Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 6
  • 0

Qu’ont voté les Français de l’étranger aux élections européennes 2024 ?

360 millions d’électeurs étaient appelés à désigner, dimanche 9 juin 2024, 720 députés européens. Les résultats ont montré une forte progression des partis nationalistes et radicaux de droite. En France, le Rassemblement National, porté par Jordan Bardella, a pris la tête du scrutin. Face à ce bouleversement, Emmanuel Macron dissout l’Assemblée nationale et convoque des élections législatives pour les 30 juin et 7 juillet 2024. Qu’en est-il chez les Français de l’étranger ?

Quels sont les résultats des européennes 2024 chez les expatriés français ?Quels sont les résultats des européennes 2024 chez les expatriés français ?
Écrit par Elena Rouet-Sanchez
Publié le 10 juin 2024, mis à jour le 18 juin 2024

 

Les résultats provisoires pour les Français établis hors de France : l’abstention grand vainqueur 

Alors que le taux de participation global a atteint les 51,4 % pour les élections européennes 2024, les expatriés français n’ont été que 17,35 % à se rendre aux urnes
La commission électorale se réunissant lundi 10 juin 2024 pour finaliser les résultats, les estimations provisoires placent, la majorité présidentielle, représentée par Valérie Hayer, en tête des votes des Français de l’étranger, avec 21,99 % des votes.
Elle est suivie de près par le parti socialiste avec Raphaël Glucksmann à 18,76 %, puis par la France Insoumise de Manon Aubry (13,89 %). Contrairement aux résultats de l’hexagone, le Rassemblement National se classe en cinquième position chez les expatriés avec 8,30 % des voix. 

 

 

Résultats des élections européennes 2024 nationales et en Chine, ville par ville

 

 

En Europe et en Amérique du Nord, Valérie Hayer et Raphaël Glucksmann arrivent en tête des suffrages parmi les expatriés. À Genève, où réside la plus grande communauté d’expatriés français (132.151 personnes), 22,31 % des votants ont soutenu Valérie Hayer, malgré un taux d’abstention élevé de 75,89 %.
À Bruxelles et à Montréal, Raphaël Glucksmann se classe en première position, suivi de près par la majorité présidentielle.
Manon Aubry enregistre des scores remarquables à Tunis avec 54,64 % des voix, et à Dubaï avec 25,70 %. Elle arrive également en tête des résultats au Cambodge, avec 12,56 % des votes enregistrés. 
En Israël, Marion Maréchal Le Pen se distingue, tandis qu’à Bangkok, Jordan Bardella arrive en tête, suivi par Marion Maréchal le Pen de Reconquête!. À Singapour, où l’abstention est la plus faible (67,59 %), Valérie Hayer domine le classement, ainsi qu'en Indonésie

 


Valérie Hayer (Renaissance) en tête des votes des expatriés français en Amérique du N

 

 

 

 

Dissolution de l’Assemblée nationale : un scrutin express

La dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron ouvre une période de campagne intense et historique. La dernière dissolution en date dans le pays remonte sous la présidence de Jacques Chirac, en 1997. « Une décision grave, lourde, mais avant tout un acte de confiance en vous, mes chers patriotes », a annoncé le président de la République sur X.

L’article 12 de la Constitution fixant un délai de 20 à 40 jours pour organiser des élections après une dissolution, les élections législatives anticipées sont convoquées pour les dimanches 30 juin et 7 juillet 2024. Dès lors, les déclarations des candidatures doivent être reçues à la préfecture le quatrième vendredi précédant le jour du scrutin, à la fin de la semaine du 10 juin 2024. Les campagnes pour les législatives sont exceptionnellement courtes. Habituellement organisées en deux temps, elles sont réduites à une semaine pour la période préélectorale, avec la période officielle débutant le 17 juin et se terminant le 28 juin à minuit.
Le premier tour des législatives a, quant à lui, lieu le dimanche 30 juin 2024, soit 21 jours après l’annonce de la dissolution. Les électeurs élisent les 577 députés de la chambre basse. Le second tour, prévu le 7 juillet, permet de départager les candidats restants.

En ce qui concerne les expatriés français, le délais reste aussi court. Ils pourront voter les 30 juin et 7 juillet 2024, en fonction des décalages horaires et des arrangements locaux. Ils pourront exercer leur droit de vote, comme habituellement, dans les bureaux de vote mis en place par l’Ambassade ou le consulat de France du pays concerné, ou via une procuration.

 

 

 

 

Les réactions des députés des Français de l’étranger à la dissolution

À l’occasion de ce scrutin express, les divers partis de gauche appellent à une union d’urgence. « Tout est possible, à partir du moment où il y a une volonté d’y parvenir et à partir du moment où il y a une clarté dans les déclarations des et des autres », déclare Manuel Bompard, coordinateur de LFI, en réponse à l’appel du premier secrétaire du PS à « une constitution d’un front populaire contre l’extrême droite », au micro de RFI. 
Parallèlement, Marine Le Pen a assuré que le RN était « prêt à exercer le pouvoir si les Français [lui] font confiance », évoquant la potentielle nomination de Jordan Bardella comme Premier ministre. 

 

 

 

Si beaucoup considèrent la décision d’Emmanuel Macron comme démocratique, d’autres évoquent « un coup de poker extrêmement dangereux », à l’image d’Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France et membre socialiste. 
Mélanie Vogel, évoque, quant à elle, une « erreur » d’Emmanuel Macron, semblable à celle de von Hindenburg en 1933 : « Face à cette folie, nous devons faire face ensemble, battre la peste brune et engager enfin le pays vers un avenir juste, durable et libre. ».

Cette dissolution signifie également l’arrêt du travail parlementaire des 577 députés. Pour le moment, les députés des Français établis hors de France Anne Genetet, Stéphane Vojetta et Marc Ferracci ont déjà annoncé leur candidature aux législatives. 

 

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024