Jeudi 27 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La cathédrale Sainte-Marie de Tokyo

Par Sam Rumble | Publié le 29/04/2019 à 03:31 | Mis à jour le 29/04/2019 à 10:17
cathedrale-sainte-marie-tokyo-interieur

Le grave incendie qui a ravagé une grande partie de Notre-Dame de Paris a montré au monde entier l'importance que pouvaient revêtir certains édifices religieux auprès de la grande majorité d'entre nous, croyants, toutes religions confondues, ou non-croyants. L'Histoire a montré que de nombreux bâtiments religieux ont également été ravagés par le feu au Japon, où temples et sanctuaires sont essentiellement constitués de bois. Et si les catholiques n'y représenteraient qu'une infime partie de la population (moins de 1 %), le christianisme n'ayant été introduit qu'au cours du XVIème siècle, des églises s'y rencontrent également. Notamment à Nagasaki, berceau du Christianisme sur l'archipel, qui a été mise en valeur aux yeux du monde entier en juillet 2018 avec l'inscription sur la Liste du Patrimoine mondial de sites chrétiens cachés disséminés dans ses alentours.

 

 


Loin des sentiers battus et souvent méconnue des expatriés, la cathédrale de Tokyo, dédiée à la Vierge Marie, est unique en son genre. Un monument d'une telle ampleur est par nature fascinant mais celui-ci l'est d'autant plus qu'il n'a rien à voir avec les énormes structures en pierre que nous connaissons bien en Europe. Avec son aspect des plus futuristes et atypiques, "Sekiguchi Catholic Church", plus connue sous le nom de "St Mary's Cathedral", impressionne par sa splendeur, sa hauteur, sa luminosité, sa modernité et son intérieur sobre mais chaleureux; autant d'éléments propices au recueillement et à la paix. Etabli le 7 janvier 1900, ce véritable trésor d'architecture moderne, renommé à travers le monde, se détache facilement du paysage urbain des alentours et mérite à lui seul une attention toute particulière, que l'on soit porté ou non par le culte catholique.

 

cathédrale tokyo



Une histoire mouvementée
 

Le touriste est en droit de s'attendre à un choc lorsqu'il découvre certains bâtiments de la ville qu'il visite. Les édifices religieux de Tokyo présentent pour la grande majorité des architectures traditionnelles remarquables qui les placent souvent en tête de liste des endroits à visiter, comme notamment le temple Senso-Ji d'Asakusa ou le sanctuaire Meij Jingu. Aussi surprenante et extravagante que la Sagrada Familia de Barcelone et sans forcément être indiquée dans les guides touristiques, la Cathédrale Sainte-Marie est d'autant plus impressionnante qu'elle s'inscrit dans un paysage très éloigné de nos traditions chrétiennes faites de pierre. Et pour cause, la structure constituée d'un seul bloc est recouverte de tôle ! Mais là n'est pas sa seule curiosité.


Située entre Shinjuku et Ikebukuro, la Cathédrale Sainte Marie se trouve dans un quartier qui n'a rien de touristique. L'accès en métro n'est pas des plus commodes et il faudra compter dix minutes de marche supplémentaires pour se rendre sur le parvis. Mais le visiteur ne regrettera pas ce petit sacrifice tant ce qui l'attend au bout du chemin est grandiose. Le clocher se repère le premier puis viennent ensuite les murs métalliques de la Cathédrale Sainte-Marie qui, dans sa structure moderne, a été inaugurée le 8 décembre 1964. La première construction catholique du quartier, appelée "Eglise de Sekiguchi", avait été construite de 1896 à 1899 par un prêtre français, Père Jean-Pierre Rey, aidé des étudiants de la "St Mary Institute of French Language and Handicraft" qu'il avait établi en 1887. Ce premier édifice était en bois et de style gothique, avec un sol recouvert de tatami (les chaises avaient fait leur apparition à partir de 1925). Devenu cathédrale en 1920, le bâtiment avait été détruit à la suite des bombardements qui avaient frappé Tokyo en 1945.


Mais avec l'aide de l'Archidiocèse de Cologne, sa reconstruction fut décidée. Et c'est le fameux architecte Tange Kenzo (1913-2005), dont l'une des plus importantes réalisations est la Mairie de Tokyo à Shinjuku en 1991, qui gagna le concours et commença la planification des travaux en 1960. Connu pour son mélange astucieux de modernisme et de style traditionnel japonais, il s'est entouré d'ingénieurs en acoustique et en structure de l'université de Tokyo pour concevoir ce bâtiment avant-gardiste et unique en son genre dans le domaine religieux.

 

orgue cathédrale tokyo

 

Une cathédrale hors du commun
 

La première particularité de la Cathédrale Sainte-Marie réside dans son apparence puisqu'elle est constituée de huit murs pratiquement perpendiculaires qui, vus du ciel, forment une énorme croix, le symbole chrétien. Ils sont recouverts de tôle en acier inoxydable, ce qui leur donne un éclat tout particulier et conforme au caractère religieux du bâtiment. De plus, selon l'ensoleillement du moment et l'heure à laquelle on se rend sur les lieux, la vision pourra être altérée. La cathédrale ne possède pas de clocher attaché à l'édifice mais construit indépendamment à ses côtés. Mesurant 61 mètres, il est constitué de quatre cloches qui ont été importées d'Allemagne. Des études ont été réalisées avant sa réalisation afin d'accorder au mieux le son créé par les cloches avec les sentiments des Japonais. Les quatre côtés du clocher montent vers le ciel dans une seule ligne hyperbolique et l'ensemble, hauteur, grandeur, originalité, forme une vision saisissante, difficile à capturer d'un bloc sur une seule photographie. A moins de se placer au niveau d'une autre curiosité de la Cathédrale Sainte-Marie : la reproduction à l'identique de la Grotte de Lourdes. L'apparition de la Vierge Marie dans une grotte de la commune de Lourdes en 1858 a donné à ce village du sud-ouest français une réputation internationale qui poussa beaucoup de missionnaires à vouloir reproduire ailleurs le site, origine de nombreux miracles reconnus par les autorités religieuses. C'est ce à quoi se sont employés en 1911 des Français pour montrer leur foi dans la Vierge Marie. L'accès à la grotte est défendu mais des bancs sont disposés pour permettre aux fidèles de se recueillir devant.


Modernité oblige, l'entrée de la cathédrale se fait par des portes automatiques qui nous mènent directement au sein de l'édifice. Une rampe est également prévue pour faciliter l'accès aux personnes en fauteuil roulant. Nul ne devrait rester insensible à ce qui l'attend une fois à l'intérieur. C'est d'abord une sensation de grandeur (la cathédrale mesure 55 mètres de long) accentuée par la hauteur impressionnante du bâtiment (40 mètres) qui secoue le visiteur. Faite d'un seul tenant, elle peut accueillir jusqu'à 2000 personnes debout et 600 assises. C'est ensuite une sensation de chaleur qui se dégage de ses murs, malgré le fait qu'elle soit en béton armé. Celui-ci a été gravé de façon à lui donner un aspect boisé et donc plus chaleureux. C'est enfin la luminosité, symbolisant la Lumière du Christ qui inonde le monde et le coeur des hommes, qui accroche l'oeil non aguerri. Elle s'échappe des supports constitués de vitraux et permet de discerner à merveille la croix au plafond. Vue du ciel ou du sol, cela donne à l'ensemble une vision spectaculaire. Cette luminosité est à opposer à la dureté des murs qui tend, elle, à évoquer les mots de la Bible selon lesquels "Le Seigneur est ma forteresse, mon libérateur, mon Dieu, mon rocher où je trouve un abri, mon bouclier, la force qui me sauve, mon rempart ".

 

cathédrale tokyo



Les autres trésors de la Cathédrale Sainte-Marie


L'orgue est le plus important utilisé dans les églises japonaises. Il a été fabriqué en Italie par Mascioni Organs et installé dans la cathédrale en 2004. Il a été édifié dans le respect de la tradition ancienne et particulièrement travaillé pour se fondre dans l'intérieur de l'édifice. Composé de trois claviers manuels et pédalier, avec 58 touches, 46 jeux et 3122 tuyaux, cet instrument impressionnant a été conçu comme un orgue "flexible", traditionnel et cependant moderne, qui convient aussi bien à la liturgie catholique qu'aux concerts spirituels. Des concerts se déroulent d'ailleurs à quelques occasions dans cette cathédrale à l'acoustique incroyable. La lumière qui tombe sur les fonts baptismaux symbolise la lumière de Dieu qui guide la foi et montre la grâce abondante qu'il va recevoir. Parmi les pièces qui se trouvent derrière des vitrines se trouvent des reliques et le buste du prêtre jésuite Saint François Xavier. C'est le missionnaire d'origine espagnole qui a introduit le christianisme au Japon dans la région de Nagasaki en 1549. Ce buste, dont le sculpteur est inconnu, a été donné aux Jésuites de Cologne par Marie de Medicis, la mère de Louis XIII, en 1642. Lors de l'inauguration de la cathédrale en 1964, le Cardinal Frings en a fait don. Il a été restauré en 2004 à Cologne à l'occasion des 50 ans du partenariat entre les archidiocèses de Cologne et de Tokyo. On y trouve également une reproduction du tableau de Jésus miséricordieux.


Une statue de Marie, patronne de la cathédrale, se trouve dans la pièce qui contient l'Eucharistie sacrée. Et la Pieta, faite de poudre de marbre, représente la douleur de la Vierge Marie lorsqu'elle a reçu le corps du Christ dans son linceul après sa mort sur la croix. La statue originale a été sculptée par Michelangelo et se trouve à l'église Saint-Pierre au Vatican. L'autel représente la table du dernier Repas et la croix qui le domine en arrière-plan, symbole de mort et de résurrection, montre du haut de ses 16 mètres la voie vers le Paradis. Les fins carreaux de marbre sur la fenêtre derrière elle permettent à une fine lumière d'entrer dans la cathédrale par l'autel. Que l'on préfère visiter la cathédrale pendant la journée ou assister à une messe en japonais, même sans la comprendre, l'expérience reste saisissante. Expatrié ou touriste, un passage en ces lieux est un moment précieux que vous ne saurez regretter tant l'édifice, dans son aspect extérieur comme intérieur, fait office de véritable trésor d'architecture moderne.

 

cathédrale tokyo

 

Informations sur la Cathédrale Sainte-Marie


Adresse : 3 Chome-16-15 Sekiguchi, Bunkyo City, Tokyo 112-0014  
〒112-0014 東京都文京区関口3-16-15

Horaires : Accès libre de 9 h à 17 h 

Offices : Des messes sont assurées en japonais du lundi au vendredi à 7 h du matin et midi dans la chapelle du sous-sol. Le samedi, la messe a lieu à 18 h dans la chapelle et le dimanche à 8 h et 10 h dans la cathédrale, et quelquefois à midi dans la chapelle. Une messe en coréen est également célébrée le dimanche à 12h15. Plusieurs messes sont organisées la veille de Noël (une crèche est également réalisée et exposée dans la cathédrale).

Téléphone : 03 3945 0126

Accès : Métro ligne Yurakucho : station Gokokuji, sortie 6, 10 minutes à pied ou station Edogawabashi, sortie 1a et 1( minutes de marche
Bus : prendre le Tokyo City Bus no 61 au départ de Mejiro Station (JR Yamanote) en face de la Banque Mitsui jusqu'à Chinzan-so en dix minutes, à une minute de la cathédrale. 

Sites Internet :
En japonais
En anglais (avec une liste des églises catholiques de Tokyo)

Boutique "Espace Saint-Paul" (shop Space St Paul) :
Une petite boutique proposant une multitude d'objets catholiques tels que chapelets, statues, médailles, décorations, cartes, livres (plusieurs langues disponibles)... se trouve à proximité de la cathédrale. Elle est fermée le lundi mais ouvre de 10h30 à 17h les autres jours de la semaine et de 9h à 17h le dimanche. A l'accueil de la cathédrale, des cartes postales sont également en vente.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir