Lundi 14 juin 2021
Chiang Mai
Chiang Mai

CC de Chiang Mai : “Pour beaucoup d'entreprises, il est trop tard!”

Par Catherine Vanesse | Publié le 17/05/2021 à 00:00 | Mis à jour le 21/05/2021 à 04:09
Photo : Warodom Pitakanon, président de la Chambre de commerce de Chiang Mai
Warodom Pitakanon president de la chambre de commerce de Chiang Mai

Après plusieurs mois difficiles, nombres d'entreprises espéraient une reprise économique progressive en 2021. C’était sans compter une troisième épidémie. Le président de la Chambre de commerce de Chiang Mai est aujourd'hui beaucoup plus pessimiste.

Plus d’un an après le début de l’épidémie de coronavirus et alors que la Thaïlande connaît une troisième poussée épidémique plus forte que les précédentes, les mesures pour lutter contre l'épidémie du coronavirus et les restrictions de voyages continuent d’affecter de nombreux secteurs d’activités et pourraient bien porter le coup de grâce à ceux qui avaient jusqu’à maintenant réussi à se maintenir à flot tant bien que mal. 

Lepetitjournal.com a rencontré le président de la Chambre de commerce de Chiang Mai, Warodom Pitakanon. Au 1er mai, la Chambre de commerce de Chiang Mai comptait 1.050 membres, une augmentation de 10% par rapport à décembre 2020. Une croissance que Warodom Pitakanon explique par l’aide et le soutien que la Chambre de Commerce apporte, en particulier en cette période difficile.

Lors d’un entretien accordé à Lepetitjournal.com en décembre 2020, le président de la Chambre de commerce de Chiang Mai se voulait relativement confiant, encourageant les gens à s’accrocher jusqu’à la fin de l’année 2021. Aujourd’hui, il estime que de nombreuses petites et moyennes entreprises risquent de ne pas tenir le coup, en particulier pour celles qui ne peuvent bénéficier d’aides financières. 

Alors que la Thaïlande connaît une nouvelle poussée épidémique du coronavirus, quelle est la situation économique à Chiang Mai ?

La situation économique n’est pas bonne du tout! Lors de la première épidémie en mars et celle en décembre, je dirais que les entrepreneurs tenaient plutôt bien le coup. Mais cette troisième vague est particulièrement difficile pour beaucoup d'entre eux. J’espère que l’activité pourra reprendre normalement d’ici la fin du mois de mai ou début juin. Si les restrictions durent trop longtemps, la situation risque de devenir vraiment problématique pour certains d’entre eux, en particulier pour les petites et moyennes entreprises qui sont déjà affaiblies par un an de crise économique.

Le tourisme à Chiang Mai représente 65% du PIB local. Depuis le mois de juillet 2020, le gouvernement n’a cessé d’encourager le tourisme domestique. Cela a plus ou moins bien fonctionné entre octobre et mi-décembre, mais depuis le mois de décembre, c’est une catastrophe! 

Combien d’entreprises ont déjà dû fermer ?

Je n’ai pas de chiffres exacts actualisés avec cette nouvelle vague. Fin décembre, j’estimais qu’environ 20% des entreprises étaient à l’arrêt sans pouvoir différencier celles qui étaient juste en repos des autres. L’hôtellerie, les agences de voyages, les compagnies de bus, les agences de locations de voiture, les spas, les salons de massages, les guides, les restaurants qui avaient une clientèle de touristes, la plupart sont à l’arrêt, pour certains de manière définitive. 

Les banques ont peur d’accorder des prêts aux petites et moyennes entreprises (PME), en particulier à celle dans l’industrie du tourisme. C’est vraiment un problème sur lequel nous travaillons avec la Chambre de Commerce, nous avons régulièrement des réunions avec la Banque de Thaïlande et les autorités gouvernementales pour essayer d’assouplir les conditions d’accès à des prêts à taux réduits. Depuis la fin du mois d’avril, les critères d’accès pour bénéficier d’un prêt à taux réduit ont été allégés, c’est une bonne nouvelle.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ces prêts à taux réduits ?

Jusqu’à maintenant, les banques refusaient généralement d’accorder des prêts à taux réduits aux entrepreneurs, en particulier les PME. Il y avait un certain nombre de critères à remplir et l’obligation de fournir des garanties sur la viabilité de l'entreprise. 

Pour beaucoup d’entrepreneurs, avoir accès à un prêt de la banque est essentiel parce qu’il faut pouvoir encore tenir 6 mois ou 1 an avant que l’économie ne redémarre. Il faut pouvoir tenir le coup durant cette période. Ces prêts à taux réduits sont enfin accessibles et si tout va dans la direction prévue par le gouvernement, si les montants sont suffisants pour permettre aux entrepreneurs de tenir encore 6 mois ou 1 an, je pense que la situation devrait être plus ou moins tenable pour les entrepreneurs.

Est-ce que ces prêts sont accessibles à tous ?

Les critères ont été allégés donc j’espère que la plupart des entrepreneurs pourront y avoir accès, mais il faut quand même toujours prouver un minimum de capital et le montant de ces prêts sera calculé en fonction de celui-ci. Normalement, les entreprises peuvent avoir accès à un prêt à hauteur de 30% de leur capital, dans les fait, les banques pourraient aussi ne donner que 5%. 

En ayant toujours besoin d’un capital, voulez-vous dire qu’il est déjà trop tard pour certaines entreprises ? 

Oui, pour beaucoup de PME ou micro-entrepreneurs, il est déjà trop tard! Les grosses compagnies devraient pouvoir s’en sortir sans trop de problèmes, pour les plus petits business qui ont épuisé leurs réserves financières, il va malheureusement y avoir un nettoyage. 

Comment la Chambre de Commerce aide-t-elle ses membres ?

Nous les aidons à avoir accès à des prêts en fournissant des lettres de recommandation pour les banques ou en les accompagnant pour discuter avec les banques. Nous avons aussi des conseillers pour aider les entrepreneurs à naviguer à travers les différentes politiques mises en place par le gouvernement pour bénéficier d’aides, pour envisager des solutions ou pour réévaluer leur business plan. 

Comment voyez-vous le futur ?

Selon le gouvernement, la Thaïlande devrait complètement rouvrir aux étrangers au 1er janvier 2022, alors l’économie pourra redémarrer. Nous devrions déjà avoir des premiers signes de relance au 1er juillet s’ils autorisent toujours les touristes à venir à Phuket. Ensuite, nous devrions avoir des voyageurs à Chiang Mai à partir d’octobre. J’espère vraiment que Phuket va ouvrir au 1er juillet et que les voyageurs vont venir, ce qui n’est pas certain car nous sommes dans une pandémie et partout dans le monde, il y a des contraintes. 

Je crois qu’il n’y aura vraiment une reprise qu’à partir du milieu de l’année prochaine et pour revenir à un niveau économique pré-covid, nous en avons au moins pour deux ans! 

Quels sont les secteurs d’activités qui pourraient se développer dans le futur ?

Dans les trois prochaines années, je pense que le secteur du bien-être et des soins hospitaliers va continuer à se développer. Nous avons de bonnes infrastructures, une bonne gestion de l’épidémie, un cadre de vie agréable. Je pense que Chiang Mai a de l’avenir dans le bien-être. 

Le second secteur que je vois se développer est celui des écoles internationales. Depuis 5 ans, le nombre d’établissements ne cesse de croître. Aujourd’hui, nous avons 20 écoles internationales et on voit certaines d’entre elles qui continuent de s’agrandir et font des travaux d’aménagements pour accueillir davantage d’étudiants. 

Et en troisième position, je vois le marché immobilier. Un secteur qui va se développer en parallèle avec les deux premiers, s’il y a de bonnes écoles et de bons services au niveau des soins. Il y a de plus en plus de personnes qui s’installent à Chiang Mai. 

La construction du nouvel aéroport devrait aussi encourager les visiteurs. En 2019, l’aéroport de Chiang Mai a accueilli 12 millions de visiteurs alors qu’il a une capacité de 10 millions. D’ici 10 ans, le deuxième aéroport devrait être terminé et pourra recevoir 20 millions de voyageurs par an. 

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s)Réagir