Mercredi 11 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Décès de Bopha Devi, architecte du réveil du ballet royal cambodgien

Par Pierre Motin | Publié le 18/11/2019 à 11:27 | Mis à jour le 18/11/2019 à 11:43
Photo : La princesse Bopha Devi en 2017. Crédits : Morgan Havet / Lepetitjournal.com Cambodge
princesse bopha devi

La princesse Bopha Devi, ancienne ministre de la culture et figure majeure de la renaissance du ballet royal du Cambodge, est morte lundi 18 novembre à l’âge de 76 ans, a annoncé le palais royal cambodgien.

La princesse Norodom Bopha Devi, figure majeure du ballet royal cambodgien, est décédée lundi 18 novembre à l’âge de 76 des suites d’une maladie, a-t-on appris de la part du palais royal cambodgien. Née en 1943, la fille du roi Norodom Sihanouk et de Neak Moneang Phat Kantol avait été choisie par sa grand-mère Sisowath Kossamak à l’âge de six ans pour commencer sa formation de danseuse. Elle devient danseuse étoile du ballet royal du Cambodge à l’âge de 15 ans, et fait alors preuve d’une maîtrise admirable de la danse classique khmère.

La carrière de danseuse de la fille aînée du roi Sihanouk s’achève en 1970, lors de l’arrivée au pouvoir de Lon Nol. Elle quitte le pays pour Pékin avec plusieurs membres de sa famille, avant de s'installer à Paris où elle organise des cours de danse pour les enfants de la diaspora cambodgienne. Elle se rend à plusieurs reprises dans les camps de réfugiés en Thaïlande, où elle enseigne les danses sacrées aux réfugiés.

 

princesse Bopha Devi
La princesse Bopha Devi

 

Bopha Devi fut étroitement liée à la renaissance du ballet royal cambodgien après la période des Khmers rouges. Alors que le ballet royal comptait près de 400 danseuses avant la chute de la monarchie en 1970, elles n’étaient plus qu’une trentaine de survivantes après les crimes contre l’humanité perpétrés par les Khmers rouges entre 1975 et 1979.

Elle revient au Cambodge en 1991, en même temps que son père Norodom Sihanouk. Elle danse alors pour la dernière fois devant le roi, comme elle se l’était promis durant son exil, ce qui marque la renaissance du ballet royal. Un renouveau qui avait commencé dans les années 80, sous le régime pro-vietnamien de la république populaire du Kampuchéa, qui avait rouvert en 1981 l’école de danse dans le cadre d’un théâtre national. Celui-ci enseignait la danse classique cambodgienne comme les autres formes traditionnelles d’arts du spectacle.

Après son retour au Cambodge, Bopha Devi devient l’âme et la force motrice du ballet, qu’elle participe à faire renaître de ses cendres. La princesse a été ministre de la culture et des beaux-arts de 1999 à 2004. C’est sous son mandat que l’inscription du ballet royal sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité est proclamée par l’UNESCO, en 2003.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, ponctuelle ou régulière nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Singapour Appercu

Trophées des Français d’Asie/Océanie, mise en lumière des 6 lauréats

Nous pouvons être fiers de nos communautés françaises d’Asie-Océanie qui bâtissent brique à brique l’édifice de la France à l’étranger ! Le 5 décembre, s’est déroulée la cérémonie de remise des Trophé

Expat Mag

Berlin Appercu
SOCIÉTÉ

La grève générale française vue par la presse allemande

La grève générale du 5 décembre et les contestations du projet de réforme des retraites envisagé par le gouvernement français attise la curiosité de la presse allemande. Petit tour d'horizon.