Menacés d’extinction, trois tigres de Sumatra sont nés au zoo de Londres

Par Colin Porhel | Publié le 12/07/2022 à 11:42 | Mis à jour le 12/07/2022 à 18:14
Photo : Zoo de Londres - Capture d'écran twitter
Les tigres de Sumatra se portent bien au zoo de Londres

Le parc animalier avait déjà eu la chance d’accueillir un tigre de la même espèce en janvier dernier.

 

Elle a « retenu son souffle tout le temps » de la mise bas de Gaysha, la tigresse emblématique du zoo de Londres. Kathryn Sanders, responsable des tigres du parc, n’en revient toujours pas. « Nous étions convaincus que Gaysha était enceinte. Lorsque nous avons observé son ventre grossir sensiblement au cours des dernières semaines, nous avons deviné qu'elle était presque arrivée à terme », explique-t-elle.

 

Nés il y a quinze jours, les trois tigreaux vivent toujours cachés à l’intérieur d’un box spécialement aménagé pour accueillir la petite famille. « Nous lui avons préparé une tanière intérieure spéciale, que nous avons remplie de paille douce pour son confort, et nous avons commencé à la surveiller chaque nuit » avant son accouchement, raconte Kathryn Sanders. Impatient de faire découvrir ces nouveaux arrivants au public, le zoo a publié jeudi dernier une première vidéo de la tribu.

 

 

Une espèce en danger critique d’extinction

Dernière espèce de tigres indonésiens encore vivante, le tigre de Sumatra est considéré en danger critique d’extinction par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), en raison du braconnage et de la destruction de son habitat naturel. Les associations de défense des animaux estiment aujourd’hui à 400 le nombre d’individus encore vivant à l’état sauvage.

 

Conscient du danger encouru pour l’espèce, l’Indonésie, dans le cadre du « Programme mondial de Restauration du Tigre », s’est engagée à doubler la population de ses célèbres félins. Le pays espère ainsi la présence de 650 tigres adultes sur son territoire à la fin de l’année. Un projet ambitieux mais soutenu par WWF, qui apporte notamment « des informations décisives aux agences d’applications des lois pour faciliter les poursuites des braconniers ».

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale