Mercredi 13 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Des ONG pointent les dérives de la microfinance au Cambodge

Par Pierre Motin | Publié le 01/09/2019 à 20:00 | Mis à jour le 04/09/2019 à 04:24
Photo : Image de couverture du rapport "Dégâts collatéraux". Crédits : STT / LICADHO
microfinance cambodge dérives

La LICADHO et STT ont publié début août un rapport pointant les dérives de la microfinance au Cambodge. En cause, des microcrédits « prédateurs » qui forceraient des Cambodgiens à vendre leurs terres.

La ligue cambodgienne des droits de l’homme (LICADHO) et l’ONG Sahmakum Teang Tnaut (STT) ont publié le 7 août un rapport intitulé « Dégats collatéraux » portant sur les dérives « graves et systématiques » du secteur de la microfinance au Cambodge. Le gouvernement cambodgien a rejeté les conclusions du rapport, remettant notamment en cause sa méthodologie.

Plus de deux millions de Cambodgiens ont fait un prêt auprès d’une institution de microfinance. D’après les deux ONG cambodgiennes, les niveaux d’endettement ont explosé ces dernières années, ce qui a mené à de nombreuses violations des droits de l’homme, notamment des ventes de terres forcées, du travail des enfants et du travail forcé.

Le rapport rend compte de la taille importante du secteur de la microfinance au Cambodge et souligne les violations des droits de l’homme liées à cette activité. L’étude, menée sur dix communes situées dans quatre provinces et à Phnom Penh détaille sept cas de violations des droits de l’homme, choisis parmi 28 clients d’institutions de microfinance qui se sont entretenus avec les chercheurs des ONG.

En décembre 2018, les 2,38 millions d’emprunteurs cambodgiens auprès d’institutions de microfinance représentaient plus de 8 milliards de dollars de prêts. Le microcrédit moyen au Cambodge est le plus élevé au monde, s’élevant à 3 370 dollars, alors que produit intérieur brut par habitant est de 1 384 dollars. Les ONG soulignent que les institutions de microfinance cambodgiennes proposent des taux d’intérêts très élevés, demandent des titres fonciers comme garanties, et ciblent les clients pauvres. D’après le rapport, les emprunteurs doivent fréquemment vendre leurs terres pour payer leurs dettes, sous la pression des institutions de microfinance elles-mêmes. Les ONG considèrent que le problème s’étend aux familles des emprunteurs, les enfants étant souvent forcés d’arrêter d’aller à l’école et de commencer à travailler.

Ces prêts, qualifiés de « prédateurs » par la LICADHO et STT, ont accru la vulnérabilité des communautés en terme de sécurité foncière, tout en étant très rentables pour les institutions de microfinance et leurs partenaires étrangers. Le fait que le gouvernement ait limité le taux d’intérêt annuel à 18% pour les nouveaux prêts n’a pas freiné la croissance de ces prêts, d’après le rapport. Les sept plus importantes institutions de microfinance ont enregistré plus de 130 millions de dollars de profits en 2017.

La LICADHO et STT considèrent que les agriculteurs pauvres ne devraient pas faire l’objet de ce qu’elles considèrent comme des activités financières prédatrices, mais qu’ils devraient avoir accès à des financements durables et gérés directement par les communautés. Les deux ONG demandent dans leur rapport que le secteur de la microfinance soit réformé afin que les Cambodgiens ayant contracté un microcrédit ne soient plus forcés de vendre leurs terres pour payer leurs dettes.

Le gouvernement cambodgien a rejeté les conclusions du rapport, admettant des dérives ponctuelles mais niant l’existence de problèmes généralisés dans le secteur de la microfinance. Chea Serey, directrice générale à la banque nationale du Camboge, a indiqué le 8 août que ce rapport et sa couverture médiatique ont eu pour intention de nuire au à l’image de la microfinance au Cambodge, et a regretté qu’il « contienne moins de faits que de ouï-dire », tout en condamnant les pratiques malhonnêtes et en s’engageant à enquêter sur celles-ci. Des représentants des deux ONG ont été invités à une réunion du Conseil des ministres le 4 septembre.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ManuH01 mar 03/09/2019 - 12:38

D'après votre article -détaillé et très intéressant-, on peut émettre qq critiques sur ce rapport : - 1,6% de bénéfices, cela ne paraît pas excessif - le plafond bloqué à 18% peut paraître énorme à nos yeux occidentaux, mais au Cambodge le crédit rural habituel chez les usuriers atteint 30, 50, voire 100% !!! (souvent en nature, dans les zones rurales) : ce plafond est plutôt une bonne chose cependant - le fait qu'il y ait des pressions pour vendre des terres aux fins de rembourser un crédit va à l'encontre de ce que voulaient -et réalisaient- les initiateurs du crédit rural au Cambodge, il y a 25 ans de cela (le GRET notamment) : à l'époque, une caisse de solidarité était abondée à chaque cycle de crédit pour gérer ces cas-limites et exceptionnels (décès du chef de famille, inondations ou sécheresse reconnue comme exceptionnelle...) - la demande des auteurs du rapport que les communautés soient directement impliquées dans la gestion des fonds affectés au crédit est effectivement une bonne piste : encore une fois, c'est ce qu'avaient commencé les ONG étrangères initiatrices et les ONG locales qui en avaient découlé (mais combien en reste-t-il aujourd'hui ?! L'Etat -et le privé- auraient-ils fait main-basse sur le crédit ?!) et pour finir je trouve tout à fait significatif que les auteurs aient été invités à une réunion du Conseil des Ministres ! J'espère que ces 2 ONG ont ainsi pu porter le témoignage des plus pauvres au "plus haut niveau"...

Répondre
Commentaire avatar

gsn mer 04/09/2019 - 11:34

Non mais je rêve ! Respect à quelques bonnes âmes et en vérité au GRET qui est cité… Mais nous avons affaire à un expert qui de toute évidence ne connais pas le terrain et/ou est partie prenante. Soyons clair, c'est pas du tout ce qu'il se passe sur le terrain et la situation est grave, voire critique !!!

Répondre

Expat Mag

Valence Appercu
ÉVÉNEMENT

Quelle moustache portez-vous en ce mois de Movember ?

De nombreuses célébrités participent au mouvement international qui réunit 5 millions de personnes se laissant pousser la moustache pendant 1 mois. Et vous ? Plutôt Brad Pitt ou Jennifer Gardner ?