TEST: 2248

Au Cambodge, des Bunongs continuent leur combat contre Bolloré

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 14/12/2021 à 18:30 | Mis à jour le 14/12/2021 à 15:41
Photo : Khlang Thol, 43 ans, agriculteur bunong, se tient au milieu d'arbres à caoutchouc sur des terres où il cultivait autrefois du riz pour toute sa famille, au Mondulkiri, en novembre 2021. (Francois Camps/VOD)
membre de l'éthnie Buongs dans une plantation d'évéas

Aujourd’hui, commence à Versailles, le procès en appel intenté par des membres de l’ethnie Bunong du Cambodge contre le groupe Bolloré qu’ils accusent d’avoir spolié leurs terres.

 

DISTRICT DE PECH CHREADA, Mondulkiri - Assis sur sa moto, Khlang Thol pointe une zone du doigt. "C'est là que se trouvait mon champ. Je cultivais du riz et des arbres fruitiers sur ce terrain d'environ 3 hectares", explique cet agriculteur de 43 ans. "S'il me manquait de la nourriture, j'allais la chercher dans la forêt voisine".

Suivant les traditions de ses ancêtres, Thol changeait l'emplacement de son champ tous les cinq à six ans, afin de laisser la terre se régénérer sans utiliser de produits chimiques. "Ce que je pouvais faire pousser en un an suffisait à nourrir ma femme et mes six enfants", dit-il.

Mais aujourd'hui, la seule chose qui reste de l'ancienne rizière de Thol, ce sont des hévéas, parfaitement alignés à perte de vue, dans cette région reculée des hauts plateaux du Cambodge.

Comme quelque 800 autres familles de la commune de Bosra, dans la province orientale de Mondulkiri, Thol appartient à la minorité ethnique Bunong, un groupe ethnique autochtone et principalement animiste qui pratique un mode de vie traditionnel depuis des siècles. Pour les Bunong, le mir, qui signifie terre, est l'élément central de leur culture :  Les Bunong font tourner les parcelles et la production entre les familles, sans réelle notion de propriété individuelle.

 

La culture de l’évea sonne le glas du mode de vie traditionnel des Bunongs

Mais depuis 2008, Thol ne peut plus cultiver ses champs comme l'ont toujours fait ses ancêtres. Cette année-là, le gouvernement cambodgien a accordé une concession foncière économique, communément appelée ELC( Economic Land Concession ), à Socfin-KCD, une filiale du groupe luxembourgeois Socfin, une entreprise spécialisée dans la production d'huile de palme et de caoutchouc. L'année suivante, l'entreprise a reçu une deuxième ELC mitoyenne de la première. Les deux concessions, détenues par deux filiales enregistrées au Cambodge, appelées Varanasi et Sethikula, couvrent 6 659 hectares de terres avec des baux de 70 et 99 ans, respectivement. En quelques années, la forêt primaire a été abattue et les champs ont été détruits pour produire du caoutchouc naturel à l'échelle industrielle.

 

Pour les Bunong, ces ELC ont sonné le glas de leur mode de vie traditionnel. Privés de leurs moyens de subsistance, ils sont entrés brutalement dans l'économie de marché.

Krey Quin, membre de la communauté, explique : 

Tout a changé depuis l'arrivée de l'entreprise. Avant, nos cultures suffisaient à couvrir la plupart de nos besoins. Mais maintenant, nous devons travailler pour gagner de l'argent.... que nous dépensons surtout pour acheter la nourriture que nous produisions nous-mêmes auparavant

 

 

 

En 2019, alors âgé de 48 ans, il a emprunté de l'argent pour la première fois de sa vie auprès d'une institution de microfinance.

"Je dois maintenant faire plus de trajets qu'avant pour trouver de petits emplois à travers la région, j'avais donc besoin d'une moto", explique-t-il.

 

Paysan Bunong au Cambodge
Krey Quin cultive toujours du riz en dehors de la concession, mais il doit trouver de petits emplois dans toute la région pour gagner sa vie. Pour la première fois de sa vie, il a dû emprunter de l'argent, à 48 ans, pour acheter une moto qu'il utilise pour se déplacer. En novembre 2021. (Francois Camps/VOD)


L’origine des problèmes de la communauté se trouve dans la complexité de la reconnaissance de la propriété foncière pour les communautés autochtones du pays. Selon le bureau des droits de l'homme des Nations unies au Cambodge, le pays abrite 455 communautés autochtones, représentant 179 000 personnes. Depuis 2001, la loi foncière cambodgienne a établi la reconnaissance des terres communales, un régime juridique qui vise à protéger les terres des communautés ethniques contre l'empiètement. Mais le processus est "très long, coûteux et compliqué", note le bureau des Nations unies dans un courriel, estimant qu'il faudrait 100 ans pour valider toutes les terres communales au rythme actuel.

 

Les compensations n’ont pas été acceptées pour tous

Comme la plupart des communautés autochtones du Cambodge, les Bunong de Bosra ne possédaient aucun titre foncier lorsque Socfin-KCD a reçu ses deux ELC. En guise de compensation, la société a offert aux Bunong la possibilité de recevoir 200 dollars par hectare de terre perdue ou de recevoir des terres situées plus loin dans les concessions. Un facteur de complication était que la plupart des membres de la communauté ne connaissaient pas exactement la taille des zones qu'ils exploitaient. Un troisième type de compensation consistait à commencer à cultiver et à collecter le caoutchouc en tant que récolteurs indépendants à l'intérieur des terres de la société. Quin a choisi cette dernière option. Il explique : 

Je gagne environ 200 dollars par mois avec le caoutchouc que je vends à un acheteur local. C'est juste assez pour payer les intérêts de mon prêt.

 

 

Mais tous les membres de la communauté ne sont pas satisfaits de ces offres de compensation.

"Pour les Bunong, la terre, c'est la vie", déclare Kroeung Tola, un chef de communauté qui n'a accepté aucune des options proposées par la société. "Je voulais retrouver mes terres à l'intérieur de la concession, et non celles qu'ils proposaient pour la relocalisation, qui étaient trop petites et trop éloignées."

 

Dans un premier temps, lui et d'autres membres de la communauté ont essayé de trouver un accord au niveau local, impliquant les autorités et Socfin-KCD, afin de récupérer leurs terres. Ils ont également essayé de faire reconnaître leurs terres au niveau communautaire, comme le prévoit la loi foncière, mais le processus est en suspens depuis 2012.

 

"Nous ne faisions plus confiance aux autorités au Cambodge, alors nous avons décidé de trouver une solution ailleurs"

 

explique Tola, en référence à une procédure judiciaire qu'ils ont initiée à 10 000 kilomètres de leur petite commune de Bosra.

 

Plantation d-évéa dans le mondolkiri.
Des hévéas sont alignés sur ce qui était autrefois une forêt naturelle dans les deux concessions foncières économiques de Socfin-KCD, que la société a reçues en 2008 et 2009, en novembre 2021. (Francois Camps/VOD)

 

Les Bunongs se tournent vers la justice française

En 2015, 80 représentants de la communauté ont intenté une action en justice en France contre le groupe Bolloré, la société mère indirecte du groupe Socfin, basé au Luxembourg. Bien qu'étant un actionnaire minoritaire avec 39,75 % des parts, une plainte a été déposée contre la société française au motif qu'elle exerce un contrôle réel sur Socfin. Après six ans de procédures judiciaires, l'affaire a connu une première conclusion en juillet, lorsque le tribunal de première instance de Nanterre, en banlieue parisienne, a rejeté la demande des Cambodgiens, jugeant qu'"aucun des requérants ne peut prouver un droit réel d'exploitation des terres litigieuses."

Cette décision "n'a pas tenu compte du contexte local de l'affaire", explique Tola, qui mène également des activités de plaidoyer en tant que coordinateur du Mondulkiri Indigenous People Network.

Alors qu'une première audience en appel doit avoir lieu le 13 décembre à Versailles, Sek Sophorn, l'avocat cambodgien en charge du dossier, n'a "pas beaucoup d'espoir".

 

"Nous avons soumis de nombreux documents montrant les conséquences des concessions sur le mode de vie des Bunong, mais le tribunal demande des titres de propriété", explique-t-il. "Mais cela ne veut pas dire que je suis pessimiste. La France est l'un des États qui ont voté en faveur de la déclaration sur les droits des peuples autochtones. J'espère donc que le juge français en tiendra compte lorsqu'il prendra sa décision. Il n'y a pas de papier pour prouver la propriété foncière des Bunongs en raison de leur mode de vie, mais cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas de droits."

Contacté par courriel, Dominique De Leusse, l'avocat de Socfin dans cette affaire, indique que son client ne souhaite pas commenter une procédure en cours.

Socfin-KCD, la filiale basée au Cambodge, affirme dans une déclaration fournie à VOD qu'elle soutient des "projets de développement local" en améliorant ou en entretenant des routes, en construisant des ponts ou en installant des puits d'eau à l'intérieur du village. Après des années de médiation avec les Bunong, une série d'accords ont également été signés pour préserver 560 hectares de terres communales à l'intérieur des ELC, y compris des forêts sacrées et des cimetières traditionnels.

 

Cimetière Bunongs aux cambodge
Malgré la destruction d'une grande partie des terres ancestrales des Bunong, Socfin-KCD a préservé quelques cimetières, à Mondulkiri en novembre 2021. (Francois Camps/VOD)

 

L’avenir de la culture Bunong menacé

"Ils en ont détruit la plupart lorsqu'ils ont défriché la terre", explique Thol, cet agriculteur de 43 ans père de six enfants, en faisant référence aux cimetières de la communauté. "Mais je suis quand même reconnaissant qu'ils nous aient laissé trois d'entre eux".

L'agriculteur n'est toutefois pas convaincu que ce qui a été laissé par l'entreprise suffira à préserver la culture bunong, menacée par la disparition de leurs terres.

"J'ai peur que les nouvelles générations perdent nos traditions", dit-il. "À la maison, nous parlons encore le bunong en famille. Mais comme tout le monde doit passer beaucoup de temps à travailler, j'ai peur que les parents et les grands-parents manquent de temps pour enseigner aux enfants nos traditions et notre langue à l'avenir."

 

Reportage supplémentaire de Kong Raksmey et Lors Liblib

Lepetitjournal.com remercie vodenglish.news de lui avoir permis de traduire cet article.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale