Jeudi 24 juin 2021
New York
New York

Vers le nouveau concept des « dîners entre vaccinés »

Par Rachel Brunet | Publié le 15/04/2021 à 17:50 | Mis à jour le 16/04/2021 à 16:25
Personne vaccinée contre la covid-19

Les experts de la santé publique mettent en garde : les personnes vaccinées doivent continuer à porter des masques et à se tenir à distance en public. Rien ne semble donc changer pour ces personnes qui ont reçu leurs deux doses de vaccin anti-Covid. Mais en fait, si, tout change ; les experts estiment que les vaccinés peuvent pratiquer certaines activités, sans danger. Parmi elles, les voyages et les rassemblements entre personnes vaccinées — lieux clos compris — et ainsi, les dîners entre vaccinés. Un goût de la vie d’avant...

 

« Es-tu vacciné ? »

« Es-tu vacciné ? », une question devenue courante dont une réponse positive autorise à pratiquer de nouveau certaines activités, selon le CDC, sans se mettre en danger. Les dîners avec d'autres personnes vaccinées, à l'intérieur ou à l'extérieur, sont, selon les experts, une activité relativement sûre.

« Si nous devons nous rassembler, nous devons le faire intelligemment, ce qui ne veut pas dire que nous devons nous marier à 200 personnes, avec des gens que nous ne connaissons pas, tout de suite », explique Dara Kass, médecin urgentiste au Columbia Medical Center de New York. « Commencez, peut-être, par aller dîner avec un couple qui est vacciné, ou vos parents, peut-être les voir pour un dîner de famille ».

« Depuis que je suis complètement vaccinée, ce qui est très récent, je revis et dîne régulièrement avec des amis, eux-mêmes vaccinés, »  confie Virginie, installée dans l’Upper East Side. Un retour presque à la normale après des mois loin de toute vie sociale. « Je n’irai par contre pas dîner avec des gens que je ne connais pas ou des amis qui ne sont pas vaccinés ».

« En général, les interactions entre les personnes entièrement vaccinées — ou immunisées en raison d'une infection antérieure — sont relativement peu risquées, » estime Florian Krammer, vaccinologue à l'école de médecine Icahn du Mont Sinaï, à New York. «  Nous devons être prudents et rester vigilants face au risque », a-t-il écrit sur son compte Twitter. « Mais nous devrions également permettre aux personnes immunisées de normaliser au moins certaines de leurs interactions ». Sophie, installée à Harlem depuis plus de 10 ans l’a bien compris et participe à ce qu’elle nomme non sans rire, « nos dîners entre vaccinés ». « On s’invite les uns chez les autres mais, pour l’instant, nous ne retournons pas dîner en indoor au restaurant. Par contre, nous ne nous privons pas des terrasses, ce que je n’osais pas faire avant d’avoir reçu mes deux vaccins ». Et de conclure « la confiance règne dans notre groupe d’amis, ceux qui attendent leur second vaccin, le font avec hâte, pour nous retrouver tous comme avant ».

 

La vaccination permet le retour à la normale... et les dîners entre amis 

 

Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, déclarait il y a quelques semaines que les personnes doublement vaccinées  — entendre celles qui ont reçu les deux doses du vaccin de Pfizer ou de Moderna — pouvaient se rassembler à l'intérieur en petits groupes et en toute sécurité. Il expliquait ainsi, lors d’un point presse à la Maison Blanche « j'utilise l'exemple d'une fille qui vient de l'extérieur de la ville et qui est doublement vaccinée, et d'un mari et d'une femme doublement vaccinés, et peut-être d'un voisin d'à côté que vous savez doublement vacciné, le risque est si faible que vous n'auriez pas à porter de masque ».

Par contre, le risque de transmission et d'infection augmenterait considérablement si des personnes non vaccinées se joignaient à eux. Par ailleurs, selon le CDC, une personne est considérée comme complètement vaccinée, deux semaines après avoir reçu sa seconde dose.

« Je dîne exclusivement avec des amis qui sont complètement vaccinés » relate Paul qui vit à Brooklyn. Une sorte de passeport vaccinal entre amis qui autorise à la vie d’avant. Dîner, prendre un verre, casser la barrière des 6 feet imposée depuis un an. Sans masque, sans distanciation, la confiance revient dans un cercle fermé, en même temps que la campagne de vaccination bat son plein.

Aux États-Unis, comme en France, la question houleuse du passeport vaccinal fait débat. Ce document certifiant que son détenteur a été vacciné contre le Covid-19, a été interdit en Floride au nom du respect des « libertés individuelles », a annoncé début avril le gouverneur républicain de cet Etat du Sud-Est. Le décret du gouverneur Ron DeSantis interdit en effet aux services administratifs de Floride de délivrer des passeports vaccinaux, ou tout type de document visant à attester qu’une personne a reçu un vaccin contre le Covid-19. Le texte empêche par ailleurs les entreprises du « Sunshine State » d’exiger de leurs clients ce type de passeport vaccinal ou une preuve d’immunisation au virus. Pour M. DeSantis, proche allié de l’ancien président Donald Trump, « les “passeports vaccinaux” limitent les libertés individuelles » et menacent le secret médical. »

 

40 % des New-Yorkais ont reçu au moins une dose de vaccin

L'effort de vaccination des New-Yorkais se poursuit à grande échelle. Pendant que le vaccin Johnson & Johnson est en pause, l’État de New York a choisi d’administrer le vaccin Pfizer, en remplacement,  afin de respecter et de maintenir les rendez-vous prévus.

« Près de 40% des New-Yorkais ont maintenant reçu au moins une dose du vaccin, ce qui est un grand progrès - et témoigne du dévouement de nos fournisseurs et de nos partenaires à travers l'État qui ont joué un rôle déterminant dans la distribution équitable du vaccin. Nous continuerons de vacciner le plus de New-Yorkais possible le plus rapidement possible. Comme cela a été le cas depuis le premier jour avec ce virus, nos progrès ne sont aussi sûrs que notre détermination à continuer à bâtir sur lui, » expliquait le 14 avril, le Gouverneur Cuomo. Et de rajouter « au cours des 24 dernières heures, 186 876 doses totales ont été administrées. À ce jour, New York a administré 12 440 535 doses totales et 25,9% des New-Yorkais ont terminé leur série de vaccins. »

Un peu plus d’un quart des 19 millions d’habitants de l’État de New York sont ainsi entièrement vaccinés et protégés. Pour eux, le retour à la normale est enclenché. Et dans un cercle restreint, le passeport vaccinal est moral.

 

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
0 Commentaire (s)Réagir