Le made by France, l’oublié du soft power français qui souhaite rétablir le lien premium

Par Anne-Claire Voss | Publié le 17/08/2022 à 18:00 | Mis à jour le 18/08/2022 à 10:42
Made by France

À l’heure où la pandémie semble s’essouffler, le ministre chargé du Commerce extérieur, de l'Attractivité et des Français de l'étranger, Olivier Becht, souhaite donner un second souffle aux entreprises françaises établies à l’étranger. Mais qu’est-ce que le made by France et quel est son impact sur le rayonnement français à l'étranger ?

 

« Dans le cadre de la Marque France, je souhaite que nous puissions avoir une réflexion pour mettre en valeur - pas simplement le made in France comme fait traditionnellement - mais également le made by France, soit ce que vous réalisez à l’étranger pour permettre le rayonnement de notre pays », a déclaré le ministre délégué auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères chargé du Commerce extérieur, de l'Attractivité et des Français de l'étranger, Olivier Becht. Dans ce discours inaugural, le ministre a souhaité mettre en avant ces entrepreneurs français qui se sont lancés à l’étranger, mais qui ont lourdement souffert de la crise.

 

Made in France, Made by France, même combat ?

Le « made in », selon la loi européenne, traduit un produit prenant son origine dans le pays où il a subi la dernière transformation substantielle. Des produits made in France peuvent donc être composés de matériaux étrangers et une marque étrangère est dans la possibilité de réaliser du made in France. Ce terme très générique et parfois victime de « Franco-lavage », peut être un gage de qualité, de lutte contre la délocalisation ou tout simplement un outil marketing.

 

L’expression « made by France » se réfère aux entrepreneurs français qui sont établis à l’étranger, ou Entrepreneurs français à l’étranger (EFE). Ces entreprises tricolores sont donc autant d’exemples d’implantations françaises à l’international et par conséquent du rayonnement français à l’étranger. Leur entreprise étant légalement établie à l’étranger et donc de droit local, ils sont très peu à avoir reçu une aide économique de la part de la France lors de la crise sanitaire.

 

Un entrepreneur français à l'étranger

 

EFE : des ambassadeurs de notre économie ?

Face à l’injustice ressentie par ces entrepreneurs, a été lancée l’initiative EFE International, avec l’union des CCI Français à l’International (CCI FI) ainsi que les Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF). L’objectif : soutenir et mettre en lumière ces entrepreneurs afin de rétablir leur lien avec la France. Pour le directeur de la structure, Charles Maridor, le sens de cette initiative semble évident : « La « marque France » désigne les entreprises qui apportent leur contribution au commerce extérieur de la France, qui font en quelque sorte partie du soft power de la France. Nous espérons arriver à toucher des entreprises qui ne sont pas forcément répertoriées. » Certaines actions ont d’ores et déjà été mises en pratique : « Des avancées ont été faites, comme l’ouverture du dispositif Proparco, afin d’attribuer des prêts garantis par l’Etat aux entreprises françaises de l’étranger en Afrique. Nous continuons à pousser l’idée de renforcer, via BPI France ou d’autres circuits, la trésorerie de ces entreprises pour qu’elles puissent passer la crise sans trop d’encombres. La mise en relation future avec des investisseurs permettra à certaines de ces entreprises d’augmenter leur capital et leur capacité d’action en s’ouvrant à des partenaires financiers » rajoute le directeur. Un forum pour les EFE a également été mis à disposition.

 

Une enquête pour mesurer l’impact économique des EFE

En 2020 les EFE ont généré 683 M€, un chiffre significatif malgré une légère baisse par rapport à 2019. EFE International a également ouvert en 2021 une enquête - toujours en cours - visant à mesurer l’impact économique de ces entreprises et peut-être, provoquer une réaction du gouvernement. En chiffres, près de 90% des interrogés estiment avoir un impact sur le commerce extérieur de la France. Parmi eux, 64% participent à la promotion du made in France, 44% prescrivent des produits français, 36% importent et distribuent des produits français, et enfin 24% intègrent des produits et ou services français.

 

Quels secteurs d’activités pour les entreprises françaises à l’étranger ?

Si la culture ou l’éducation participent au rayonnement de la France à l’international, les fleurons des EFE sont, quant à eux, des entreprises évoluant dans le commerce, la distribution, les métiers de communication et information, la restauration, l’hébergement, ainsi que les activités scientifiques et techniques. Des EFE hétérogènes mais qui ont tous un point commun : vouloir être soutenus par la France alors qu’ils sont des acteurs clés du rayonnement français à l’international. La mention d'Olivier Becht dans sa vidéo adressée aux Français de l'étranger pourrait représenter un tournant. 

Anne-Claire Voss

Anne-Claire Voss

Diplômée d'un Bachelor en Management et médiation culturelle à l'ICART (Paris), elle décide de réaliser un Master en journalisme à l'ISFJ (Paris) et de se former avec notre rédaction.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Vinh lun 22/08/2022 - 09:36

Bonjour,

C'est dommage qu'on ne puisse pas lire cet article gratuitement.

Cordialement, Vinh

Répondre
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale