TEST: 2248

Les derniers dirigeants khmers rouges condamnés pour génocide

Par Pierre Motin | Publié le 18/11/2018 à 20:00 | Mis à jour le 18/11/2018 à 20:00
Photo : Khieu Samphan et Nuon Chea, les deux dirigeants khmers rouges condamnés à la prison à perpétuité pour génocide et crimes contre l'humanité. Crédits : CETC
khieu_samphan_nuon_chea_khmers_rouges_cetc_tribunal

Le tribunal chargé de juger les Khmers rouges a condamné vendredi 16 novembre Nuon Chea et Khieu Samphan à la prison à perpétuité pour génocide et crimes contre l’humanité.

Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) ont établi vendredi dernier la culpabilité des deux derniers dirigeants Khmers rouges dans l’affaire 002/02. Nuon Chea, l’ancien bras droit de Pol Pot aujourd’hui âgé de 92 ans, et Khieu Samphan, 87 ans, chef d’Etat du Kampuchéa démocratique, ont tous deux été condamnés à la prison à perpétuité, près de 40 ans après la chute du régime des Khmers rouges.

Le tribunal a considéré que deux génocides ont eu lieu au Cambodge entre 1977 et 1979. Les deux accusés ont été reconnus coupables de génocide envers la minorité vietnamienne, tandis que seul Nuon Chea a été déclaré responsable du génocide de la communauté musulmane des Chams. Depuis l’adoption de la convention de 1948 sur les génocides par l’ONU, il s’agit de la troisième fois que la justice internationale reconnaît un génocide. Auparavant, seul les génocides des Tutsis au Rwanda en 1994 et des Bosniaques à Srebrenica en 1995 avaient été reconnus.

Les deux anciens dirigeants khmers rouges ont en outre été reconnus coupables de d’extermination, esclavage, déportation, emprisonnement, torture, persécution pour motifs politiques, religieux ou raciaux, disparitions forcées et viols de masse du fait de la politique des mariages forcés. La défense a annoncé que les deux anciens Khmers rouges allaient faire appel.

Selon Vincent de Wilde, substitut du co-procureur international, « par son ampleur et le nombre de victimes, ce jugement est sans doute le plus important des CETC parce qu'il couvre un grand nombre de crimes commis durant toute la période du Kampuchéa démocratique d'abord contre la population en général mais également contre certains groupes cibles, comme les moines bouddhistes ou les anciens militaires et fonctionnaires de la république khmère. »

Nuon Chea et Khieu Samphan avaient déjà été condamnés à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité en 2014. Kaing Guek Eav, alias Douch, qui supervisant le centre détention et de torture S-21, sert aussi une peine de détention à perpétuité après avoir été condamné par le tribunal en février 2012.

L’université de Yale estime que plus de 1,7 millions de Cambodgiens - soit 20% de la population - sont morts à cause du régime des Khmers pour cause d’exécution, de maladie ou de famine.

Il pourrait s’agit du dernier jugement passé par le tribunal. Bien que des poursuites aient été engagées il y a plusieurs années contre d’autres responsables Khmers rouges, potentiellement responsables de centaines de milliers de morts, le premier ministre Hun Sen a réitéré à plusieurs reprises qu’il ne souhaitait pas que d’autres cadres khmers rouges soient jugés par le tribunal, avançant des risques de guerre civile.

portrait-pierre-motin-300x300

Pierre Motin

Rédacteur en chef Lepetitjournal.com Cambodge (juillet 2018 - juin 2020)
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale