Malgré son handicap, un Cambodgien se bat pour instruire des enfants pauvres

Par Raphaël FERRY | Publié le 20/03/2022 à 18:30 | Mis à jour le 20/03/2022 à 03:01
Photo : Bien que paralysé des deux jambes depuis sa naissance, Kim Ny a consacré sa vie à la création d'une école gratuite pour les enfants pauvres de la province de Takeo
Bien que paralysé des deux jambes depuis sa naissance, Kim Ny a consacré sa vie à la création d'une école gratuite pour les enfants pauvres de la province de Takeo

Bien que paralysé des deux jambes depuis sa naissance, Kim Ny a consacré sa vie à la création d'une école gratuite pour les enfants pauvres de la province de Takeo.

Ce programme, baptisé "I See I Do (je vois , j’agis)  est mené dans le village de Prey Sbat, dans le district de Tram Kak.

 

Un élève orphelin et handicapé

 

L'histoire de Ny est celle d'un orphelin qui a dû lutter contre son handicap et pour l'accès à l'éducation. Atteint d'ostéoporose à un jeune âge, Ny avait l'habitude de ramper avec ses mains pour aller à l'école tous les jours.

Plus tard, des amis l'ont aidé en le prenant sur leur vélo sur le chemin de l'école. "Mais je suis tombé du vélo et j'ai eu les jambes cassées, alors personne n'a osé me prendre sur son vélo après ça", a-t-il dit.

 

Il a poursuivit ses études jusqu'à la 10e année, lorsqu'il a dû monter à un étage supérieur de l'école pour assister aux cours - ce qui était trop difficile. Ny a décidé d'abandonner.

Si j'étais tombé de l'escalier, cela aurait pu affecter mon avenir.

Travailler mais rester au service des autres

Il a terminé sa scolarité en 1997 et a travaillé à l'Organisation cambodgienne du travail jusqu'en 2004. Ensuite il a envisagé de fonder sa propre famille et d'élever des poulets et des canards pour les vendre afin de gagner un peu plus d'argent, mais il n'a jamais pensé à arrêter d’être utile à la société.

 

Ny a travaillé avec l'Organisation Maryknoll à Phnom Penh, dans le cadre du programme de protection intitulé "Little Sprouts" pour aider les enfants atteints du VIH/SIDA. Ensuite, Ny a commencé à aider les orphelins et les enfants pauvres, ainsi qu'à enseigner l'anglais et l'informatique.

 

Souhaitant participer davantage pour aider son prochain, il est devenu bénévole et a cherché des fonds pour aider les personnes âgées, les enfants pauvres, les handicapés, les sans-abri et les enfants qui ne reçoivent pas d'éducation. 

 

Enseigner l'anglais et l'informatique gratuitement

 

En 2015, des enfants du village et leurs parents lui ont demandé d'enseigner l'anglais et l'informatique. Comprenant leurs difficultés et leur pauvreté, Ny a décidé de leur enseigner gratuitement.

"Lorsque je suis arrivé dans la ville natale de ma femme, le village était terriblement pauvre. J'ai donc essayé de les aider parce ces gens , dont des villageois pauvres, des personnes âgées et des enfants, me l'avaient demandé - je ne pouvais pas refuser"

 

Ny a enseigné l'anglais, l'informatique et l'agriculture, motivé par les souvenirs de son propre passé difficile.

"Je veux participer au travail social, même si je ne peux pas faire grand-chose pour aider. Je veux quand même faire au moins quelque chose pour ma ville natale et surtout pour mon pays", a-t-il déclaré.

Son ambition est d'aider la prochaine génération à devenir des membres efficaces de la société.

"Je ne veux pas perdre mon temps à ne rien faire", a-t-il déclaré. "Je dois faire quelque chose d'utile pour la prochaine génération autant que possible."

"En plus de cela, je veux faire de bonnes actions pour l'au-delà parce que je suis né comme ça dans cette vie".

 

je fais ce que je vois nécessaire sans tergiverser.  

 

"I See I do", le nom que Ny a donné à son école, signifie "je fais ce que je vois nécessaire sans tergiverser".  

Au début, il n avait qu'un sommier en bois et une planche. Ny s'asseyait sur le lit pour enseigner alors que cinq élèves étaient assis en cercle.

En 2018, le nombre d'élèves a commencé à augmenter. L'école en compte désormais environ 400.  Il y a deux salles de classe, une salle informatique et une bibliothèque.

Ny n'enseigne pas la littérature khmère mais répond aux questions de ses élèves.

 

Kim Ny de I see I doo.jpg
I see I do

 

Un travail difficile dont il est fier

 

"Les difficultés sont toujours là parce que je suis handicapé", dit-il. Je dois enseigner l'anglais et l'informatique tout seul. Un autre problème est d'ordre financier. Je dois payer l'eau, l'électricité, l'encre des marqueurs, le papier d'impression, le matériel, les tables, les chaises, et aider les enfants qui n'ont pas d'éducation."

Quelles que soient les difficultés, Kim Ny reste courageux car il voit des résultats satisfaisants.

Certains de ses élèves sont même revenus pour aider à enseigner aux plus jeunes, dit Ny avec fierté. Même si enseigner à de nombreux élèves est fatigant, il est motivé à continuer en voyant la capacité de ses anciens élèves à enseigner.

 

"La première motivation est d'augmenter le nombre d'élèves, car si je n'enseigne pas bien, leurs parents ne les enverront pas ici. La deuxième est de recevoir la reconnaissance des parents et des tuteurs", a-t-il déclaré.

La troisième est de voir les enfants traverser les champs et faire des kilomètres à vélo pour aller étudier.

 

Ny reçoit de l'aide de certains parents et philanthropes via les médias sociaux pour les dépenses de l'école et le coût du matériel pour les élèves.

Cette aide s'ajoute à sa propre contribution financière alors qu'il est également responsable de l'éducation de ses propres enfants. 

Malgré le coût, Ny tient bon pour continuer à enseigner à ses élèves.

 

 

Hong Sreyna & Meng Seavmey

Lepetitjournal.com remercie Cambodianess de lui permettre de traduire cet article afin de le rendre accessible au public francophone.

raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition internationale