TEST: 2248

Le dynamisme du marché du café profite aux agriculteurs Bunong du Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 30/01/2022 à 02:00 | Mis à jour le 30/01/2022 à 12:15
Producteurs de café Bunong 1

La culture du café est appelée à se développer dans la province de Mondolkiri. Les communautés indigènes ont obtenu au cours de l'année dernière, des rendements élevés et de meilleurs prix pour leur production de café.

 

Poch Smen est un cultivateur de café Bunong du village de Bousra, dans le district de Pechreada. Il possède une plantation de café d'un hectare. Il a déclaré qu'en 2021, son rendement en grains de café a augmenté par rapport à celui de 2020, de 700 kilogrammes à plus d'une tonne.

 

Le village, a-t-il dit, a été stimulé par les bons résultats de l'année dernière.

 

"Nous ne récoltons les grains de café qu'une fois par an, mais cette année, le rendement est meilleur que l'année dernière", a-t-il déclaré. "Le prix de cette année est également assez bon pour que les agriculteurs aient l’envie de continuer à planter. En d'autres termes, même si nous sommes fatigués, nous sommes heureux. Le résultat justifie les efforts que nous faisons »

 

"Actuellement, la production de café du Mondolkiri a été en mesure de répondre aux besoins du marché local, en particulier aux commerçants de Phnom Penh, avec des prix variant entre 7 000 et 8 000 riels - environ 2 dollars par kilogramme pour les grains séchés et 2 000 riels - environ 0,50 dollar par kilogramme pour les grains frais", a-t-il ajouté.

 

Producteurs de café Bunong

Interrogé sur les difficultés rencontrées, M. Smen s'est plaint du fait que, bien que les prix du marché et les rendements semblent élevés, le prix de certains produits de base tels que les engrais, les pesticides et l'essence a également grimpé en flèche, réduisant ainsi les bénéfices de la communauté.

 

Chhuoy Maing, un autre producteur de café bunong qui possède une plantation de 0,5 hectare, a déclaré que d'année en année, les rendements du café augmentaient régulièrement.

 

En activité depuis quatre ans, Maing a aidé de nombreux agriculteurs à cultiver du café cette année.  L’extension du marché et la hausse des prix poussent d’autres villageois à investir dans ce  secteur plutôt que dans d’autres cultures.

 

"Il y a beaucoup de producteurs de café à Bousra . Au fil des ans, tout le monde s'est mis à en planter ", a déclaré Maing, ajoutant que les moyens de subsistance croissants et les possibilités de formation offertes par les associations ont rendu cette pratique plus attrayante.

 

"Dans le même temps, j'ai également encouragé d'autres agriculteurs à étendre leurs plantations pour subvenir aux besoins de leur famille et approvisionner le marché local", a déclaré Maing.

 

Le directeur du département de l'agriculture de la province de Mondolkiri, Sok Kheang, a déclaré que la surface des terres consacrée à la culture du café augmentait chaque année. Quelque 300 hectares de la province sont désormais utilisés pour produire 600 tonnes par an.

 

Chhunn Chanta

Lepetitjournal.com remercie Cambodianess de lui permettre de traduire cet article et ainsi de le rendre accessible à un public francophone.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale