 55,72 % des électeurs inscrits à l’étranger n’ont pas voté, contre 22,23% sur pour l’ensemble des votants. Lors des élections législatives qui ont suivi, le taux d’abstention a, dans certaines circonscriptions, atteint des records : 88,3% au second tour dans la 8ème circonscription (Europe du sud, Israël, Turquie…) par exemple. 

 

 

Bienvenue au royaume des couacs

 

Tout l’enjeu du vote par Internet est de concilier sa sécurisation (prévenir les tentatives de piratage) et son ergonomie (faciliter l’accès des expatriés à la plateforme de vote en ligne). Deux éléments qui ont pêché dans l’histoire électorale récente. 

 

L’accès à la plateforme de vote en ligne reste complexe, notamment parce que deux canaux de transmission (courriels et SMS) sont nécessaires pour envoyer leurs codes d’identification aux électeurs. Acheminement des SMS difficile, adresses électroniques non ou mal répertoriées sur les listes… Lors des élections consulaires de 2014, 6 % des votants par Internet ont contacté la cellule d’assistance technique en raison de difficultés de connexion. L’augmentation du nombre de connexions quelques heures avant la clôture du scrutin avait saturé la plateforme de vote, rendue inaccessible pendant près de deux heures. 

 

Pour les législatives de 2017, l’abandon du vote par Internet a été d’autant plus mal vécu par nos compatriotes expatriés que le gouvernement avait promis, moins d’un an plus tôt, de concevoir « une nouvelle solution de vote électronique offrant aux électeurs une solution à la fois ergonomique et sûre ».  Le contexte géopolitique global aurait conduit à la décision : attaques contre les sites Internet de TV5 monde (2015) et du Bundestag allemand (2015), interrogations sur le déroulement de la campagne présidentielle américaine (2016)… Guillaume Poupard, directeur de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), avait alors comparé son analyse à celle d’un vulcanologue : « Écoutez, ce volcan, je ne le sens pas, à mon avis, il y a de grandes chances que cela pète ; mais il n’y a aucune garantie ».

 

Le projet comportait également des imperfections structurelles : un calendrier trop serré, des exigences de sécurité évolutives et des tests grandeur nature peu concluants. 

 

Les responsabilités sont donc partagées entre l’administration et le prestataire (la société SCYTL), qui ont échoué à concevoir et tester la nouvelle plateforme de vote en amont du scrutin. Ces défaillances sont d’autant plus problématiques que le marché public avec le prestataire n’a pas été résilié. SCYTL est toujours chargée de mettre en œuvre le vote par Internet pour les élections consulaires de 2020. « Aucune pénalité n’a été prononcée à l’encontre de la société SCYTL, alors même que la plateforme de vote présentait de graves imperfections fonctionnelles » s’indignent Jacky Deromedy et Yves Détraigne. 

 

 

Quelles solutions ?

 

« Si nous ne sommes pas en capacité, pour les prochaines élections, de nous organiser pour avoir un système de vote par Internet étanche à toute attaque, ça ne s’appelle plus la France, notre pays ! », s’exclamait le président Macron, en octobre 2017, devant l’Assemblée des Français de l’Etranger. Aujourd’hui, il est toutefois impossible d’assurer que le dispositif de vote par Internet sera bien opérationnel en 2020.

 

Afin de perfectionner et sécuriser la plateforme de vote pour les échéances électorales à venir, les sénateurs  formulent donc quatre propositions :  

 

  • Garantir l’organisation du vote par Internet pour les élections consulaires de 2020, en organisant des tests grandeur nature avec suffisamment d’anticipation  
  • Préparer le vote par Internet pour les élections législatives de 2022 en renforçant les moyens alloués à sa sécurisation et en lançant la procédure de mise en concurrence plus en amont
  • Sécuriser l’identification des électeurs participant au vote par Internet en créant une véritable identité numérique, à partir d’outils biométriques
  • Prévoir l’obligation pour le gouvernement de consulter l’Assemblée des Français de l’étranger avant, le cas échéant, d’annuler le recours au vote par Internet.
Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ours vaudois jeu 25/10/2018 - 19:43

Notre pays est un pays de poètes, d'écrivains, de philosophes, de grands cuisiniers, de grands politiciens et d'inimitables orateurs - ou baratineurs si vous préférez -, mais il peine à s'intéresser à la technologie qu'il délaisse au profit de ses voisins allemands, suisses ou italiens. C'est ainsi que notre administration a découvert, un mois avant les élections de 2017 que son système de vote par Internet, pourtant utilisé en 2012, n'était pas fiable. 5 ans pour s'en rendre compte! allons-donc! A la dernière minute ce système a été remplacé par un vote par correspondance qui n'a pas fonctionné (défaillance de la société Koba d'après Monsieur le Consul) alors que depuis des décennies cette méthode fonctionne parfaitement en Suisse. L'incompétence et la suffisance de nos cadres administratifs et politiques est toujours la même. Rappelez-vous le désastre de 1940 dû aux mêmes incompétents. D'une génération à l'autre cela se répète. Jusqu'à la fin de notre pays ou un peut-être un surtaux: quelle est la pointure de votre chaussure?

Répondre
Commentaire avatar

Christian PERROT jeu 25/10/2018 - 08:07

Outre la problématique de sécurité, le Ministère de l'Intérieur doit faire face à une problématique constitutionnelle. Et oui il faut respecter le principe d'égalité entre électeurs d'une même circonscription électorale. Cette notion de rupture d'égalité entre électeurs d'une même circonscription électorale a été abordée en séance publique à l'Assemblée nationale le 9 octobre 2014 lors de la discussion autour de la proposition de loi organique du député UMP Thierry Mariani visant à instaurer le vote par voie électronique (vote par internet) des Français de l'étranger à l'élection présidentielle et à l'élection des représentants au Parlement européen. L'argument de la rupture d'égalité avait été mis en avant par M. Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger en affichant clairement que le gouvernement était défavorable à la proposition de loi du député Thierry Mariani. Matthias Fekl a rappelé dans son intervention que « le Conseil constitutionnel, saisi d’office puisqu’il s’agit d’une proposition de loi organique, pourrait considérer que ces dispositions sont inconstitutionnelles en raison de la rupture d’égalité qu’elles introduiraient entre les électeurs d’une même circonscription électorale. Les électeurs d'une même circonscription électorale seraient en effet soumis à des règles différentes : une partie des électeurs aurait le droit au vote électronique alors que l'autre serait privée de cette possibilité. ». Argument repris dans l'amendement de suppression de l'article 1 de la proposition de loi en question présenté par M. Popelin, M. Le Roux, M. Raimbourg, M. Arnaud Leroy et les membres du groupe socialiste, républicain et citoyen. Amendement de suppression adopté lors du vote des députés. La proposition de loi organique présentée par le député Thierry Mariani a été de fait rejetée. Cette atteinte au principe constitutionnel d'égalité entre électeurs d'une même circonscription électorale (respect de l'article 3 alinéa 3 de la Constitution) risque de s'inviter lors du scrutin des Européennes de 2019 dans l'unique circo France si le Gouvernement n'interdit pas l'usage des obsolètes machines à voter toujours autorisées en France. Une bombe à retardement qui pourrait faire sauter le 1er ministre et son gouvernement s'ils envisagent eux aussi de passer outre le respect de la Constitution. ;-)

Répondre
Commentaire avatar

sanouk jeu 25/10/2018 - 02:44

La vraie raison ne serait elle pas plutôt que les informaticiens de la fonction publique manqueraient de compétence. Ils l'on d'ailleurs largement prouvé avec différents projets très onéreux n'ayant pas aboutis.

Répondre

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ
Sur le même sujet