Kios Cosmetics, French Latitude, AML Paris : entreprendre responsable, au féminin premium

Par Raphaëlle Choël | Publié le 19/04/2022 à 17:45 | Mis à jour le 20/04/2022 à 10:56
Véronique Couderc, Réjane Narbonnet et Anne-Marie Lecordier

Elles ont de 40 à plus de 60 ans et partagent la même énergie vitale d’entreprendre autour de valeurs propres qui leur sont chères. Rencontre avec Véronique Couderc de Kios Cosmetics (soins cosmétiques naturels), Réjane Narbonnet de La French Latitude (site de réservation de séjours pépites en France) et Anne-Marie Lecordier d’AML Paris (ligne de vêtements ethniques chics responsables), des femmes inspirantes aux idées fortes, riches d’une même détermination, qui honorent à merveille leur entreprise responsable.

 

Pouvez-vous nous raconter la genèse de votre concept ?

Véronique : Un voyage en Grèce, un passage dans une pharmacie pour acheter des médicaments, la rencontre d’un laboratoire grec qui présente une gamme de produits naturels dans des packagings innovants. L’envie de développer une gamme de produits naturels et de qualité sur le marché français ne m’a plus quittée. Le projet entrepreneurial est né lorsque j’ai repris un Master Spécialisé à l’ESCP.

 

Réjane: Pourquoi créer La French Latitude ? Il y a deux raisons à cela. Primo, la France est sans chauvinisme aucun, le plus beau pays du monde. Or, il n’existait aucun site dédié permettant de retrouver en un clic ses plus beaux hébergements à Paris, à la plage, en montagne ou à la campagne. Incroyable mais vrai. Deuzio, nous savons tous que la recherche en ligne d’une chambre canon pour un week-end ou un court séjour relève parfois de la quête du Graal.

 

Anne-Marie : Tout a commencé avec le conseil en images et le magazine Elle et surtout avec Anne-Cécile Sarfati - fondatrice du Elle Active - qui m’a demandé de m’occuper de son look pendant ces journées où elle animait des conférences et recevait à ce forum des femmes influentes. Anne-Cécile a été ma première vitrine, elle continue d’ailleurs de l’être. A chaque fois que j’acceptais le challenge de donner du style à une cliente à un poste d’ « executive », elles commentaient mon style personnel original, coloré, ethnic chic et me demandait la même chose. J’ai donc commencé à faire des vêtements avec de la wax, des tissus intéressants graphiques que je travaillais en chemisiers et robes chemisiers. J’ai très vite eu un petit succès et l’envie d’évoluer et de faire imprimer ce que j’aimais vraiment. Je suis allée à Jaipur pour cela, ville où tout est possible si l’on s’arme d’une patience immense. Sont nés des imprimés forts et toujours sur une base de vêtements simples et structurés. Je voulais que mes imprimés éclairent les gardes robes souvent tristes de mes « executives » !

 

Véronique Couderc de Kios Cosmetics (soins cosmétiques naturels)
Véronique Couderc de Kios Cosmetics (soins cosmétiques naturels)

 

Quelles sont les valeurs fondamentales de votre entreprise ?

Véronique : Les valeurs de la marque Kios Cosmetics sont portées par nos produits : transparence et naturalité (formules composées jusqu’à 98% d’ingrédients naturels), simplicité (gamme courte de 6 sérums), engagée (nous travaillons avec un ESAT qui se trouve à côté de nos bureaux ; il propose des solutions d’insertion par le travail à des personnes souffrant de handicap), engagée aussi pour le respect de notre environnement (matériaux recyclables comme le verre, peu ou pas de suremballage et une empreinte carbone neutre pour nos livraisons). Nous avons souhaité avoir un impact environnemental maîtrisé, et, il nous a semblé important d’avoir un choix de fournisseurs cohérent. Je m’explique : nous avons choisi des flacons de verre pour nos sérums en 20ml. Nous avons sélectionné notre fournisseur dont le siège se trouve en Italie, ce dernier, nous a proposé la possibilité de faire faire la sérigraphie des flacons. Quand je leur ai demandé où se faisait cette sérigraphie, il m’a répondu : « en Pologne ». Les flacons sont italiens et partent en Pologne pour y être sérigraphiés, avant de revenir en Italie, pour ensuite partir en Grèce pour la mise en conditionnement. Puis reprendre un camion pour être livrés sur la région parisienne. C’était kafkaïen ! Le fournisseur Italien de flacons a eu du mal à comprendre notre choix de faire la sérigraphie des flacons en Grèce. Nous avons ainsi économisé 4000 kms.

 

Réjane : L’amour de la France et l’envie de promouvoir ses plus belles adresses.

Qualité de la sélection, qualité de la rédaction, qualité de la solution technologique permettant de réserver en un clic. Nous nous adressons aux amoureux des belles adresses (français et internationaux) et de la France.

 

Anne-Marie : Je travaille dans des petites usines avec de bonnes vibrations. Pour moi, le respect des êtres humains est primordial. Au sein de mon activité, j’essaie de donner un peu de mon temps à Jaipur pour aider des jeunes femmes démunies à apprendre à coudre par exemple. Cela m’est cher et précieux.  

 

Je suis fière de faire ce que j’aime

 

De quoi êtes-vous le plus fier(e) ?

Véronique : Nous avons créé et lancé notre marque en pleine période de Covid avec toutes les difficultés que cela comporte. C’était un vrai défi et donc une belle victoire. Mais je suis surtout fière de nos produits. Nous avons, récemment confié nos produits à un cabinet d’étude qui a fait tester nos produits à des consommatrices. Les résultats sont très encourageants. Nos produits sont efficaces et délivrent une forte promesse de soin et de bien-être. Nos clientes nous le disent et deviennent fidèles.

 

Réjane: Nous sommes fiers d'avoir gagné la confiance de références dans l'hôtellerie dès le début!  Par exemple Le Sinner de Evok Hotels, le Hoxton, certains hôtels Leadings of the World, Maisons Pariente, Les Domaines de Fontenille, etc...

 

Anne-Marie : Je suis fière de faire ce que j’aime. Je suis fière d’avoir, contre vents et marées, continué d’y croire quand autour de moi tout me décourageait. 

 

Réjane Narbonnet de La French Latitude
Réjane Narbonnet de La French Latitude

 

Y a-t-il une dimension export / international de votre offre ?

Véronique : Nos produits sont fabriqués notre laboratoire partenaire en Grèce qui travaille au plus près de la matière première de notre sérum emblématique Original Mastic tiré de la sève du pistachier lentisque de l’Ile de Chios. Pour le moment nous distribuons nos produits dans la zone francophone de l’Europe et oui nous avons déjà une petite clientèle « internationale ». Etats-Unis, Belgique, La Réunion (mais la Réunion, c’est la France).

 

Réjane: Pour l’international, nous développons une plateforme BTB pour que les agences de voyage à l’étranger puissent réserver nos hôtels pour leurs clients voyageant en France et notre site B2C est en Anglais, rédigé par notre collaborateur Kiel, un jeune écrivain New Yorkais qui a choisi de vivre en France.

 

Anne-Marie : Avant le Covid, j’ai exporté en Arabie saoudite les robes chemisiers (plus longues) pour convenir aux usages du pays. La dimension internationale s’exprime également en Italie, en Belgique, en Grèce, en Angleterre, et en Suisse…

 

Se réinventer tout en restant soi-même

 

Quel est votre plus gros défi ?

Véronique : Monter cette entreprise en pleine période de pandémie, a été un très grand défi. Nous travaillons avec des sous-traitants basés en Europe. Lorsqu’un pays était en confinement l’autre était soit sorti de son propre confinement, soit allait lui-même y entrer. La communication était compliquée, les liaisons par la poste étaient très difficiles.Par ailleurs, le marché des produits cosmétiques est très dynamique. Il comporte de nombreuses offres très intéressantes et de nouveautés. Qu’il s’agisse de nouvelles marques ou de nouveaux produits. Nos consommatrices sensibles à cette nouveauté sont très éduquées, en partie grâce à toute cette sphère d’influence sur le marché des produits cosmétiques. L’enjeu pour une jeune marque comme Kios Cosmetics est d’abord d’émerger et de gagner en visibilité en particulier sur les réseaux sociaux. Ensuite, le défi est de rester attractif pour ses clientes « zappeuses » en leur proposant de nouveaux produits ou de les surprendre. Par exemple nous avons ouvert une boutique éphémère au cœur du Marais à Paris pendant la semaine de la Saint-Valentin.Enfin il nous faut chouchouter nos clientes fidèles. Se réinventer tout en restant soi-même.

 

Réjane : Notre principal pari est de réussir à se développer et à avoir une offre foisonnante pour nos clients tout en restant artisans/haute couture aussi bien en terme de qualité de sélection qu’en terme de contenu éditorial.

 

Anne-Marie : Je me pose régulièrement la question de savoir si et comment je continue, actuellement je me questionne sur le fait d’arrête rle côté lourd de la collection avec les contraintes liées aux salons, boutiques à livrer, les aléas de fabrication, l’augmentation des prix ; je suis seule pour tout développer et c’est lourd ! Je songe également à me recentrer et à faire des pièces exclusives pour quelques happy few bohèmes chics !

 

 

Anne-Marie Lecordier d’AML Conseil 
Anne-Marie Lecordier d’AML Paris 

 

De quoi sera fait demain, avez-vous des rêves ?

Véronique : Tout d’abord, le demain à court terme, c’est sortir de cette période de pandémie. Nous souhaitons développer notre offre pour être toujours au plus près des besoins de nos clientes et continuer à les surprendre.

 

Réjane : Mon rêve est de faire de la French Latitude une référence évidente dans le tourisme premium, aussi bien au niveau des hôteliers que des utilisateurs. Que dans une conversation entre amis "je veux partir en weekend dans un hôtel sympa" on réponde "regarde sur La French Lat'!"

 

Anne-Marie :  Mon rêve serait de rencontrer un(e) partenaire bienveillant(e) qui ait le sens du business pour pouvoir créer sans être parasitée par tous les soucis d’un chef d’entreprise !

raphaelle choel

Raphaëlle Choël

Journaliste globe-trotteur, auteure d’ouvrages et coach, Raphaëlle a été collaboratrice régulière des éditions de Londres, Shanghai, Singapour, Tel Aviv, Manille et de nos pages Mag. Elle y nourrit généreusement nos colonnes de ses portraits inspirants.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique