TCHUOL TCHNAM – Les jeux du Nouvel An

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 14/04/2022 à 02:02 | Mis à jour le 14/04/2022 à 02:02
course_nouvelankhmer

Le nouvel An arrive et ici et là, les jeux traditionnels animent la province et les villes, dans les cours des pagodes ou des écoles, ou encore aux coins des rues. 

 

Les jeunes s’amusent à asperger d’eau les passants, parfois avec des pistolets à eau dignes de Robocop, c’est une bénédiction une bénédiction pour l'année qui débute.

Le nouvel an est aussi l’occasion de jouer à des jeux traditionnels. S’ils se perdent un peu dans les grandes villes, les jeunes leurs préférants les concerts organisés par quelques marques de bières ou de téléphonie, ils restent très prisés dans les campagnes.

Lepetitjournal vous dresse la liste des principaux

 

Le tire à la corde; Teanh Proat"


Pour beaucoup de jeux traditionnels, un équivalent similaire existe en France. C'est le cas du "tire à la corde" ici appelé "Teanh Proat". Pour ceux qui ont un peu oublié leurs années scoutes, il s'agit de mettre deux équipes aux extrémités d'une corde dont le milieu est marqué au sol par un tissu. L'équipe qui réussira à faire franchir le point central à l'équipe adverse sera gagnante. Par souci d'équité, les filles ont droit d'être plus nombreuses quand elles se confrontent à une équipe de garçons !

Ce jeu a été reconnu comme patrimoine immatériel de l’humanité en 2015

 


Le jeu du facteur, "Leak Kansaeng"

Autre jeu connu de nos jeunes chérubins ? et finalement, de nous avant eux ? c'est celui du "facteur" ou"du furet" selon que vous préfériez chanter "le facteur n'est pas passé" ou bien "il court, il court le furet"! Rappelez-vous : des joueurs assis en cercle, mains posées sur les genoux, un foulard noué, et ce facteur/furet qui vous dépose sans prévenir le colis dans votre dos. Il fallait vite s'en rendre compte pour se lever et le rattraper avant qu'il ne nous prenne notre place laissée vide. Sinon, c'était à nous de devenir facteur ou furet. Un jeu qui réveille en somme, appelé ici "Leak Kansaeng".

 

on y joue à tout âge

 

Le jeu du foulard, Dandeum Sloek Cheu



Dernière similitude avec nos jeux occidentaux : la prise du foulard, un nom qui peut varier en fonction de ce que vous mettez au milieu. Et justement, au Cambodge, ce sont des bâtons que l'on pose au milieu des équipes, séparées l'une de l'autre par une bonne vingtaine de mètres (sinon, ce n'est pas drôle). Chaque joueur porte un numéro qui trouve son équivalent dans l'équipe adverse. Un arbitre vient appeler un ou deux numéros, lesquels doivent quitter les rangs de leur équipe, attraper un des bâtons, et filer ventre a terre vers leur camp avant de se faire toucher par l'autre joueur. Sinon, il perd le point, et c'est l'autre équipe qui l'emporte. Ce jeu s'appelle "Dandeum Sloek Cheu". Je ne résiste pas à l'envie de vous traduire le nom anglais "saisir la feuille au vol", qui est sans nul doute un nom plus poétique que chez nous.

Là où nos jeux divergent, ce sont dans les gages infligés aux perdants : ici, l'équipe perdante devra chanter ou danser un air voulu par les gagnants, et non faire une danse des canards ou le tour du jardin à cloche-pied. De quoi conserver une ambiance de fête, et bien suivre le dicton "l'important, c'est de participer !".
 

 

 

Jeu Chanté, le "Choung"

 

Les chants au Cambodge sont une pratique importante (je ne vous parle pas des Karaokés...) Aussi, beaucoup de jeux ont quelque chose de musical.

Prenez le "choung", dont l'auteur ne connaît aucune équivalence en français, et que nous pourrions traduire par le jeu de la "voix". Tandis qu'une équipe de filles fait face à une équipe de garçons, ces derniers commencent à chanter. L'un d'eux jette alors un foulard noué à l'une des filles, qui devra chanter seule. Elle le jettera à nouveau vers l'un des garçons, qui à son tour, donnera de la voix en solo. Bien sûr, tous les autres essaient de l'attraper au vol (oui, ici, tout le monde veut chanter), et le jeu recommence quand le foulard touche le sol. Qu'on ne se leurre pas, quand on a une préférence dans le camp adverse, on lui envoie le foulard et le message passe.

 

Séparer la demoiselle, "Pong Roth Konkromom"
 

Puisque nous sommes dans les couples qui se forment, parlons d'un jeu qui se joue justement en couple. Il s'agit du "Pong Roth Konkromom", littéralement"séparer la demoiselle". Plusieurs couples sont debout, en cercle et se tiennent par la main. L'un des couples est à l'extérieur du cercle, puis touche les mains nouées d'un des couples du cercle. Les 4 joueurs doivent alors courir dans les directions opposées, autour du cercle, et arriver en premier à la place qu'ils ont laissé vide. Les perdants devront revisiter ce jeu de "chat et souris" avec un autre couple.

 

Le jeu du Divorce , "Prehchhar"
 

Mais parlons plutôt de ce jeu étrange, appelé "Prehchhar" (je vous laisse libre sur la prononciation !), soit "divorce" (jusque là, nous aurons fait le début du couple, sa vie, et sa fin...). Alors que plusieurs couples sont éparpillés sur une surface de jeu, un arbitre leur lancera 4 formules auxquelles il faudra réagir le plus prestement. Au son de "couple!", les duos devront se tourner le dos, à celui de "chéri", le garçon s'agenouillera devant la fille et lui prendra la main, à "fiancé", il faut se serrer dans les bras et en entendant "divorce" tout lâcher et se trouver une nouveau partenaire. Les couples trop lents sont éliminés... et devront chanter leur défaite !

 

Le jeu du le jeu du Bambou ou "Tompang Russei"


On finira avec le jeu du Bambou ou "Tompang Russei". Encore une fois, les joueurs sont assis en cercle, mais quelques-uns sont au milieu, chantant et dansant. Dès qu'ils le souhaitent, ils peuvent s'arrêter et crier "bambou!". Alors tous ceux assis doivent se lever, puis se rasseoir au nouveau son de "bambou!". Les plus lents rejoindront le groupe du milieu jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un joueur assis.

Maintenant que vous êtes bien informés des règles, courrez vous joindre à la foule, et partagez sa joie ! Choun Por Tchnam Thmey !



Elodie LLanusa 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.