Emmanuel Macron : « Nous avons protégé les Français de l’étranger »

Par Damien Bouhours | Publié le 07/04/2022 à 18:05 | Mis à jour le 08/04/2022 à 18:23
Emmanuel Macron

Alors que le premier tour de la présidentielle 2022 approche, nous sommes allés à la rencontre des 12 prétendants à l’Elysée. Résidence de repli, France Services Français de l’Étranger, enseignement français... Emmanuel Macron, candidat de la Majorité présidentielle, a répondu à nos questions.

 

 

Un Président qui protège les Françaises et les Français

 

Quel président pensez-vous être pour les Français ?

Un Président qui protège les Françaises et les Français, nos valeurs, dans un monde marqué par le retour du tragique.

 

 

Quelles sont les trois priorités de votre projet présidentiel pour ce second mandat ?

- Assurer l’indépendance française et la puissance européenne car c’est la condition pour défendre notre modèle et nos valeurs,

- Simplifier la vie des Français par des progrès du quotidien,

- Lancer deux grands chantiers, l’un sur l’école et l’autre la santé.

 

Aucun État dans le monde n’a fait autant pour ses communautés dans le monde que la France

 

Quel regard portez-vous aujourd'hui sur la gestion de la crise sanitaire et notamment sur les mesures prises pour les Français de l’étranger ?

Aucun État dans le monde n’a fait autant pour ses communautés dans le monde que la France. Rapatriements, acheminement de vaccins, aides sociales exceptionnelles : nous avons protégé les Français de l’étranger comme nous avons protégé tous les Français.

 

Nous continuerons à accompagner les Français de l'étranger durant les crises

 

Quels sont, selon vous, les principaux défis rencontrés par les Français de l’étranger ?

Il y a évidemment une grande diversité dans nos communautés françaises établies à l’étranger mais je vois deux besoins sur lesquels poursuivre le travail. Le besoin de protection tout d’abord. Nous y répondrons en continuant de les accompagner durant les crises et en créant aussi le concept de « résidence de repli » à laquelle s’attachera certains avantages de la résidence principale.

Un besoin de simplification dans les démarches du quotidien ensuite. Nous y répondrons avec une administration toujours plus innovante et plus agile et en allant vers plus d’équité entre Français de l’Étranger et résidents nationaux, notamment sur le plan fiscal.

 

Nous créerons par ailleurs un statut de « résidence de repli » en France

 

Quelles sont les mesures que vous aimeriez mettre en place en faveur des Français de l’étranger ?

Quelques mesures simples, fruits de réflexions et d’échanges avec les Français de l’étranger et leurs élus. 

 

D’abord pour protéger.

Comme cela a été le cas durant la pandémie, le délai de carence de 3 mois pour bénéficier de la prise en charge de l’assurance maladie sera systématiquement supprimé en cas de crise.

Nous créerons par ailleurs un statut de « résidence de repli » en France. Leur résidence française bénéficiera de certains des avantages fiscaux des résidences principales.

 

Nous créerons France Services Français de l’Étranger, ce qui vous permettra d’avoir une réponse relative à l'ensemble des services public 7 jours sur 7 et 24h sur 24

 

Ensuite, simplifier la vie.

Nous continuerons de faciliter l’accès aux services publics. Après avoir créé France Consulaire, nous créerons France Services Français de l’Étranger, ce qui vous permettra d’avoir une réponse relative à l'ensemble des services public 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Et dans la foulée de la mise en place, durant ce quinquennat du vote électronique pour les élections législatives, nous généraliserons la dématérialisation du renouvellement de vos titres d’identité, du dépôt de procuration, et de l’établissement des certificats de vie partout où cela est possible. Cela évitera ainsi aux Français de l’Étranger de nombreux déplacements. C’est une simplification très attendue.

 

L’agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) sera confortée dans ses moyens

 

Sur la question de l’éducation qui, vous le savez, me tient à cœur, nous avons un réseau éducatif à l'étranger qui est un trésor, avec plus de 550 établissements dans le monde. Nous l’avons étendu, nous l’avons renforcé durant ce quinquennat et nous continuerons.

L’agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) sera confortée dans ses moyens, et modernisée dans son fonctionnement afin d’accueillir le plus grand nombre, de monter en qualité, le tout en garantissant des frais de scolarité soutenables. Quant aux enfants scolarisés dans des systèmes nationaux, afin qu’ils puissent garder un lien fort avec notre langue, nous créerons le Pass Éducation Langue Française.

 

Parce que les Français de l’Étranger sont des Français à part entière, je souhaite par ailleurs que chaque ministre, chaque administration, chaque politique publique en France trouve un prolongement, le cas échéant adapté bien sûr, pour les communautés françaises.

 

Le Pass Culture de 300 euros pour découvrir une offre culturelle autour de chez soi, sera ainsi étendu aux enfants de parents Français de l’Étranger, qui pourront également participer plus facilement au Service national universel. 

Nous conforterons le réseau associatif, en continuant d’augmenter ses subventions.

 

La France a repris sa place sur la scène internationale

 

Comment voyez-vous le rôle de la France et son rayonnement sur la scène internationale ?

Depuis 5 ans, la France a repris sa place sur la scène internationale en tant qu’acteur majeur de la diplomatie et moteur d’une Europe renforcée.

En Europe, nous avons fait bouger les lignes. Avec le plan de relance européen, que j’ai souhaité avec la chancelière Angela Merkel. Avec le Green Deal, véritable stratégie écologique. Avec des progrès décisifs pour l’Europe de la défense. Et nous continuons tout au long de cette présidence française de l’Union européenne.

A l’international, nous avons conforté notre statut de puissance de paix et d’équilibre en bâtissant des coalitions pour relever ensemble les défis mondiaux. En redessinant le partenariat entre l’Union européenne et l’Union africaine.  En renforçant notre stratégie indopacifique. En étant au rendez-vous de la solidarité internationale par le partage de nombreuses doses de vaccin à travers la facilité Covax. En agissantinlassablement pour œuvrer à des solutions dans le cadre des conflits comme la guerre en Ukraine.

 

Dans leur diversité, les Françaises et Français établis à l’étranger contribuent au rayonnement de la France, de notre langue, de notre culture, de nos valeurs

 

Quelle est, selon vous, la place des Français de l’étranger dans la société française ?

La mobilité internationale change et recouvre des réalités très différentes : études, expatriation, retraite, entrepreneuriat, contrat local, télétravail, familles binationales ou établies à l’étranger depuis plusieurs générations... Dans leur diversité, les Françaises et Français établis à l’étranger contribuent au rayonnement de la France, de notre langue, de notre culture, de nos valeurs. Ils sont autant ponts avec les autres peuples et cultures, si essentiels face à l’instabilité croissante du monde. Voilà la place des Français de l’Étranger, c’est à dire décisive. Lors de mes déplacements j’ai pu constater combien ce sont des communautés actives, solidaires et innovantes, participant au rayonnement de la France !

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique