Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le sucre de palme de Kampong Speu protégé par une IGP européenne

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 08/04/2019 à 20:00 | Mis à jour le 08/04/2019 à 20:00
Photo : Fabrication de sucre de palme. Crédits : Alex Berger / Flickr Creative Commons
sucre palme

L’Union européenne a attribué le 2 mars une indication géographique protégée au sucre de palme de Kampong Speu.

La Commission européenne a annoncé mardi 2 mars qu’elle attribuait le statut d’indication géographique protégée (IGP) au sucre de palme de Kampong Speu. Ce sucre est élaboré à partir de la sève du palmier de Palmyre, aussi appelé palmier sucrier.

Le sucre de palme se caractérise par un arôme caramélisé et fruité ainsi que par sa couleur brune. Son indice glycémique très faible en fait un sucre idéal pour les personnes souffrant de diabète. Très couramment utilisé dans la cuisine cambodgienne, le sucre de palme de Kampong Speu devient le second produit agricole cambodgien à recevoir l’IGP européenne, après le poivre de Kampot en 2016. Selon l’Association de promotion du sucre de palme de Kampong Speu, les 168 agriculteurs enregistrés ont produit plus de 300 tonnes de sucre de palme, et prévoient une production de 350 tonnes en 2019.

Pour produire le sucre de palme, les agriculteurs cambodgiens doivent couper les bourgeons des fleurs afin de récolter leur sève dans un réceptacle de bambou fixé sur l’arbre. Le jus est filtré, cuit jusqu’à devenir un sirop dense, de nouveau cuit dans un chaudron, puis laissé à refroidir dans des moules en bambou. La production du sucre de palme de Kampong Speu obéit à un cahier des charges très strict. Seuls les palmiers exploités dans les districts de Samrong Tong et Oudong dans la province de Kampong Speu et dans celui de Ang Snuol dans la province de Kandal peuvent prétendre à l’IGP.

D’après Sam Saroeun, président de l’Association de promotion du sucre de palme de Kampong Speu cité par le Khmer Times, « les prix vont rester stables grâce à l’IGP, ce qui devrait permettre aux agriculteurs d’avoir un meilleur niveau de vie. L’indication devrait aussi nous permettre de protéger le nom de notre produit contre les contrefaçons. »

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.