Mercredi 28 octobre 2020

Nouvelle exposition « L’art du détachement » à la galerie Sra’Art

Par Virginie Vallée | Publié le 09/09/2020 à 07:09 | Mis à jour le 09/09/2020 à 11:06
Photo : De gauche à droite Mme Cecile EAP BERG , M Roman Koenig, Mme Adana Mam-Legros, Mme Eva Nguyen Binh
Sra art, peinture Phnom Penh , Cecile EAP BERG , Roman Koenig

Pari tenu pour la galerie Sra’Art qui, il y a à peine un an, projetait de promouvoir l’art contemporain à Phnom Penh.  Sa nouvelle exposition « L’art du détachement » est encore une réussite.

Du 29 aout au 24 octobre « L’art du détachement », s’expose à la galerie Sra’Art. Pour illustrer le sujet, les artistes Adana Mam-Legros, peintre et Roman Koenig, photographe, ont choisi d’offrir une exposition originale où peintures et photographies s’emmêlent ou se répondent. Quand la photographie de Roman ne s’insère pas dans la peinture d’Adana alors c’est la peinture d’Adana qui répond aux photos de Roman. Cette collaboration invite le visiteur à l’introspection. « Créer une exposition c’est offrir un voyage », d’après Roman. Ici le voyage emmène le visiteur à s’écouter, à découvrir les sentiments par lesquels il passera au cours de  sa vie. Confrontation, Méditation, Conceptualisation, Résilience sont parmi les oeuvres nées de cette collaboration qui donne une leçon de vie.

« Passionné par notre monde et par ses habitants», le photographe nouvellement installé à Phnom Penh est curieux de tout. Roman prend la vie au jour le jour, saisi les opportunités qui se présentent à lui et partage des émotions à travers l’art. À propos de Méditation, il explique que

SIGN Roman Koenig, photographe
Signs de Roman Koenig

« c’est apprendre à prendre le temps de s’arrêter pour chercher à comprendre. L’oeil se balade à travers l’oeuvre et la réflexion de chacun donne vie à l’oeuvre. Aucune réflexion n’est fausse. Tout peut être repensé, confronté ».

Le franco-Suisse ne craint pas la remise en question et reste ouvert à toutes les propositions en ce qui concerne sa création. Dans cette première exposition cambodgienne il explore la vie jusqu’à la mort avec une grande maturité et beaucoup de poésie.

Artiste activiste, Adana a grandi au Cambodge puis étudié droit et sciences politiques en France avant de tomber gravement malade. Cet épisode malheureux qui est arrivé dans la vie de la jeune femme alors qu’elle n’avait que 21 ans lui a ouvert les yeux sur la vie et la mort, sur le fait que tout peut s’arrêter à n’importe quel moment et donc sur l’importance d’écouter ses émotions.

 

L'expérimentation des rêves de Adana Mam-Legros
L'expérimentation des rêves de Adana Mam-Legros

« La plupart de mes oeuvres dévoilent une partie de moi dans laquelle j’explique  ce que j’ai vécu, j’explique ma confrontation à la vie et à la mort. Cette exposition représente pour moi le sens de la vie »

, explique la Franco-Cambodgienne pour qui « La vie c’est l’accomplissement des rêves et mon père m’a toujours dit qu’il ne fallait pas rêver petit ».

 

Les SENS peinture Adana Man Legros Roman Koenig
Les Sens œuvre commune

 

 

 

Pour les deux artistes, la maladie et les moments de vie difficiles ne doivent pas être ignorés ou cachés. Ils participent à la construction de l’individu.  C’est pourquoi, une petite partie de l’exposition est dédiée à la commémoration des gens passés qui ont marqués leur vie. « L’acceptation permet d’avancer » pour Roman. «  Dans la vie on prend des coups, il faut savoir les accepter pour avancer » assure Adana qui trouve de la beauté dans la résilience.

 

Depuis presqu’un an, l’équipe de Sra’Art multiplie les initiatives pour donner toute sa place à l’art contemporain au Cambodge avec des évènements tels que des soirées à thème autour des accords art et vin, du body painting, de la décoration d’objets, des ateliers pour les petits ou encore des challenges sur les réseaux sociaux. Le 24 octobre marquera la fin de cette exposition ainsi que le premier anniversaire de la galerie Sra’Art. 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

EDUCATION

Ecoles : la troisième phase de réouverture

Le ministère de l'éducation a annoncé hier la troisième phase de réouverture des écoles, qui verra tous les élèves du pays retourner en classe avec un programme modifié et des mesures préventives.

Vivre au Cambodge

EDUCATION

Ecoles : la troisième phase de réouverture

Le ministère de l'éducation a annoncé hier la troisième phase de réouverture des écoles, qui verra tous les élèves du pays retourner en classe avec un programme modifié et des mesures préventives.