Gigafactory Berlin, bien plus qu’une usine pour voitures Tesla

Par Guillaume Tarde | Publié le 17/02/2022 à 10:30 | Mis à jour le 17/02/2022 à 14:14
Photo : © Tesla - Courtesy of Tesla, Inc.
La Gigafactory de Tesla à Berlin en Allemagne

Retard, permis de construire, dégâts environnementaux, la nouvelle usine Tesla située à 35 kilomètres au Sud-est de Berlin suscite de nombreuses réactions. Mais que cache réellement ce projet ?

 

Une difficile mise en route pour la Gigafactory 4

Officialisé le 12 novembre 2019, le projet de la Gigafactory 4 de Berlin est un chantier gigantesque qui s’étale sur près de 300 hectares. Située au Sud-est de Berlin, l’usine doit, à terme, produire 500 000 voitures par an et notamment le SUV model Y. Cependant la première usine Tesla en Europe, fleuron de l’ingénierie d’Elon Musk, connaît un sérieux retard à l’allumage.

 

« Tesla ne pourra pas faire sortir les premières voitures de la chaîne de production pour la vente avant la mi-mars au plus tôt. La raison : la construction de l'usine est certes en grande partie terminée, mais elle n'a pas encore été autorisée. » souligne Rbb 24. En effet, les autorités n’ont pas encore délivré d’autorisation complète et continuent de vérifier les normes de sécurité sur place. Le projet, qui devait voir le jour en juillet 2021, accumule donc déjà plusieurs mois de retard.

Par ailleurs, « Tesla a modifié à plusieurs reprises les quantités de produits chimiques toxiques qui pourraient s'écouler en cas d'accident » ajoute Rbb24. Les autorités doivent donc « encore examiner les plans de Tesla pour le traitement des eaux usées. »

 

Par ailleurs, si les premières voitures ne sont pas encore sorties des lignes de productions, le puissant syndicat IG Metall est déjà monté au créneau pour défendre la rémunération des futurs 40 000 employés. Selon le syndicat, les salariés percevraient une rémunération fixe « 20 % en dessous du niveau des accords tarifaires de la branche » s’alarme l’Humanité. L’entreprise souhaite ainsi donner la possibilité aux salariés d’acquérir des actions de l’entreprise ou autres bonus. « Nous ne voulons pas que les salariés soient confrontés à l’incertitude sur le montant de la paye qu’ils obtiennent à la fin du mois ou à la fin de l’année » fustige Birgit Dietze, cheffe de file d’IG Metall dans des propos rapportés par l’Humanité.

 

Ce bras de fer n’est pas sans rappeler un autre conflit entre l’usine et certaines associations à la suite de la déforestation nécessaire à la construction. En effet, la Gigafactory 4 s’est attirée les foudres des défenseurs de l’environnement puisque des espèces de serpents et de lézards sont ainsi menacées par le chantier.

 

Elon Musk a lancé une vaste opération pour redorer l’image de son usine lors de son inauguration le 9 octobre 2021. Un festival a ainsi été organisé sur les lieux, au milieu d’un parc d’attractions installé pour l’occasion. Une grande roue a été montée et les visiteurs ont pu conduire des modèles de la marque : une opération séduction pour faire oublier des débuts difficiles.

 

 

Un projet qui va plus loin que les voitures Tesla

Si la Gigafactory de Berlin et au cœur de nombreux débats, elle fait partie d’un programme bien plus ambitieux que la « simple » production de voitures. L’usine, qui comprend des chaînes de production pour les voitures, est aussi utilisée pour la fabrication de batteries dédiées à d’autres applications que la motorisation des véhicules électriques.

 

« Nous avons fait les calculs pour déterminer ce qu'il faudrait pour que le monde entier passe à l'énergie durable... et il faudrait 100 Gigafactories ». C’est ainsi qu’Elon Musk décrit à Leonardo DiCaprio l’importance de telles infrastructures dans le documentaire « Before the Flood ». Le PDG de Tesla utilise par ailleurs une comparaison avec l’industrie téléphonique afin de vulgariser son propos et d’expliquer les enjeux derrière ces projets pharaoniques.

 

 

« L'avantage du solaire et des batteries est que l'on peut éviter de construire des centrales électriques. Ainsi, dans un village isolé, des panneaux solaires rechargent une batterie qui alimente ensuite tout le village en électricité sans qu'il soit nécessaire d'installer des milliers de kilomètres de câbles à haute tension. C'est ce qui s'est passé avec les téléphones fixes par rapport aux téléphones portables. Dans les pays qui se sont développés plus tardivement, ils n'ont pas utilisé les téléphones fixes et sont passés directement au cellulaire. » décrypte ainsi Elon Musk.

 

Les batteries qui seront conçues dans la nouvelle usine Tesla à Berlin ont donc un objectif : « Réussir la transition vers une énergie durable en proposant des solutions de stockage plus abordables ».

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Sur le même sujet
Portrait Guillaume Tarde

Guillaume Tarde

Guillaume a rejoint l’équipe de la rédaction de Berlin en septembre 2021. Il est diplômé d’un master de marketing et communication. Passionné de voyages et de vélo, il aime tenir des carnets sur ses aventures.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale