Dimanche 24 octobre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Le Paris des films : une visite décalée grâce à des lieux de tournage

Par Thibault Segalard | Publié le 12/08/2021 à 18:00 | Mis à jour le 13/08/2021 à 11:03
Photo : Image tirée du film : Le fabuleux destin d'Amelie Poulain
Image tirée du film : Le fabuleux destin d'Amelie Poulain

Vous êtes passionné par le 7ème art et vous souhaitez découvrir la capitale française ? Voici une sélection non conventionnelle, de lieux de tournage à Paris, par arrondissement. Une liste qui met en avant le cinéma français et francophone mais qui contient aussi quelques gros blockbusters américains.

 

1er arrondissement : Da Vinci Code de Ron Howard - 2006

Tom Hanks et Audrey Tautou forment un duo palpitant, dans une enquête qui va dévoiler au monde les secrets religieux des décombres de Paris. Les fans de mystères, d’intrigue et de symboles, ne pourront pas rester insensibles à cette adaptation de Dan Brown. Un film à l’atmosphère ésotérique, tourné dans Paris et notamment au musée du Louvre.

 

 

2ème arrondissement : Les Grandes Familles de Denys de la Patellière - 1958

Denys de la Patellière fusionne ici humour et drame pour un film indéfinissable. Il démarre comme un explosif et hilarant pamphlet pour inexorablement se transformer en épopée familiale mélodramatique. Les dialogues d’Audiard et le talent de Jean Gabin permettent à cette oeuvre trop souvent oubliée, de figurer parmi les plus grands films de la fin des années 50. Il a été tourné dans les beaux immeubles haussmanniens du 2ème arrondissement parisien.

 

 

3ème arrondissement : Comme une image de Agnès Jaoui - 2004

Comme une image c’est l’histoire de plusieurs personnes qui ne sentent pas très bien dans leurs peaux, mais qui sauraient très bien quoi faire dans celle des autres. Encore une fois, on retrouve la qualité d’écriture bluffante d’Agnès Jaoui et malgré quelques moments de flottement, le film est d’une fabuleuse justesse. Rue du Bourg l’Abbé, vous verrez le mythique restaurant-club «Les Bains» vu dans le film.

 

 

4ème arrondissement : Paris brûle-t-il ? de René Clément - 1966

Une grande fresque historique de la libération de Paris après la seconde guerre mondiale. Le casting est 5 étoiles avec Jean-Paul Belmondo, Orson Welles, Leslie Caron, Kirk Douglas ou encore Alain Delon. Le film rend hommage à la résistance et aux forces françaises libres, tout en s’éloignant d’une vision manichéenne de l’époque. Un classique du cinéma français, une oeuvre patriotique, qui a été tournée principalement dans le 4ème arrondissement, notamment sur le boulevard du Palais, les quais du Marché-Neuf et sur la place des Vosges.

 

 

5ème arrondissement : Pasteur de Sacha Guitry - 1935

Ici, on évoque les évènements marquants de la vie de Louis Pasteur. Sacha Guitry livre le portrait de cet illustre scientifique, à travers un hommage à son père qui est l’auteur du scénario. Il a été tourné majoritairement dans le 5ème pendant l’année 1935, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

 

 

6ème arrondissement : Les choses de la vie de Claude Sautet - 1970

Claude Sautet, pour son quatrième film, choisit d’adapter le roman «Les choses de la vie» de Paul Guimard. Le réalisateur français nous transporte dans un mélancolique et bouleversant drame, qui cache le portrait d’un homme (Pierre) victime d’un accident de voiture. À la suite de cet incident, les moments, qui semblent heureux à première vue, deviennent désormais, des instants de souffrance viscérale. Pierre, joué par Michel Piccoli, ne sait plus vraiment qui il est, et ainsi, il va se livrer pour nous, à l’analyse du milieu mondain parisien de l’époque. Une grande expérience de cinéma, captivante et intelligente, qui a été tournée en grande partie dans le 6ème arrondissement, rue de Sevres.

 

 

7ème arrondissement : Les Deux Anglaises et le continent de Francois Truffaut - 1971

Anne et sa soeur Muriel, sont toutes les deux amies avec Claude. Une amitié forte remplie de bonheur et de complicité, jusqu’au jour où les deux jeunes femmes vont tomber amoureuses de Claude. Ce long métrage de Truffaut est un d’un romanesque sans faille. Malgré un scénario qui peut sembler banale, la mise en scène est incroyable, ce qui rend le visionnage de ce film inoubliable. C’est certainement l’oeuvre la plus intime du réalisateur français. Vous retrouverez le musée Rodin aperçu dans le film, rue de Varenne.

 

 

8ème arrondissement : Les femmes du 6ème étage de Philippe le Guay - 2011

Au début des années 60, Paris voit déferler un grand nombre d’immigrés espagnols. Des femmes pour la plupart, qui travaillent comme bonnes et qui logent sous les toits des beaux immeubles parisiens. C’est ainsi que nous sommes abandonnés, par le biais de Jean-Louis Joubert (Fabrice Luchini), dans l’univers de cette joyeuse cohorte d’ibériques. Une comédie sociale et sensible avec en toile de fond, un choc de culture entre la bourgeoisie parisienne et la joie de vivre espagnole. Au n°8 rue du Docteur- Lancereaux, vous verrez la célèbre entrée de l’immeuble dans lequel se déroule l'oeuvre.

 

 

9ème arrondissement : Les 400 coups de François Truffaut - 1959

L’un des films les plus emblématiques de la nouvelle vague qui est le tout premier long métrage de François Truffaut. Il s’inscrit dans son époque avec une mise en scène touchante, inspirante et remplie de tendreté. Rythmé par une bande originale mélodieuse, nous suivons les péripéties du jeune Antoine à travers le 9ème arrondissement de Paris. Un chef-d'oeuvre d’une simplicité bluffante, qui relate à la perfection la réalité sociale de la fin des années 50. Vous trouverez le fameux cinéma Wepler, vu dans le film, place de Clichy.

 

 

10 arrondissement : Ocean’s Twelve de Steven Soderbergh - 2004

Trois ans après leur premier braquage, l’équipe de Danny Ocean reprend du service. Un film d’action et de cambriolage savamment orchestré par Soderbergh. Le film a été tourné un peu partout dans le monde, notamment à Paris, dans le 10ème arrondissement notamment à Gare du Nord et place Napoléon-III.

 

 

11ème arrondissement : Tchao Pantin de Claude Berry - 1983

Pompiste de nuit, Lambert traine sa solitude dans Paris. Il a les joues et les yeux rougis par l’alcool. Lambert est ami avec Bensoussan, un jeune dealer en fuite qui s’est réfugié dans la station service où il travaille. Ils sont amis et tout bascule lorsque Bensoussan est assassiné. Une leçon de cinéma signée Claude Berry. Un film noir et psychologique, qui nous fait sentir sale, tant l’ambiance est sombre et désagréable. On peut retrouver dans le 11ème la fameuse discothèque Le Gibus au 18 rue du faubourg du temple.

 

 

12ème arrondissement : Nikita de Luc Besson - 1990

En prison pour le meurtre d’un policier, la jeune Nikita purge une peine à perpétuité. Dans sa prison, elle fait la rencontre de Bob, qui va la faire travailler secrètement pour le gouvernement. Nikita, est un des films culte de Luc Besson. Le réalisateur français signe là, un film d’espionnage quasi parfait, où la violence, le drame, l’humour et le suspense sont impeccablement dosés. Le film a été tourné un peu partout d’un Paris, seulement, nous retiendrons la scène culte de la première mission de l’espionne, dans le restaurant Le Train Bleu, dans le 12ème arrondissement.

 

 

13ème arrondissement : Dernier domicile connu de José Giovanni - 1970

Dernier domicile connu, relate l’histoire d’un rude et agressif policier (Lino Ventura) rétrogradé dans un commissariat de quartier et une jeune assistante (Marlène Jobert) idéaliste. Ensemble et alors que tout les oppose, ils vont se lancer à la recherche d’un témoin vital dans une affaire criminelle. Ce polar est d’un classicisme parfaitement maitrisé et le caractère désabusé de Lino Ventura rend l’oeuvre encore plus humaine. Vous trouvez dans l’avenue d’Italie, la fresque d’Emile Gilioli aperçue dans le film ou encore au n°2 rue du Docteur-Lucas-Championnère, la pharmacie du village des peupliers.

 

 

14ème arrondissement : Gainsbourg (vie héroïque) de Johan Sfar - 2010

Très décalé et non conventionnel, le biopic de Johan Sfar est plaisant du début jusqu’à la fin malgré quelques longueurs. Une scène marquante a été tournée à l’hôpital américain du 14ème arrondissement. Vous pourrez admirer la maison du chanteur dans le 7ème au 5 rue Verneuil.

 

 

15ème arrondissement : On connait la chanson d’Alain Resnais - 1997

Dans le Paris de carte postal du 15ème arrondissement, plusieurs personnages tentent de renouer avec leur destin. Une comédie réjouissante, intelligente et pleine d’humour, où André Dussollier, Pierre Arditi et Sabine Azéma, interprètent à la perfection le scénario d’Agnès Jaoui et de Jean-Pierre Bacri. On connait la chanson d’Alain Resnais a été récompensé de sept Césars en 1998. Vous pourrez retrouver le lieu de rencontre des deux protagonistes à la fontaine des Polypores, dans la rue Modigliani.

 

 

17ème arrondissement : Le dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci - 1972

Le film a controverse par excellence. Certains loueront la beauté, l’angoisse et la passion foudroyante de l’œuvre de Bertolucci, tandis que d’autres retiendront sa lenteur et sa brutalité, notamment à travers la scène du viol où Marlon Brando en corrélation avec le réalisateur, a improvisé une séquence de viol fictif sur l’actrice principale Maria Schneider sans l'en informer avant. La scène du tango a été tournée dans le 17ème dans la Salle Wagram, 5 rue de Montenotte.

 

 

16ème arrondissement - Inception de Christopher Nolan - 2010

Inception est l'un des chefs d'oeuvres du 7ème art. Cobb, un voleur expérimenté doit réussir l'impensable en implantant une idée dans l'esprit d'une personne pour effectuer le cambriolage parfait. Un blockbuster puissant et grandiose, tourné à Tokyo, Tanger, Calgary, Londres, Los Angeles et … Paris, dans le 16ème arrondissement, notamment sur le pont Bir-Hakeim.

 

 

18ème arrondissement : Le fabuleux destin d’Amelie Poulain de Jean-Pierre Jeunet - 2001

L’un des films parisiens les plus iconiques. Jean-Pierre Jeunet narre la vie d’une jeune serveuse d’un bar de Montmartre, qui s’est fixé un but : faire le bien de ceux qui l’entourent. Tout est féerique, poétique, et magnifique dans cette oeuvre. Le casting avec Audrey Tautou et Mathieu Kassovitz est tout aussi formidable. Le célèbre café des 2 moulins, où travaille Amelie Poulain, se situe 15 rue Lepic dans le 18ème arrondissement.

 

 

19ème arrondissement : Love de Gaspard Noé - 2015

Comme à son habitude Gaspard Noé nous offre un film sulfureux. Moins transgressif qu’a l’accoutumé, cette fois-ci, il livre un mélodrame mélancolique et sensoriel. Love, c’est l’histoire d’une rencontre, de l’extase , d’une disparition et de déboires. Le film est réalisé en grande partie dans le parc des Buttes-Chaumont dans le 19ème arrondissement.

 

 

20ème : Elle de Paul Verhoeven - 2014

Une grande cheffe d’entreprise est agressée chez elle par un inconnu. Inébranlable, elle se met à le traquer en retour. Le long métrage est parfaitement taillé pour Isabelle Huppert qui est resplendissante une fois de plus. La scène finale se déroule au columbarium du cimeterre Père Lachaise dans le 20ème arrondissement de Paris.

 

Thibault Segalard

Thibault Segalard

Thibault a rejoint l’équipe de la rédaction internationale en juin après avoir passé 2 mois dans celle d’Athènes. Étudiant en école de journalisme.
0 Commentaire (s) Réagir