TEST: 2271

Lara Rincon, jeune chef d’entreprise: "La chance, ça se provoque" premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 08/03/2022 à 17:45 | Mis à jour le 10/03/2022 à 11:05
Photo : Lara Rincon, fondatrice de Incognito Escape à Madrid / DR
Lara Rincon, fondatrice de Incognito Escape à Madrid

Cette ingénieur en génie biologique décide un jour d’abandonner le job de ses rêves pour son autre passion, l’escape room. Bien loin de se laisser abattre par la crise du Covid, la jeune chef d’entreprise a su rebondir. Arrivée seule à Madrid en 2016, ses deux boîtes emploient une vingtaine de personnes et ses clients sont l’Oréal, Nestlé, Nissan ou Google. Lara Rincon est finaliste des Trophées des Français de l'étranger, dans la catégorie "Entrepreneur".

 

On peut se demander ce que fait une ingénieur en génie biologique dans le business de l’escape room ! Cette globe-trotter qui a voyagé dans le monde entier atterrit à Madrid en 2016, envoyée par son entreprise pharmaceutique. "Je venais de Paris –se souvient Lara Rincon, fondatrice et CEO d’Incognito Escape - et ici il n’y avait pratiquement pas d’escape room alors j'ai décidé de monter cette société car j’ai vu l’opportunité, et par pur loisir. En 2016 quand j’ai commencé à y réfléchir, il n’y avait qu’une enseigne à Madrid, et un an plus tard il y en avait treize. C’était vraiment le bon moment car, avant la pandémie, on comptait pas moins de 150 escape room à Madrid". 

 

Fondé en 2016 à Madrid, Incognito Escape rencontre très vite le succès 

Mais Lara est toujours salariée et sa boîte l’envoie au Mexique pour une mission de prospection qui se transforme rapidement en mission de développement d'une nouvelle structure et d’implantation d’une équipe locale. Trois ans plus tard, elle décide de quitter le monde du salariat pour se lancer "sans filet" dans l’aventure entrepreneuriale et se consacrer à sa passion, le monde de l’escape game. 

 

Entreprendre est un pari dans lequel on ne peut pas s’engager à demi-mot

On peut l’imaginer. Pas facile pour sa famille d’accepter ce choix. "Même s’il me soutient -raconte Lara Rincon- mon entourage a du mal à comprendre pourquoi je quitte ce « job de mes rêves » pour lequel je me suis tant battue. Mais à 28 ans à peine, je n’étais pas prête à en rester là". Lara serait-elle devenue, pendant son séjour à Shanghai, une fervente disciple de Confucius qui disait "Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie" ? 

Elle reprend donc en 2019 les rênes du petit business d’escape game qu’elle avait monté par pur plaisir quelques années auparavant avec un autre expatrié français à Madrid. Comme tout bonne entrepreneure, elle ne compte pas ses heures. Pour Lara, "entreprendre est un pari dans lequel on ne peut pas s’engager à demi-mot". Heureusement, son travail et sa passion paient. 

 

lara rincon escape game madrid

 

"La réussite est au rendez-vous –affirme Lara Rincon- puisque notre Escape Game 2.0, Opération Steampunk, est cette même année récompensé aux trophées internationaux d’Escape Game TERPECA. Nos salles attirent les foules, aussi bien nationales qu’internationales puisque nous sommes les seuls à proposer nos expériences en espagnol, en anglais mais aussi en français !".

 

Nous sommes les seuls à proposer nos expériences en espagnol, en anglais mais aussi en français !

C’est dans ce contexte, et suite à plusieurs appels d’offres, qu’elle lance sa division Escape Game "B2B", destinée aux entreprises. "Nous enchaînons les projets et les succès : depuis des réunions théâtralisées, avec une bombe à désamorcer dans les bureaux de SONY, à la Juke Secret Mission, expérience de 6 semaines à Barcelone que nous confie Nissan Europe. L’équipe grandit à vue d’œil, l’intérêt pour nos projets sur-mesure aussi et les perspectives pour 2020 sont belles". 

En janvier 2020, elle se verse d’ailleurs son premier petit salaire, loin d’imaginer que ce serait le premier et le dernier avant un bon moment… "Évidemment on ne savait pas à l’époque combien cela allait durer -se souvient Lara. J’avais quelques économies personnelles mais au fil des mois c’est devenu beaucoup plus compliqué. Mais il n’était pas question de se laisser abattre".

 

De la crise du Covid à la création d'une plateforme d’escape game en ligne

Précisément, ses clients, surtout les entreprises, étaient désarmés. Il fallait vraiment faire quelque chose pour les team building, avec des employés qui étaient à la maison et déprimés. Or, dans son autre vie, c’était son métier d’écouter et de trouver des solutions: "Mon métier –explique Lara Rincon- consistait à comprendre les problématiques de patients et de médecins et de les associer aux technologies les plus innovantes pour répondre au mieux à leur besoin, via des outils de d’accompagnement, communication ou formation".

Alors, après plusieurs mois de travail acharné, elle met au point une plateforme d’escape game en ligne qui apporte aux sociétés toute la flexibilité dont elles peuvent avoir besoin. Le succès est immédiat. "Notre premier client est d’ailleurs une société française, qui parie sur notre solution pour réaliser un teambuilding en ligne pour ses équipes trilingues basées à Madrid. S’en suivent une longue liste de clients nationaux mais aussi internationaux, et notamment français, comme Nestlé Purina France qui offre à ses employés un escape game sur mesure pour fêter la Saint-Félix dignement malgré la distanciation sociale".

En définitive, un nouvel outil de communication ou formation 100% ludique. "C’est vraiment du sur-mesure -explique Lara. Les entreprises me donnent les caractéristiques de ce qu’ils veulent, le contenu, les objectifs, le genre de communication, les langues, les cibles et avec ça on crée un jeu collaboratif ou individuel dans une plate-forme préfabriquée, et donc dans cette plate-forme on imbrique le scénario que veut l’entreprise". 

 

Notre premier client est une société française qui parie sur notre solution pour réaliser un teambuilding en ligne pour ses équipes trilingues basées à Madrid

Et ce modèle représente maintenant la moitié de son business qui finalement a été créé pendant la pandémie, pour les entreprises. Lara Rincon a su rebondir avec le Covid, mais elle reste modeste. "Franchement, la crise du Covid, on s’en serait bien passés, ça a été une période très compliquée. Mais c’était « se transformer ou mourir ». En plus en Espagne, il y avait très peu d’aides pour les entreprises, rien à voir avec la France… Vivre à l’étranger aide souvent à prendre le recul nécessaire pour réaliser à quel point on est bien lotis chez nous. Ici, beaucoup de sociétés ont  dû fermer". 

 

Vivre à l’étranger aide souvent à prendre le recul nécessaire pour réaliser à quel point on est bien lotis chez nous

Dans le cas de son secteur, en 2016, il y avait en Espagne une centaine d’entreprises d’escape game ; en 2017, elles étaient 369 ; en 2018, 657 et juste avant la pandémie, en 2019, 974. Actuellement, on compte près de 920 entreprises. Il y a eu de nombreuses faillites, suite au Covid, mais on assiste actuellement à un nouveau boom, avec de nombreuses ouvertures.

Mais est-ce à dire que les escape game vont être dorénavant virtuels ? Sur ce point Lara Rincon est catégorique : "Le format en ligne est né d’un besoin pendant la pandémie –explique-t-elle- c’est une alternative mais ça ne sera jamais la même chose qu’en présentiel. Parce que l’escape game a un côté social, physique, qui transforme l’expérience. Et pour le grand public ce qu’il cherche, c’est le présentiel. L’escape game est là pour rester parce que c’est une alternative de divertissement".

 

lara rincon escape game madrid

 

"Bites Motel Escape Room" : 75e meilleur Escape Game au Monde

Et son engagement en faveur de l’expérience en présentiel est clair : par exemple, l’un de ses  espaces, de plus de 1.000m2, offre de véritables décors cinématographiques. Le "Bites Motel Escape Room", inspiré du film Psychose, et disponible en espagnol, anglais mais aussi français, vient d’être élu 75e meilleur Escape Game au Monde parmi près de 177.000 candidats. 

En fait, l’escape game physique vient du monde en ligne. C’était au départ une expérience de jeux video au Japon en 2007. Un juste retour aux sources!

Sur le même sujet
Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale