Dimanche 27 septembre 2020

Cinquième édition du Cambodia Urban Art à Phnom Penh et Siem Reap

Par Virginie Vallée | Publié le 16/01/2020 à 20:00 | Mis à jour le 28/01/2020 à 06:37
Photo : Crédits : Roman Deroubaix-Alfonsi
cambodia urban art

L'art urbain animera la capitale cambodgienne pour la cinquième année consécutive à l'occasion du Cambodia Urban Art, qui se déroulera du 21 au 29 janvier. Cette année la ville de Siem Reap sera aussi de la partie.

Qui aurait pu imaginer que le Cambodia Urban Art générerait un tel engouement au Cambodge ? Souvent représenté par les graffitis et le hip-hop, l'art urbain n’apparaissait pas comme une évidence au Cambodge.  C’était sans compter sur la détermination d'artistes français dont Laetitia Troussel et Chifumi qui ont cru dans ce projet et l’ont porté, entraînant avec eux des artistes cambodgiens et étrangers. « Plus on peint, plus on fait peindre, plus on entraîne les jeunes à peindre, plus on éduque les regards et meilleur est l’accueil reçu, indique Laetitia Troussel. Jamais une fresque n’a été vandalisée ». L’interaction avec le public est très importante pour l’organisatrice qui demande à chaque artiste invité d’animer un atelier.

Laetitia définit l'art urbain comme « une manifestation artistique gratuite dans l’espace public ». Cette approche permet un festival très vivant durant lequel viendront s’ajouter aux ateliers de peinture murale du vidéo mapping, du cinéma en plein air, des performances surprises de cirque, du skateboard et de la danse. Rien n’est imposé aux artistes invités mais ils reçoivent chacun un dossier leur présentant l’esthétique et les motifs principaux de la culture khmère pour leur permettre de s’en imprégner. « La thématique de cette année est la ville, ses chantiers, l’urbanisme, peut-être que ce n’est pas ce qui ressortira des réalisations mais parmi les artistes présents il y un architecte, un photographe et une musicienne qui vont travailler sur une pièce à six mains présentée jeudi 23 janvier à la Meta House. On y retrouvera des vues architecturales de Phnom Penh de l’époque de Van Molyvann, de l’époque de la nouvelle architecture khmère et d’aujourd’hui associées à des enregistrements sonores de la vie de tous les jours », annonce l’organisatrice.

 

cambodia urban art
Crédits :  Roman Deroubaix-Alfonsi

 

Les festivités débuteront le 21 janvier à la galerie Sra’Art avec une session de live painting et de vente directe d’œuvres réalisées le jour même par les artistes du festival. Outre les danseuses de New Cambodia Artists, la Futures Factory accueillera aussi des ateliers les 24 et 25 janvier. De nombreuses actions auront lieu partout en ville. Même les écoles participeront. Le lycée René Descartes reçoit une artiste française qui réalisera une fresque avec les élèves, l’International School of Phnom Penh sortira de ses murs pour aller peindre dans la rue et les élèves d’Enfants d’Asie accueilleront un artiste Danois pour la réalisation de plusieurs fresques dans l’enceinte du foyer. A l’occasion de leur résidence dans la capitale, les élèves de l’école de cirque Phare de Battambang proposeront des performances dans les rue de Phnom Penh. Invité par l’Alliance française, le festival prendra fin à Siem Reap où seront réalisées des performances déambulatoires, des fresques éphémères à la craie ou encore des peintures éparpillées dans la ville.

Le programme complet est à retrouver sur la page Facebook de Cambodia Urban Art

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien