Portrait de David Hockney à l’occasion de son exposition à Berlin

Par Héloïse Leclercq | Publié le 21/04/2022 à 12:30 | Mis à jour le 03/05/2022 à 11:02
Photo : © Staatliche Museen zu Berlin - David von Becker
Salle d'exposition Gemäldegalerie

Après avoir exposé au musée de l’Orangerie, David Hockney rejoint la Gemäldegalerie berlinoise, l’occasion de revenir sur le parcours d’un des artistes les plus influents du monde contemporain.

 

La mutation de son œuvre

Après ses peintures expérimentales sur l’idéal californien, dont certaines sont bien connues du public comme A bigger splash (1967) ou Portrait of an artist (1972), œuvre de l’artiste vivant la plus chère jamais vendue aux enchères après le Rabbit de Jeff Koons, David Hockney s’est essayé à la peinture de paysages. La figure humaine disparaît déjà de son travail déjà dans les années 1980, et depuis lors, les spectateurs eux-mêmes sont les protagonistes de ses peintures. L’artiste britannique compte parmi ses créations d’immenses panoramas de paysages, produits lorsqu’il était encore aux États-Unis, puis plus tard dans sa patrie anglaise. Ils sont le thème de son œuvre tardive et le replacent dans la tradition anglaise, où le paysage est essentiellement considéré comme la discipline suprême de la peinture depuis le milieu du XVIIIe siècle. Les paysages magiques d’Hockney où le temps, la mémoire et l'espace ne font qu'un représentent des décennies de travail à former son œil en explorant les possibilités de la peinture passée et présente.

 

© David Hockney - Portrait of an artist
© David Hockney - Portrait of an artist

 

Les paysages remarquablement précis et monumentaux du peintre regorgent de vitalité, d'immédiateté et de luminosité. Ses couleurs acharnées allant du bleu royal, au cobalt et au jaune citron, en passant par des terres d’ombres claires, rouges et violettes accentuent la frénésie de son œuvre peinte en coups de pinceaux confiants. Les allées et les bosquets bordés d'arbres, les bois abattus en hiver et les aubépines aux fleurs luxuriantes en bord de la route sont empreints d'une intensité bouleversante.

Ses peintures de paysages fusionnent les techniques traditionnelles et numériques. Elles révèlent son engagement envers l'art des siècles précédents, ainsi que son observation et sa représentation du paysage, qui durent depuis des décennies. Récemment, David Hockney s’est même penché sur le dessin à l'Ipad et la diversité de l’œuvre de l'artiste semble illimitée.

 

© David Hockney - Interior with blue terrace and garden
© David Hockney - Interior with blue terrace and garden

 

Les paysages en dialogue à la Gemäldegalerie

Dans son cycle de quatre saisons Three Trees near Thixendale, le peintre tourne le dos au soleil éclatant de Californie produit dans son travail antérieur et se consacre plutôt aux paysages de son Angleterre natale, explorant ses changements atmosphériques au fil des saisons. Les trois grands arbres des peintures en plusieurs parties s'inspirent d'arbres existants dans le district de Ryedale, dans le comté du Yorkshire. Le cycle est caractéristique de l'approche d’Hockney envers la nature : les arbres ne sont pas une représentation réaliste du paysage, mais une interprétation picturale du sentiment. Ils véhiculent une atmosphère qui oscille entre les couleurs riches du feuillage frais de l'été et les branches sèches et nues de l'hiver. Chaque toile individuelle est une composition d'impressions – comme l’espace, le temps, la lumière ou encore les odeurs - au cours de journées entières d’observation de la nature. De cette manière, Hockney exprime en peinture ce qui constitue pour lui l'essence de la nature : « la beauté et l'harmonie perpétuelle ». Vus isolément, les panneaux de peinture printanière, les couleurs éclatantes de l'été, la représentation dramatique de l'automne et l'image transfigurée de l'hiver semblent représenter des moments instantanés de la nature. Vus ensemble à la Gemäldegalerie, ils se combinent en une symphonie du cycle de la nature.

 

© David Hockney - Three trees near Thixendale, summer 2007
© David Hockney - Three trees near Thixendale, summer 2007 

 

L’engagement de David Hockney envers l’art des siècles précédents

Cette exposition spéciale dans la Wandelhalle de la Gemäldegalerie met en dialogue les paysages monumentaux d'Hockney issus de la collection Würth - que l'entrepreneur Reinhold Würth a constituée pendant plus de 50 ans - avec les paysages sélectionnés dans les collections des Staatliche Museen zu Berlin. Des œuvres de l'Alte Nationalgalerie, de la Gemäldegalerie et du Kupferstichkabinett donnent un aperçu de la diversité et de la richesse de la peinture de paysage, un genre que David Hockney a fait revivre dans ses tableaux à grande échelle.

Les pièces de Rembrandt, Van Gogh et John Constable, dont les paysages ont inspiré le travail de l'artiste britannique, sont présentées durant l’exposition. On y retrouve aussi les tableaux des grands maîtres hollandais tels que Jacob van Ruisdael et Meindert Hobbema. La juxtaposition des œuvres révèle des similitudes avec ces peintures plus anciennes, dont Hockney a étudié la technique, la composition, l’atmosphère et la perspective. Les œuvres éloignées dans la chronologie sont mises en contact étroit les unes avec les autres pour la première fois à la Gemäldegalerie. Elles témoignent non seulement de l'importance et de la popularité de la peinture de paysage au fil du temps, mais aussi de sa nature complexe et multiforme.

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

heloise_0

Héloïse Leclercq

Étudiante à Berlin depuis septembre 2021, Héloïse est en double diplôme d'histoire de l'art et en école de commerce. Elle aime découvrir Berlin et ses habitants au travers des événements culturels et artistiques.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale