Jeudi 24 juin 2021
Cambodge
Cambodge

5 militants écologistes condamnés jusqu'à 20 mois de prison

Par Raphaël FERRY | Publié le 10/05/2021 à 18:15 | Mis à jour le 10/05/2021 à 05:45
ecologistes militant contre l'assèchement des zones humides Ta Mok à Phnom Penh
Un tribunal cambodgien a condamné mercredi cinq militants écologistes à des peines allant jusqu'à 20 mois de prison pour incitation à commettre des crimes, en raison de leur tentative d'organiser une marche vers la résidence du Premier ministre pour protester contre le remplissage d'un lac de la ville.
 

Une marche pour sauver un lac

 
Les militants, tous membres du groupe de protection de l'environnement Mother Nature, ont été condamnés à des peines allant de 18 à 20 mois de prison pour incitation à commettre un crime ou à perturber l'ordre social, a déclaré le porte-parole du tribunal, Y Rin.
 
Par cette manifestation les écologistes voulaient attirer l'attention sur le projet d'assèchement de la zone humide de la zone humide de Tamok.
 
Video en khmèr sous titrée en anglais

 

Le soutien des associations de défense des droits de l’homme. 

 
Selon l'association locale de défense des droits de l'homme Licadho, trois membres de Mother Nature ont été arrêtés en septembre 2020 à la suite d'une marche prévue vers la maison du Premier ministre Hun Sen pour manifester leur inquiétude concernant le remplissage et le développement du lac Boeung Tamok, le plus grand lac de la capitale Phnom Penh.
 
Licadho a déclaré que le procès se fondait en grande partie sur des commentaires et des documents accessibles au public sur le compte Facebook de Mère Nature, dont aucun ne constituait une incitation.
 
Les militants affirment que les défenseurs de l'environnement ont été pris pour cible au Cambodge pour s'être exprimés sur des questions telles que l'exploitation forestière illégale et la collusion présumée entre les politiciens et les entreprises pour exploiter les ressources naturelles du pays.
 
Eerlynne Gil, directrice régionale adjointe chargée de la recherche à Amnesty International, a qualifié le verdict de " condamnation scandaleuse " visant à réduire au silence les défenseurs des droits humains qui tentent de protéger les ressources environnementales.
 
"Il constitue une menace pour tous les jeunes qui osent se battre pour les droits humains et la justice environnementale au Cambodge", a déclaré Eerlynne Gil.
 
L'ambassadeur américain Patrick Murphy a exprimé sa profonde inquiétude dans un tweet.
 
Prendre la parole pour protéger l'environnement du Cambodge, menacé par l'exploitation forestière illégale , est admirable
a-t-il déclaré.
 
Le porte-parole du ministère de la Justice, Chin Malin, a rejeté les inquiétudes liées à la condamnation, et a déclaré : "C'est normal car les opinions sont basées sur des individus ayant des affiliations politiques ».
Nous vous recommandons
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

GDB64 mar 11/05/2021 - 08:29

Diffusez le texte du jugement

Répondre

Actualités

Sécurité routière

Les véritables causes des accidents de la route au Cambodge

Le Comité national de la sécurité routière et les Nations Unies  ont publié un rapport sur les accidents de la route au Cambodge et leur coût économique en 2019.

Que faire au Cambodge ?

LITTERATURE

Mourir à Angkor, le premier roman de Gérard Thévenet

Gérard Thévenet est un personnage truculent. Fort de sa longue expérience du Cambodge, il a toujours une anecdote savoureuse à distiller. Il vient de publier son premier roman : Mourir à Angkor.