Samedi 25 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Des solutions controversées pour répondre à la pénurie d'électricité

Par Marion Joubert | Publié le 10/04/2019 à 20:00 | Mis à jour le 11/04/2019 à 04:50
Photo : Un compteur électrique dans la province de Kampot. Crédit : Michael Coghlan, flickr
Un compteur électrique dans la province de Kampot. Crédit : Michael Coghlan, flickr

Le gouvernement cambodgien s’efforce de trouver des solutions pour pallier le manque de 400 mégawatts, entre barrages supplémentaires et nouvelles sources d’énergie. 

Depuis mi-mars, le gouvernement cambodgien coupe le courant 6 heures par jour - sauf le dimanche et les jours fériés - dans certains quartiers afin d’économiser l'électricité. La pénurie devrait cesser s'il pleut avant fin mai, selon un communiqué d'Electricité du Cambodge (EDC).

Le premier ministre cambodgien Hun Sen a annoncé vendredi 5 avril que la centrale électrique flottante turque, censée fournir 200 mégawatts, ne viendra finalement pas en raison de désaccords contractuels. Il a également expliqué que la centrale turque serait arrivée lorsque la situation sera rétablie, soit trop tard. Par conséquent, pour combler le déficit énergétique de 400 mégawatts, le gouvernement a prévu à la place d'acheter davantage d'électricité aux pays voisins, ainsi qu'à des fournisseurs d'électricité privés.

Ainsi,  le ministère des Mines et de l'Energie a demandé mardi 9 avril au gouvernement vietnamien de fournir 50 mégawatts d'électricité supplémentaire afin de répondre à la pénurie.

Une crise d’énergie qui s’explique par des niveaux d'eau trop bas aux barrages hydroélectriques à cause d'une période de sécheresse provoquée par le phénomène El Niño. Par ailleurs, le premier ministre Hun Sen a souligné que le problème a été aggravé par une forte augmentation de constructions. « Cette combinaison a mis à mal la planification énergétique du gouvernement. Quand le nombre de constructions augmente, le besoin en énergie s'accroît aussi énormément », a-t-il énoncé.

Dans le même discours datant de vendredi 5 avril, Hun Sen fait état des avancements du projet hydroélectrique dans la province de Pursat, qui pourrait fournir 80 mégawatts supplémentaires.

Lors d'une cérémonie pour l'ouverture d'un système d'approvisionnement en eau dans la province de Kampot, Hun Sen a assuréque « les pénuries d'électricité ne sont pas une raison pour construire de nouveaux barrages hydroélectriques. »

Courtney Weatherby, analyste au Stimson Center, un groupe de réflexion politique américain indépendant, a souligné que la situation devrait inciter à diversifier l'approvisionnement en énergie. « La moitié de l’approvisionnement en électricité provient d'une seule source d'énergie. Le Cambodge a mis trop d'œufs dans le panier de l'hydroélectricité ». Introduire des énergies renouvelables pourrait rendre, selon elle, le royaume moins vulnérable aux phénomènes météorologiques comme les sécheresses ou les inondations.

Trois projets de centrales à énergie solaire sont en cours de réalisation d’après le premier ministre cambodgien, dont une installation de 60 mégawatts qui sera bientôt mise en service à Kampong Speu.

Nous vous recommandons

4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ANONYME ven 19/04/2019 - 04:51

QUE LE GOUVERNEMENT CONSTRUISE DES CENTRALES THERMIQUES AU LIEU DE CASINOS !!!! 15 ANNÉES DANS LE PAYS ET C'EST TOUJOURS LA MÊME CHOSE !!!

Répondre
Commentaire avatar

Jean Pierre grossot ven 19/04/2019 - 11:16

Oui que le Cambodge fasse comme dans d'autre pays, des centrales thermiques en autres

Répondre
Commentaire avatar

gpnam sam 13/04/2019 - 06:21

On peut assister par endroit à une frénésie de construction (s). Comme les coupures se font la journée, ne serait-il pas intéressant d'obliger la pause de panneaux solaires sur le toit des immeubles ou sur des mâts ou au sol afin de contrer la consommation principalement due à l'utilisation bien nécessaire de l'airco ?

Répondre
Commentaire avatar

Gilles jeu 11/04/2019 - 08:26

Merci pour cet article fort interressant

Répondre