Lundi 23 septembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Mars : Le mois parfait pour préparer la suite de votre expatriation

Par Ophélie Terrien | Publié le 05/03/2019 à 17:30 | Mis à jour le 18/06/2019 à 10:13
coaching Expatriation

Il y a des étapes charnières dans une année d’expat. Mars est en général le mois qui voit se profiler la suite de l’expatriation. Les annonces tombent, indiquant si vous restez, rentrez ou partez pour de nouvelles contrées. Outre les cartons et les valises à remplir, il y a vous. Préparer la suite de son expatriation est une étape primordiale pour que la transition se fasse en douceur.

Lorsque l’on reste

Lorsque l’on sait que l’on a encore quelques années dans le même pays, mars est plutôt le mois du bilan. Qu’est-ce que j’ai fait depuis que je suis arrivée ici ? Où en suis-je de mes résolutions de janvier ? Combien de temps me reste-t-il dans cette ville et qu’ai-je envie d’accomplir d’ici là ? Autant de questions essentielles qui permettent de clarifier et d’ajuster son projet d’expatriation. De l’avoir clairement en tête afin de ne rien regretter lorsque le jour du grand départ aura sonné.

Lorsque l’on part

Et il y a le cas où mars est le mois des annonces. Attendues avec plus ou moins de hâte. (Voire pas attendues du tout !). Il y a les annonces de départs anticipés. Celles indiquant la prochaine destination. Ou encore celles indiquant le poste qui attend le collaborateur à son retour. Parmi toutes ces annonces, aucune n’est explicitement dirigée vers le conjoint expatrié. Cependant l’impact est direct. Quelque soit la suite, elle engendre un bouleversement dans l’équilibre que le conjoint s’est créé sur place. On ressort cartons et valises pour recommencer ailleurs. Again…

Se poser les bonnes questions

Qu’elles soient attendues ou qu’elles tombent sans crier gare, ces annonces poussent à mettre en place un nouveau projet : préparer la suite de son expatriation. Outre le déménagement, la résiliation d’internet et les inscriptions dans les nouvelles écoles, préparer la suite de son expatriation c’est prendre un moment entre soi et soi. Se poser les bonnes questions afin de choisir ensuite la bonne direction sans tourner en rond trop longtemps sous peine de voir son moral chuter en se disant que décidément, plus rien ne va et que plus rien n’ira jamais plus.

Changer de pays

Que l’annonce engendre un départ vers un nouveau pays ou le retour en France : au revoir stabilité. Ca a un côté frustrant. Avoir passé tant de temps à rencontrer des gens et se refaire un cercle, apprendre la langue et comprendre les codes, retrouver un rythme entre l’absence de travail et l’impression de ne pas faire grand chose de son temps libre. Et tout à coup. Pile lorsque vous appréciiez d’avoir trouvé une stabilité qui vous convenait : ding dong, c’est l’heure du départ.

Vous devez tout recommencer à zéro.

Absolument tout recommencer ? En êtes-vous sûr.e ?

Si vous aviez à faire un bilan de vos années ici, quel serait-il ? Qu’avez-vous appris ? Sur vous, sur votre environnement. Qu’avez-vous fait ? Sur quels points vous êtes-vous dépassé.e ? Quelles ont été vos victoires ? Petites et grandes. Quels ont été vos barrières ? Définitivement dépassées ou non.

Chaque expérience apporte. Le tout est de savoir prendre du recul pour ensuite en avoir conscience. Lorsque l’on a la tête dans le guidon du quotidien, on ne se rend pas compte du chemin parcouru et des apprentissages. D’où l’importance de profiter de moments de transition pour faire le point entre vous et vous. Pour capitaliser afin de préparer la prochaine étape et avoir un temps d’avance en arrivant dans le prochain pays.

Rentrer en France

On ne le dit jamais assez, mais l’expatriation ne s’arrête pas au moment où on monte dans l’avion pour quitter le pays qui vous a accueilli quelques années. L’expatriation se termine lorsque vous avez à nouveau trouvé votre équilibre en France. Lorsque vous aurez retrouvé un travail, que vous vous serez réhabitué.e aux codes français. Lorsque vous vous serez refait une place parmi votre cercle d’amis qui semble très bien tourner sans que vous soyez dans les parages. Lorsque vous aurez redécouvert où aller manger de succulents sushis sans que personne ne vous guide via un groupe facebook d’expat francophone, et que vous aurez repris l’habitude de n’avoir aucun magasin ouvert le dimanche.

Parce que même si vous rentrez « à la maison ». Dans votre pays. Il y a de fortes chances pour que tous ces changements vous déstabilisent. Jusqu’à votre première expatriation vous considériez cet environnement comme la norme. Seulement entre temps vous avez connu autre chose. Et votre norme… elle est désormais quelque part entre vos habitudes mexicaines / espagnoles / américaines / thaïlandaises (…) et françaises.

Et vous d’ailleurs dans tout ça ? Que voulez-vous ? A quoi aspirez-vous ? Ces trois ans vous ont forcément changé.

De la même manière que vous vous êtes appliqué.e à préparer votre départ, il est important de prendre le temps de préparer votre retour. Mettre sur pause et regarder la situation avec de la hauteur. Sous un nouvel angle. Regarder le chemin parcouru, et là où vous souhaitez aller.

Préparer la suite

Le mois de mars est donc le mois idéal pour prendre le temps de faire le point. Tracer votre plan de route. Et quitte à faire les choses, autant les faire bien. Pour cela il faut du temps. Je vous recommande de vous fixer des plages horaires de tête à tête avec vous même pendant lesquelles plus rien n’existe. Des moments consacrés exclusivement à vous-même.

Si vous n’arrivez pas à vous astreindre à l’exercice ou que vous sentez que vous n’allez pas assez loin dans votre réflexion, je peux vous accompagner à préparer la prochaine étape de votre expatriation. Prendre le temps maintenant, c’est en gagner lorsque vous arriverez à votre prochaine destination ou que vous frôlerez à nouveau le territoire français.

Une des clientes que j’ai accompagnée en février 2018 après son retour en juin 2017 m’a confié  que si elle avait un conseil à donner c’était de ne pas attendre d’être rentré pour penser à la suite à donner à son expat.

Donc pensez-y, c’est maintenant !

Si vous souhaitez que je vous accompagne dans cette étape de transition, n’hésitez pas à me contacter : www.depassetesfrontieres.com

Ophelie-Depasse-tes-Frontieres-coaching-expatriation

Ophélie Terrien

Après 5 expatriations sur 3 continents, Ophélie a fondé Dépasse tes Frontières afin d’accompagner les conjoints expatriés à retrouver leur équilibre personnel et professionnel en expatriation.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

MANAGEMENT

Le blues du manager

Être manager est-il devenu une position peu enviable ? C’est en tout cas ce que révèle une étude pessimiste pour la profession qui ne fait plus rêver les salariés

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ