Samedi 22 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Charlemagne : son aventure espagnole

Par Quentin Gallet | Publié le 21/01/2020 à 16:00 | Mis à jour le 21/01/2020 à 18:52
Photo : Charlemagne empereur, peinture du XIXème siècle (peinture de Louis-Felix Amiel)
charlemagne espagne

Françaises, Français ! Vous qui êtes en Espagne depuis peu ou depuis des années. Vous qui comptez y rester le temps d’un échange universitaire ou bien pour la vie. Vous qui y travaillez, étudiez ou voyagez. Sachez que vous êtes le fruit d’une longue histoire. Vous n’êtes certes pas les derniers mais surtout pas les premiers à tenter l’aventure au-delà des Pyrénées. 


 

Intéressons-nous cette semaine aux gloires et déboires  en terres d’Espagne de l’empereur le plus connu de tous les temps : Charlemagne. Son aventure espagnole a été immortalisée par la célèbre Chanson de Roland des siècles plus tard mais elle loin de ne se limiter qu’à cet échec. 


Avant d’être le puissant empereur d’Occident se rêvant en successeur de César, Charlemagne est le roi des Francs (peuple d’origine germanique qui occupe alors une bonne partie de l’actuelle France). Il règne seul sur un important territoire depuis 771. Comme tous les fondateurs de grandes dynasties, Charlemagne est avant tout un conquérant qui passe le plus clair de son temps à la guerre. En effet, les ennemis ne manquent pas tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et les appétits de conquêtes du grand Charles sont conséquents.  
Ainsi, trois ans après son couronnement, le roi franc s’empare du territoire des Lombards, dans le nord de l’Italie. Il s’agit d’une prise de prestige qui lui assure une certaine renommée. Il faut préciser que l’armée de Charlemagne est bien plus efficace de celle de ses aïeuls grâce notamment à sa cavalerie lourde. 

 

Le désastre de 778

charlemagne espagne
Roland à Roncevaux par Gustave Doré, XIXème siècle (image du domaine public)


A cette époque, une bonne partie de l’Espagne actuelle est aux mains des musulmans qui ont érigé, en quelques décennies, l’émirat de Cordoue ou Al-Andalus. Au début du VIIIe siècle, ils avaient été attirés par la conquête d’autres territoires au nord des Pyrénées cette fois. Mais le grand père de Charlemagne, Charles Martel, les avait vaincus lors de la bataille de Poitiers. Mais, en cette fin de siècle, les temps avaient, semble-t-il, changé et les émirs andalous regardaient désormais bien davantage vers les rivages de la Méditerranée.  Mais, alors pourquoi Charlemagne a-t-il été amené à tenter l’aventure en Espagne ? 

Tout commence en 777 où le roi tient une assemblée en Saxe, dans l’Allemagne actuelle. A cette occasion, il reçoit des émissaires venus d’Al-Andalus. C’est le cas notamment de l’envoyé d’un certain Souleymane, gouverneur musulman de Barcelone de son état. Ce dernier est entré en rébellion contre l’émir de Cordoue et entend bien obtenir les bonnes grâces du puissant roi franc. Pour ce faire, Souleymane s’engage à aider Charlemagne à conquérir la ville de Saragosse. La proposition est très tentante pour le monarque qui y voit une occasion de sécuriser sa frontière avec Al-Andalus qui est aussi une limite entre la chrétienté et les terres musulmanes.

Toutefois, tout ne va pas se passer comme prévu. En effet, quand Charlemagne envoie ses armées au printemps suivant, Saragosse offre une solide résistance. Le siège doit être levé, le roi franc devant envoyer des renforts en direction de la Saxe justement où les habitants nouvellement christianisés se sont révoltés. Ce qui s’apparente à un fiasco est quelque peu compensé par le pillage en règles de la ville de Pampelune, la capitale actuelle de la Navarre. 

Mais l’épisode désastreux que l’Histoire gardera se passa à Roncevaux, dans les Pyrénées Orientales. L’arrière garde de Charlemagne, commandée par Roland, est attaquée. Ce dernier est parent du roi et comte de la marche de Bretagne. 


La Chanson de Roland, premier chef d’œuvre de la littérature française, sera composée trois siècles après. Elle immortalise l’événement mais présente une version de l’histoire qui fut remise en question par les historiens qui se sont penchés sur la question. En effet, la Chanson nous apprend que l’arrière garde de Charlemagne a été attaquée par des "Sarrasins", c’est-à-dire dans ce contexte des musulmans d’Al-Andalus. Or, il apparaît aujourd’hui  que ce sont des Basques (ou Vascons) qui sont descendus des montagnes pour fondre sur l’armée dirigée par Roland.  C’est un peuple chrétien certes mais particulièrement hostile à l’influence franque. Charlemagne ne réussira d’ailleurs jamais à les soumettre. 

 

La création de la marche d’Espagne

 

charlemagne espagne
Carte de la marche d’Espagne en 806, XIXe siècle (image du domaine public)

Après cette débâcle, il faudra attendre des années avant que Charlemagne ne retente l’aventure de l’autre côté des Pyrénées. 
Toujours est-il que les Francs pénètrent de nouveau en Espagne à la charnière entre le VIIIe et le IXe siècle. Cette fois, les succès sont au rendez-vous car cette nouvelle tentative de conquête se solde même par des gains appréciables comme les villes de Barcelone et Gérone. Les territoires entre les Pyrénées et l’Ebre deviennent parties intégrantes de l’empire carolingien sous le nom de "marche d’Espagne". 
Charlemagne étant un empereur très soucieux de la bonne gestion de son immense territoire, il prend soin de charger un comte d’administrer ces nouvelles terres. Ce représentant direct du souverain prendra ses quartiers à Barcelone. Ce faisant, l’empereur rétablit un comtat de Barcelone qui existait sous la monarchie wisigothique. On peut considérer que la Catalogne actuelle est le lointain héritier de cette "marche d’Espagne".


En conclusion, l’aventure espagnole de Charlemagne est principalement vue comme un échec à cause de la célébrissime Chanson de Roland qui a immortalisé un événement réel mais dont l’importance est à relativiser. Si cette attaque a éloigné pour quelques années Charlemagne de l’Espagne il y revient malgré tout avec, cette fois, d’indéniables succès. La marche d’Espagne est une des annexions importantes du règne du grand empereur.  
 

Nous vous recommandons

quentin gallet

Quentin Gallet

Diplômé en histoire et en géopolitique. Après la France, la Finlande et le Luxembourg, il vit désormais à Madrid. Passionné par la politique, les vieilles pierres et la randonnée.
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Al Gerard ven 24/01/2020 - 19:39

Exact, il faut aller voir à Orreaga (code postal 31650) -en Pays Basque- (ou Roncesvalles en espagnol) qui a donné Roncevaux en français …. Mais le lieu de la mort de Roland serait plus bas dans la vallée, donc un peu plus au nord si vous redescendez vers la frontière française précisément à la chapelle San Salvador de Ibañeta (43°1'12.79’’N 1°19'26.88’’ W) où il y a un parking au niveau de cette chapelle et un simple monument érigé en 1967 qui rappelle la date 778 un peu plus haut à ces données gps ( 43°1'13.87’’ N 1°19'24.43’’ W ).

Répondre
Commentaire avatar

zergoe mer 22/01/2020 - 20:29

Il me semble que vous situez Roncevaux du mauvais côté des Pyrénées...

Répondre
Commentaire avatar

zergœ mer 22/01/2020 - 20:27

Veuillez vérifier l'emplacement de Roncevaux, qui à ma connaissance ne situe pas du côté oriental des Pyrénées...

Répondre
Commentaire avatar

Al Gerard ven 24/01/2020 - 19:36

Exact, il faut aller à Orreaga (code postal 31650) -en Pays Basque- (ou Roncesvalles en espagnol) qui a donné Roncevaux en français …. il y a un monument extérieur rappelant l'histoire, un musée qui ne concerne en rien la bataille ni même une sorte de rotonde avec des crânes, etc... . Mais le lieu de la mort de Roland "serait plus bas" dans la vallée, donc un peu plus au nord si vous redescendez vers la frontière française, et précisément à la chapelle San Salvador de Ibañeta (43°1'12.79’’N 1°19'26.88’’ W).. Il y a un parking au niveau de cette chapelle et un peu plus haut un simple monument érigé en 1967 qui rappelle la date 778 à ces données gps ( 43°1'13.87’’ N 1°19'24.43’’ W )... Si vous respectez ces données vous trouverez ...

Répondre
Sur le même sujet