Confinement zéro-Covid Chine : Les 55 jours de Shanghai

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 06/04/2022 à 17:30 | Mis à jour le 07/04/2022 à 09:14
les 55 jours de Pekin film

On aimerait bien être au cinéma, ouvrir les yeux, sortir de la salle et retrouver le Shanghai des jours heureux qu’on aime, mais malheureusement, le siège de la ville risque de durer, plusieurs dates circulent, au moins jusqu’à la mi-avril, ce qui fera un calvaire de 55 jours pour tous ses habitants dont la quiétude a été sacrifiée sur l’autel de la sacro-sainte stratégie zéro-covid. Les esprits s’échauffent dans les groupes wechat, le désarroi est grand pour tous et l’on peut encore une fois constater le fossé d’incompréhension entre les pays du « vivre avec » qui vont jusqu’à supprimer la période d’isolement pour les contaminés (UK, Suisse) et la Chine qui s’accroche au zéro covid quoi qu’il en coûte (et quel prix !)  malgré une explosion Omicron et une incidence moyenne sur 2022 de… 1.2 cas par jour pour 1 million d’habitants sur la Chine…

La capitulation, c’est seulement le Dos au Mur

Eh oui, vous avez tout compris, 1.2 cas par jour pour 1 million d’habitant à force de confinements, de centres de quarantaine effrayants, de dépistages de masse, ce n’est pas encore le scénario de la submersion Omicron qui a conduit des territoires modèles comme Singapour, Nouvelle-Zélande, Australie, Hong Kong à passer en mode résilience.

 

morts covid
4 territoires qui ont renoncé au zéro-covid à partir de Delta ou Omicron. Vivre avec c’est aussi accepter des décès, plus nombreux qu’avec Delta, car l’effet « volume des contaminations » d’Omicron compense 85largement l’effet « faible mortalité si bien vacciné » d’Omicron.

 

Aucun pays n’a renoncé au zéro-Covid sans avoir été submergé de cas graves et de décès. Hors de Chine, on dit tout et n’importe quoi sur le zéro Covid. Qu’elle soit ARN ou autre, la vaccination, c’est le pilier du « vivre avec » pour réduire, dans un contexte de forte circulation du virus, la pression hospitalière et les décès, avec une efficacité sur les formes graves que l’on a observée avec tous les vaccins reconnus par l’OMS.

Vaccination en stratégie zéro covid en Chine : une assurance, pas plus

Mais la vaccination, ce n’est qu’une assurance tout risque de la stratégie zéro covid, on la fait au cas très peu probable où le virus franchisse la Grande Muraille. Elle ne vous évitera pas les quarantaines pour les voyages ou cas contact, les tests PCR pour les examens etc… Il n’y a pas de pass vaccinal pour aller au restaurant en Chine…Le pilier de la stratégie zéro Covid, c’est une logistique implacable sur toute la chaîne de prévention, avec personnel, matériel, approvisionnements, infrastructures d’isolation dans laquelle la Chine est passée maîtresse avec le processus des arrivées internationales.

Cette logistique s’est complétée des contrôles à toutes les étapes de la chaîne du froid, des courriers, colis internationaux (désinfection et huitaine de « quarantaine avant distribution) et bientôt des produits manufacturés non issus de la chaîne du froid puisque dès décembre 2021 on a pu tracer certains foyers sur des objets importés. Il est clair qu’aujourd’hui, avec 36 chaînes de contamination différentes réparties sur 29 provinces et 291 préfectures (sur un total de 1300), la contamination a pu se faire sur des produits venant de Chine, et notamment dans les foyers en milieu ouvrier (Zibo Shandong, Dongguang et Zhaoqing, Guangdong, Mines du Xinjiang et Anhui).

 

covid 2
Une multitude de foyers sont apparus en Chine avec des sources de contamination que l’on identifie ou pas. En l’absence de séquençage sur la souche permettant de relier les foyers ou d’itinéraire d’un patient 0, les foyers laissés en blanc restent non élucidés. 6 foyers BA.2 en mars on dépassé les 1000 cas, les autres ont été contrôlés avec des incidences comparables aux foyers pré-Omicron.

 

Shanghai et Jilin (85 % des contaminations depuis janvier), ce n’est pas toute la Chine, et aucune des 30 autres provinces qui ont quasiment toutes combattu des foyers locaux à répétition au prix de douloureux confinements, fermetures d’écoles, restrictions…n’acceptera de sacrifier une quiétude chère payée pour libérer Shanghai et Jilin… L’annonce du confinement de Shanghai a provoqué un exode bien plus vaste que celui de Hong Kong en février. Un grand nombre de résidents ont quitté Shanghai avec test PCR obtenu après des kilomètres de queue pour se réfugier dans leur « hometown ». La plupart ont été mis en quarantaine à l’arrivée, mais il est plus facile de contrôler des aéroports que des multiples points d’entrée par la route, en train, en bus, et donc ce sont 3354 cas sur 23 provinces dont un sous foyer.

 

clusters covid chine
La vague BA.2 s’est diffusée quasiment dans toutes les provinces, mais le nombre de cas reste limité car les quarantaines et tests ont été appliquées sauf incidents. D’autres foyers visiblement non reliés à ces foyers ont également fait leur apparition, ils livrent un nombre de cas plus élevé que les foyers Delta mais avec un multiple de 2 ou 3, pas plus et sont contrôlés en quelques semaines.

 

En Chine, la tradition du "tu honoreras ton père et ta mère"

Les Chinois n’ont pas d’autre rite que le culte des ancêtres, les grands-parents s’occupent de l’enfant, ils arrivent à s’organiser, car ils n’ont souvent qu’un seul petit-enfant, le recours aux crèches, aux maisons de retraite, aux « Ayi » n’est courant que dans les classes supérieures des très grandes villes. Ils ne parlent pas l’anglais et ne rêvent pas de voyage autour du monde. Ces grands-parents piliers de la famille sont les cibles vulnérables d’Omicron. A force de propagande et incitation, ils ont été mieux vaccinés qu’ils ne l’étaient à Hong Kong (voir l’analyse ci-dessous), mais moins que les plus jeunes car on n’est pas allé jusqu’à leur domicile pour la leur proposer, ils ne faisaient pas partie des professions exposées, et certains craignaient les effets secondaires sur leur santé déjà fragile.

 

vaccination status chine
Etat de la vaccination des séniors en Chine continentale vs Hong Kong à date et au moment de l’arrivée de la vague Omicron. 22% des seniors sont à risque en Chine en mars contre 59% en janvier à Hong Kong, mais vu la taille de la population et la distance à parcourir pour les contrées reculées loin des hôpitaux, il y a un risque sur plusieurs millions de personnes âgées en Chine. Confinement de quelques semaines pour sauver des vies et maintenir l’exception chinoise ? Le débat fait rage, et pas que chez les expatriés.

 

Ce risque Omicron, couplé à un système de santé plus fragile dans les Xian reculés, une vaccination qui va décroissante avec l’âge et l’éloignement des grandes villes, aucune immunité liée à une infection passée, c’est une bombe à retardement pour la Chine. D’un point de vue économique, laisser circuler le virus, ce sont des pans entiers de l’économie qui en souffriront durablement, les seniors adorent se regrouper pour jouer, danser, voyager en Chine, ils ne feront plus… et le plus grave, ils auront peur de côtoyer leur petit-enfant puisque le virus circulerait activement dans les écoles, réinfectant au bout de quelque temps les personnes déjà immunisées avec un nouveau variant, un cycle infernal que la Chine veut à tout prix éviter.

 

L’ère des méga-foyers Covid en Chine

Revenons à Shanghai, le plus gros foyer jamais connu en Chine d’après l’officiel, mais pas en vérité, puisqu’à l’époque de Wuhan, seules les personnes malades étaient testées. Le dépistage systématique a démarré en avril 2020 et livré des cas asymptomatiques jusqu’au mois d’août… Une étude sérologique menée en mai 2020 a permis d’estimer le foyer de Wuhan à 480 000 cas, donc on n’y est pas encore à Shanghai, et rien à voir en termes de gravité, bien que l’afflux de cas positifs ne permette pas d’examiner et soigner tous les patients. On va donc classer en « asymptomatique », i.e. en centre d’isolement plutôt qu’à l’hôpital des gens qui souffrent de fièvre, maux de tête mais pas de symptômes de pneumonie… C’est vraiment une autre ère qui démarre.

 

mega foyers covid chine
Avant Omicron, les foyers locaux de Chine duraient 35 jours maximum (sauf foyer chronique frontière birmane), avec BA.2 c’est plus long et des formes de courbes bien différentes avec plateau, rebond, montée exponentielle. Dans de moindres proportions que Shanghai, les foyers de « retournées » touchent presque toutes les provinces et génèrent parfois des sous-foyers de plusieurs dizaines de cas si les personnes n’ont pas été mises tout de suite à l’isolement.

 

Sur le foyer de Jilin, touchant une population légèrement moins vaccinée et plus âgée, on dénombre 1.9% de cas sévères au pic, et 2 décès, et un effet de saturation sur les hôpitaux moins équipés qu’à Shanghai qui donne une tendance très différente entre Changchun et Jilin.

Est-ce que 55 jours dont on ne sait combien de jours de confinement généralisé suffiront pour résorber un tel foyer ? Le foyer de l’hôtel de quarantaine de Shenzhen, le premier foyer BA.2 conséquent s’est étiré sur 48 jours, a connu 1 rebond, une semaine de confinement quasi généralisé pour seulement un total de 1285 cas…

L’indicateur le plus important pour évaluer la durée d’un foyer, c’est le % de cas contacts ou dans un contexte de confinement généralisé de cas dépistés dans des « communities » (i.e un immeuble d’une résidence ou une Lane dans un lilong). Il faut attendre d’arriver à 100% pour voir baisser l’incidence. A Xi’an (2111 cas, foyer Delta éclos le 9 décembre 2021), il avait fallu 24 jours pour atteindre les 100% de cas contact et encore 18 jours pour éliminer le foyer, 42 jours au total. Nous avons donc les yeux rivés sur cet indicateur.

 

lockdowns phases shanghai
Depuis le 26 mars, nous sommes en mesure d’évaluer la part des cas dans des secteurs déjà touchés par district de Shanghai à partir du bulletin de la municipalité de Shanghai. Il a fallu attendre le confinement généralisé de Pudong puis Puxi pour voir l’effet sur cet indicateur qui zigzagait depuis plusieurs jours. Analyse par district partagée tous les matin sur les groupe UFE Forum Shanghai et Pékin.

---------------------------------------------

Carole Gabay est en expatriation familiale à Shanghai depuis 2013. Diplômée de l’ESSEC, avec une longue carrière dans les études de marché et data management, elle se retrouve impliquée dès le début de l’épidémie en Chine dans le tracking des données Covid avec le projet de l’équipe bénévole Solidarité Covid – Français de Chine.

 

Pour les analyses régulières, les articles, interviews, présentation du projet de recherche, le Site Internet : https://deeperin19coviddata.wordpress.com/

Manifestez votre soutien à Solidarité Covid – Français de Chine sur l’opération de crowdfunding sur Yoopay : https://yoopay.cn/cf/10192 

Hors de Chine : https://deeperin19coviddata.wordpress.com/donate/

Si vous souhaitez donner de votre temps è ce projet de recherche, les tâches ne manquent pas, contactez-nous !

Si vous souhaitez rejoindre l’un des groupes wechat pour suivre le point quotidien, contactez UFE Shanghai wechat ID : doozyben

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'éditon Shanghai.

À lire sur votre édition locale