Jeudi 6 août 2020

Adrien Arnoux: une startup qui offre une seconde vie à vos smartphones

Par Grégory Rateau | Publié le 06/04/2020 à 00:00 | Mis à jour le 10/04/2020 à 08:17
fenix startup adrien arnoux roumanie

Notre rédaction donne aujourd'hui la parole à un Français fraîchement débarqué en Roumanie, Adrien Arnoux, et qui a co-fondé depuis peu, Fenix.eco, une startup roumaine écoresponsable qui offre une deuxième vie à vos smartphones. Rencontre...

 

 

Grégory Rateau: Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Adrien Arnoux: J'ai 32 ans. Je suis arrivé à Bucarest avec ma famille en janvier 2019. Diplômé d’une école d'ingénieur française, j’ai passé l’essentiel de ma carrière dans le domaine du Supply Chain travaillant pour Carrefour, L’Oréal et enfin Amazon. Avant d’arriver en Roumanie, je travaillais chez Amazon comme responsable logistique pour la vente en ligne. J’ai pu découvrir les coulisses d’un des plus grands site de e-commerce du monde! Après une dizaine d’années à Paris, nous avions envie de changer d’horizon, de découvrir un autre pays et la vie à l’étranger.

 

Pourquoi venir vivre et travailler ici en Roumanie ?

Je suis arrivé en Roumanie par hasard, ma compagne a été mutée ici dans le cadre de sa carrière au sein d’un grand groupe industriel français, nous avons décidé de saisir cette opportunité en famille. J’ai eu la chance de passer mes six premiers mois en congé parental avec ma fille qui avait 3 mois à notre arrivée, c'était un véritable choix pour moi de m’investir en tant que père. J’ai profité de ce temps libre pour découvrir Bucarest en promenant ma fille en porte-bébé. Je me suis ensuite mis à la recherche d'opportunités professionnelles et j’ai rencontré de nombreuses personnes dans la communauté d’affaires française en Roumanie.

L’une de ces rencontres a été décisive, et c’est finalement dans le grand bain entrepreneurial que j’ai décidé de me plonger, en lançant fenix.eco avec Grégoire Vigroux, un autre Français installé à Bucarest depuis des années. En plus d’en être un des co-fondateurs, je suis également le CEO de cette startup écoresponsable. Le site fenix.eco a été lancé au début du mois d’avril et nous commercialisons dans toute la Roumanie des smartphones reconditionnés. Un téléphone reconditionné est un téléphone ayant déjà été utilisé mais qui a été nettoyé, réparé et remis à neuf par un professionnel.

 

Voyez-vous des différences entre la manière de travailler des Français et celle des Roumains ?

Les Roumains ne sont pas très différents des Français. Nous sommes des peuples culturellement proches. N’appartenons-nous pas, d’ailleurs, à la grande famille latine? A titre d’exemple, je n’ai pas senti le moindre fossé culturel avec notre petite équipe roumaine. Nous nous entendons et nous comprenons à merveille! Cependant, si je devais mettre en avant une différence, je dirais que les Roumains sont plus dans l’action, très réactifs quand il faut trouver un solution rapidement à un problème. Les Français, même s'il est toujours difficile de faire des généralités, ont tendance à plus planifier, à mieux anticiper mais perdent ainsi en réactivité. Il me semble que cette capacité de réaction constitue une très bonne base pour le tissu entrepreneurial, domaine où il faut agir vite, toucher à tout pour développer son business et s’adapter aux contraintes du moment.

 

Aviez-vous des a priori avant de venir ici ? De belles découvertes à nous faire partager ?

Je n’avais pas d’a priori avant de venir ici, si ce n’est ma faible connaissance de la Roumanie et de ses habitants. Bucarest est une ville attachante, qui nécessite du temps pour en découvrir les côtés cachés et la Roumanie est un pays magnifique avec notamment de très belles montagnes. Avec ma famille, nous avons eu la chance de voyager dans le pays pendant cette première année, visitant notamment de nombreuses villes comme Brașov, Sinaia, Sibiu, Cluj, Turda et Iași mais aussi profitant des Carpates proches pour de belles randonnées, en été comme en hiver. Il nous reste encore de nombreux lieux à découvrir notamment la côte de la mer Noire et le delta du Danube.

 

En France, des études montrent qu’on change de téléphone tous les deux ans, y-a-t-il des études concernant la fréquence à laquelle on change de téléphone en Roumanie ?

Bien qu’un smartphone ait une durée de vie réelle supérieure à cinq ans, les Européens changent en effet le leur tous les 12 à 24 mois en moyenne! Concernant la Roumanie, les chiffres sont similaires avec 52% des Roumains déclarant changer de téléphones tous les deux ans (Stoica et all., 2015). La fabrication d’un seul téléphone est pourtant désastreuse pour la planète: elle nécessite 13 000 litres d’eau et 35 kg de matières premières, et produit 55kg de CO2. Et près de 50 millions de tonnes de déchets électroniques finissent dans les décharges du monde chaque année. C’est un problème que nous nous proposons d’endiguer, à notre petite échelle locale, en offrant une deuxième vie aux smartphones.

 

Les grands fabricants de smartphones sont souvent accusés d’obsolescence programmée. Pouvez-vous nous en parler et nous donner quelques exemples?

De nombreux fabricants de produits électroniques sont en effet accusés de techniques visant à réduire délibérément la durée de vie de leurs produits, afin d’en augmenter le taux de remplacement. Même si peu de cas d’obsolescence programmée ont été légalement prouvés, la suspicion chez les consommateurs est très présente. Chez fenix.eco, nous avons par conséquent décidé d’agir, en offrant une seconde vie aux smartphones qui, obsolescence programmée ou pas, fonctionnent parfaitement après une vérification technique et quelques réparations si nécessaire. D’ailleurs, nous offrons une garantie de 12 mois sur tous nos produits, la preuve que nous ne les considérons pas du tout comme obsolètes ! Nous le faisons à notre modeste échelle car nous sommes encore une petite startup. Mais nous avons de grandes ambitions et, surtout, l’espoir que nos clients qui partagent les mêmes valeurs que nous vont nous soutenir dans notre développement en devenant prescripteurs.

 

Les smartphones se sont beaucoup démocratisés aujourd’hui. Trouvez-vous qu’ils représentent encore un « marqueur social »?

En effet, au même titre que d’autres catégories de produits (tels que les vêtements et les automobiles), les produits électroniques sont parfois utilisés comme des signes distinctifs associés à un groupe socio-culturel ou une classe sociale. Cela étant dit, aujourd’hui la grande majorité de la population roumaine possède un smartphone, plus ou moins cher selon le budget disponible. Il devient presque indispensable d’avoir un smartphone, surtout pour les personnes n’ayant pas d’ordinateur à la maison.

 

Pensez-vous qu’il y a une réticence en Roumanie à acheter du second hand?

Les consommateurs roumains sont friands de produits d’occasion notamment dans l’automobile et les produits électroniques. Le succès du site web d’annonces commerciales OLX, qui est consulté un million de fois par jour en moyenne, confirme cette tendance. En 2019, plus de 2 millions d’annonces portant sur des smartphones d’occasion ont même été partagées sur OLX, preuve de la vitalité du marché de l’occasion sur les produits électroniques.

Le marché mondial des smartphones reconditionnés est en forte croissance. Selon IDC, ce secteur, qui représente 27 milliards de dollars en 2019, atteindra 67 milliards de dollars en 2023. Bien que relativement nouveau en Europe de l’Est, ce marché est déjà colossal en Occident. En France et en Allemagne, 1 téléphone vendu sur 10 est reconditionné.

Vu l'appétence des consommateurs roumains pour les bonnes affaires, il n’y a aucune raison de ne pas atteindre les mêmes ratios en Roumanie dans quelques années. Fenix.eco apporte une proposition de valeur unique sur le marché roumain des smartphones, en proposant des produits qui combinent à la fois les avantages du neuf (l’expérience, la qualité et la garantie) et le prix bas de l’occasion. Pour ces raisons, je pense que les téléphones fenix.eco devraient rapidement s’imposer comme un achat rationnel pour beaucoup de Roumains.

 

Vos téléphones reconditionnés permettent d’économiser de l’argent mais aussi de réduire l’impact environnemental que supposerait l’achat d’un téléphone neuf. Trouvez-vous que les Roumains sont assez concernés par la question écologique?

Nous pensons que pour nos futurs clients, c’est la bonne affaire qui prédomine, en effet nos produits seront vendus environ 50% moins cher que leurs équivalents neufs pour une expérience quasi similaire. Cela dit, nous assistons également à l’émergence d’une conscience écologique en Roumanie, qui bouscule les habitudes de consommation.

Selon un sondage ISense Solutions, 64% des Roumains déclarent recycler et 42% disent préférer se déplacer à pied ou à vélo plutôt qu’en voiture ou en transports en commun. Selon la même source, près de 44% des Roumains déclarent acheter prioritairement des produits fabriqués par des entreprises qui sont impliquées dans la protection de l’environnement. Même s’il reste du chemin à parcourir, notamment sur la place de la voiture à Bucarest par exemple, la conscience environnementale se développe en Roumanie, surtout chez les jeunes urbains. Ceux-ci comprennent qu’ils ont un rôle à jouer pour tenter d’améliorer le monde dans lequel nous vivons et c’est une bonne chose pour le futur.

Nous avons créé fenix.eco car nous sommes animés par cette même volonté de créer un monde plus durable. Notre domaine internet «.eco » fait d’ailleurs référence à cet engagement environnemental, qui fait partie intégrante de notre identité.

 

fenix.eco

 

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Alain CESLSE lun 06/04/2020 - 11:51

Si, comme il est dit dans l'article, "près d’un demi-milliard de tonnes de smartphones finissent dans les décharges du monde chaque année", compte-tenu que le poids moyen d'un smartphone est inférieur à 200 grammes, il serait jeté alors chaque année 2500 milliards d'appareils...

Répondre

Communauté

LA RECETTE ROUMAINE DU CHEF - Saucisses roumaines

Comme toute cuisine nationale qui se respecte, la cuisine roumaine possède toute une série de produits du terroir à dénomination d'origine contrôlée. Parmi eux, les saucisses qui se différencient par