Dimanche 24 octobre 2021
TEST: 2297

Voyager dans la Communauté valencienne : cinq lieux à découvrir (autres que la plage)

Par Paul Pierroux-Taranto | Publié le 07/08/2021 à 23:55 | Mis à jour le 07/08/2021 à 23:55
Photo : Montanejos / Vicente, CC BY-NC-ND 2.0
Voyager dans la Communauté valencienne : cinq lieux à découvrir (autres que la plage)

La chaleur estivale se fait sentir. Vous en avez marre de la ville et avez besoin d’une escapade revigorante en pleine nature ? Évadez-vous sans aller trop loin, avec ces cinq destinations de la Communauté valencienne. Dépaysement assuré et... bonheur à la clé.  

 

Chulilla et ses paysages

 

chulilla
Tobias Maschler, CC BY-SA 3.0

 

Ce petit village de l’arrière-pays valencien ravira les amateurs de randonnée et d’escalade. Il abrite une centaine de maisons blanches construites à flanc de montagne. Plus haut, au sommet de la sierra, se dressent les vestiges d’une forteresse datant du XIVème siècle. Grimpez-y et goûtez à la joie des levers et couchers de soleil sur la vallée ! Alentour, des pins et des oliviers s’enfoncent à perte de vue... De nombreuses excursions, en fonction de vos envies et de votre condition physique, sont possibles depuis le village. Vous pourrez par exemple suivre la Ruta de Los Calderones et y contempler la beauté des paysages. Après une bonne marche et la traversée de quelques ponts suspendus, vous arriverez au barrage de Loriguilla où vous attend un superbe lac artificiel. 
 

Montanejos et ses eaux thermales

 

montanejos
Millars, CC BY-SA 3.0 ES

 

Montanejos est un petit village perdu dans l’immensité d’une nature riche et verdoyante. Pour y accéder, il faut emprunter une route qui serpente à travers la forêt et des pentes abruptes. Situé à une soixantaine de km de Castellón, il est depuis longtemps prisé des touristes en raison de ses sources thermales. Celles-ci confluent dans le village et forment un peu partout des grottes et des piscines naturelles où l’on peut se baigner. Voilà qui justifie bien une balade au milieu de cette végétation vierge et typiquement méditerranéenne. On ne risque pas de se perdre car les itinéraires sont très bien indiqués. Les eaux, naturellement chauffées grâce à la géothermie, sont connues sous le nom de la Fuente de Banos. Totalement cristallines, elles s’écoulent à un débit de 6000 litres par minute et affichent une température constante de 25 degrés ! Une légende raconte qu’au XIIIème siècle, le gouverneur almohade de Valence, Abú Zayd, y envoyait ses femmes pour que leur beauté ne se fane pas. Toujours est-il que la source a été déclarée d’utilité publique au XIXème siècle et présente des vertus thérapeutiques avérées. À noter que les baignades sont limitées depuis la pandémie et qu’il faut réserver sa place sur ce site

 

Le Mirador del Garbí et sa vue

 

mirador-del-garbi
Antonio Marín Segovia, CC BY-NC-ND 2.0

 

Le belvédère d'El Garbí, situé dans le parc naturel de la Sierra Calderona, est un autre lieu incontournable de la région valencienne. Perché à 593 m d’altitude, ce mirador offre une vue à couper le souffle sur le golfe de Valencia, de la Sierra de Irta jusqu’au cap de Sant Antoni. Par temps clair, on peut même apercevoir le parc naturel d'Albufera et les îles Columbretes. Très facile d’accès (on peut y accéder en voiture ou à pied), il se prête merveilleusement aux balades en famille et dispose même d’une aire de pique-nique et d’un ermitage (l'Ermita de Santa Creu), où vous pourrez faire une halte pour profiter de la nature.
 

Chelva, la Playeta et l'aqueduc de Peña Cortada

 

pena-cortada
Sento, CC BY 2.0

 

Encore un superbe village de la Communauté valencienne ! Chelva se trouve au beau milieu de la nature, entre les amandiers et les oliviers qui recouvrent les collines. Une vue imprenable sur la végétation qui a attiré de nombreux artistes, principalement des britanniques, venus goûter le calme des lieux et contempler une lumière à nulle autre pareille. Des ruelles étroites se faufilent entre des maisons peintes à la chaux blanche. Combien de peuples sont passés par ces chemins ! Le village est chargé d’histoire.  En témoignent le quartier arabe de Benacacira, le quartier juif d’Azoque, ou encore l’église de la Soledad, construite sur une ancienne mosquée. Tout nous invite à remonter le temps. Les passionnés de randonnée ne seront pas déçus non plus. De nombreux itinéraires s’offrent à eux. La Ruta de l’Agua, la route de l’eau de Chelva, qui longe la rivière Tuejar, débouche sur la Playeta, une zone de baignade très agréable, surtout en été. Si vous poursuivez votre chemin, vous pourrez traverser le tunnel d’Olinches, muni d’une lampe et à quatre pattes. Il vous faut aussi découvrir l’aqueduc de Peña Cortada. Cet aqueduc, construit par les romains vers la fin du Ier siècle ap.JC, a été déclaré bien d’intérêt culturel, et est considéré comme l’un des quatre plus importants de la péninsule ibérique. 
 

Altea et son église

 

altea
tuscasasrurales, CC BY-ND 2.0

 

Située au nord d’Alicante, Altea est l’une des plus belles villes de la Costa Blanca. Vous pourrez vous promener dans les rues étroites, sinueuses, et pavées de son centre historique, flâner le long des maisons blanches qui mènent jusqu’à la place centrale de la vieille ville, où s’élève l’église Nuestra Señora del Consuelo. Surplombant la mer, elle a été construite au XIXème siècle et est devenue l’emblème de la région. Ses deux coupoles aux tuiles bleues et blanches - laissant comme une empreinte byzantine - sont baignées de lumière. En contrebas, une vue majestueuse vous attend : la mer s'étend au loin et se confond presque avec le ciel. Altea, c’est aussi une station balnéaire prisée des touristes. La ville bénéficie d’un microclimat particulièrement doux grâce aux reliefs montagneux qui la protègent. Une promenade le long du front de mer est vivement recommandée. Mentionnons également, aux abords de la ville, la présence d’une surprenante église orthoxe : la Iglesia Ortodoxa Rusa del Arcangel San Miguel. Celle-ci est historiquement la première église orthodoxe russe d’Espagne et a été entièrement construite avec du bois venant de l’Oural !

Nous vous recommandons
Paul Pierroux-Taranto

Paul Pierroux-Taranto

C'est enthousiaste et motivé que ce jeune Français, Valencien de coeur et d'origine, qui a travaillé dans le domaine de l'écriture et de la communication à Paris, rejoint lepetitjournal.com/valence en tant que rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir