Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une sculpture d’éléphant réalisée à partir de 300 tronçonneuses

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 16/10/2019 à 20:00 | Mis à jour le 17/10/2019 à 13:09
Photo : La sculpture d'éléphant réalisée par Ou Vanndy à partir de 300 tronçonneuses. Photo fournie
elephant sculpture tronçonneuses cambodge

300 tronçonneuses confisquées ont été utilisées pour réaliser une sculpture d’éléphant qui sera exposée dans la province cambodgienne du Mondulkiri afin de sensibiliser le public sur la préservation des éléphants et de leur habitat.

Le ministère de l’environnement a présenté une sculpture d'éléphant réalisée à partir de 300 tronçonneuses par l’artiste cambodgien Ou Vanndy dimanche 13 octobre. La sculpture devrait être bientôt installée dans le parc de Sen Monorom, chef lieu de la province du Mondulkiri. Les tronçonneuses ont été confisquées à des personnes qui participaient à la déforestation illégale, un phénomène massif au Cambodge et particulièrement visible dans les provinces du Mondulkiri et Ratanakiri dans le nord-est du pays.

« Nous avons voulu montrer que les tronçonneuses sont un facteur majeur de l’empiétement sur l’habitat des éléphants, a déclaré un porte-parole du ministère de l’environnement. Notre intention est de faire cesser l’utilisation des tronçonneuses qui ont causé tant de destruction de la nature. »

 

cambodge éléphant tronçonneuse sculpture

 

D’après le ministère de l’environnement, on dénombre encore 500 éléphants vivant à l’état sauvage au Cambodge, dont 375 dans la province du Mondulkiri. On trouve aussi des populations d’éléphants dans la province du Ratanakiri et dans les montagnes des Cardamomes.

La sculpture, haute de 2,8 mètres et longue de 3 mètres, a été réalisée à partir du modèle d’un éléphant, Chhouk, qui a perdu une patte dans un piège installé dans la réserve de Srepok dans le Mondulkiri en 2007. Chhouk a reçu une prothèse de patte et est actuellement hébergé dans le centre de sauvetage des animaux sauvages de Phnom Tamao, au sud de la capitale.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir